Une trousse d’apprentissage améliorée pour une conduite éconergétique

Par Emmanuelle Brière
Janvier 2013

La trousse Le bon $ens au volant, récemment mise à jour, propose des techniques de conduite éconergétiques pratiques permettant d’économiser jusqu’à 25% de carburant.

En adoptant de simples techniques de conduites éconergétiques, un conducteur peut économiser jusqu’à 500$ d’essence par année et éviter le rejet de 1000 kg de dioxyde de carbone dans l’atmosphère.

Graphique montrant les effets des variations de vitesse sur la consommation de carburant.

Image agrandie

version textuelle - image 1

Image 1

La première colonne représente le carburant consommé pour maintenir une vitesse constante de 80 km/h.  La colonne du milieu montre le carburant consommé pour varier la vitesse du véhicule entre 75 et 85 km/h toutes les 18 secondes.  La colonne de droite fait ressortir la quantité de carburant consommé pour varier la vitesse entre 75 et 85 km/h toutes les 12 secondes.  Dans tous les cas, la vitesse moyenne est de 80 km/h.  Les variations de vitesse ont fait augmenter la consommation de 20 p. 100 dans le test du cycle de 18 secondes et de 48 p. 100 dans le test du cycle de 12 secondes.

Afin que les apprentis conducteurs apprennent plus facilement la base d’une conduite éconergétique, Ressources naturelles Canada (RNCan) a récemment mis à jour sa trousse Le Bon $ens au volant.

« En plus de sensibiliser l’apprenti aux effets de la conduite sur l’environnement et de l’orienter sur le choix d’un véhicule éconergétique, cette nouvelle trousse définit cinq techniques de conduite précises, » de dire Charles Crispim, gestionnaire principal de l'initiative écoÉNERGIE pour les véhicules personnels. « Celles-ci permettent au conducteur de mieux comprendre ce qu’est une conduite éconergétique et de rapidement la mettre en pratique. »

Les cinq techniques de conduite éconergétique

Graphique montrant les effets du taux d’accélération sur la consommation de carburant.

Image agrandie

version textuelle - image 2

Image 2

La ligne verte représente la quantité de carburant nécessaire pour accélérer graduellement sur une distance de 300 mètres, et la ligne rouge représente l’augmentation de la quantité de carburant consommé pour accélérer rapidement sur la même distance.

  1. Accélérer doucement
    La moitié du carburant consommé sert à faire accélérer le véhicule. Ainsi, pour optimiser l’économie de carburant, il suffit de prendre environ cinq secondes pour accélérer jusqu’à 20 kilomètres à l’heure (km/h). En appuyant sur la pédale graduellement il est possible d’économiser jusqu’à 15% de carburant.
  2. Rouler à une vitesse constante
    Une infime variation de 5 kilomètres à l’heure peut faire consommer une grande quantité de carburant. Par exemple, une personne roulant à 80 km/h, et changeant de vitesse à chaque 18 secondes consommera 20% de plus de carburant qu’une personne ayant une vitesse constante.
  3. Prévoir la circulation dense
    En prévoyant ses manœuvres longtemps d’avance, un conducteur peut conserver une vitesse constante et éviter tout arrêt inutile, ce qui permet également une économie du carburant.
  4. Décélérer sans freiner
    En levant le pied de l’accélérateur dès que possible avant l’arrêt complet du véhicule, le conducteur permet au véhicule de ralentir progressivement et diminue par le fait même l’usure de ses plaquettes de freins.
  5. Éviter la haute vitesse
    La plupart des véhicules sont au maximum de leur efficacité lorsqu’ils roulent entre 50 et 80 km/h. Au-delà de cette tranche de vitesse, le véhicule consommera davantage de carburant. Par exemple, en roulant à 120 km/h au lieu de 100 km/h, le véhicule consommera 20% plus de carburant.

Ressources Naturelles Canada a sélectionné ces techniques en se basant sur des études réalisées au Japon, en Europe et aux États-Unis. « Les études suivaient la même formule : un conducteur parcourait un même circuit deux fois, une fois avant et une fois après un bref cours de conduites, » de dire Steve Akehurst, chef du programme écoÉNERGIE sur l'efficacité énergétique pour les véhicules à RNCan. « Une fois les cours suivis, l’économie de carburant allait jusqu’à 25%. Nous avons pensé qu’il serait intéressant d’intégrer ces techniques au Canada ».

Est-ce vraiment efficace?

L’Office de l’efficacité énergétique (OEE) de RNCan a validé ces techniques à l’interne en organisant un Défi de conduite écologique auprès de ses employés. Ceux qui ont participé au défi ont constaté qu’ils avaient réduit leur consommation d’essence d’environ 25%.

Photo d’instructeurs de conduite au Défi de conduite écologique.

Image agrandie
Des instructeurs de conduite du Manitoba réalisent le Défi de conduite écologique.

Par la suite, des instructeurs de conduite au Manitoba ont tenté de relevé le même défi. Ceux-ci ont parcouru deux fois un même circuit routier préétabli. Avant de compléter le circuit pour la seconde fois, les instructeurs ont suivi une courte formation sur les cinq techniques de conduite éconergétiques. La durée de conduite et la consommation de carburant pour chacun des participants ont été enregistrées pour les deux trajets.

« Il a été intéressant de constater que même les instructeurs, qui sont des conducteurs prudents et proactifs, sont parvenus à réduire leur consommation de 15 p. 100 en mettant en pratique les techniques enseignées. » de conclure Charles Crispim.

Pour en savoir plus sur le contenu de la trousse Le bon $ens au volant, visitez le site de l’Office de l’efficacité énergétique.

Pour obtenir de l’information sur la reproduction d'articles, veuillez consulter notre section sur le droit de reproduction non commerciale.