Bénéficiaires de subventions du programme GEM-2 (colléges des territoires)

2014 à 2015

Programme d’études Qaujisarniq Nunamik de 2015

Promoteur : Collège de l’Arctique du Nunavut

Historique : Aux printemps de 2012 et de 2014, les données et les connaissances tirées du Programme de géocartographie de l’énergie et des minéraux (GEM) ont été intégrées au module « Fondements des systèmes d’information géographique (SIG) » du Programme de technologie environnementale (PTE) au Collège de l’Arctique du Nunavut, à Iqaluit. Ce module amélioré appelé Programme d’études Qaujisarniq Nunamik (PEQN), avait pour objectif d’offrir aux étudiants une série de cours pertinents sur le plan culturel et environnemental qui feraient appel aux SIG et feraient connaître les données géoscientifiques aux étudiants pour leur apprendre comment elles peuvent servir dans le cadre des décisions quotidiennes prises dans leurs collectivités. Les diplômés du PTE sont les futurs professionnels de l’environnement du Nunavut et seront considérés par leurs collectivités comme des experts dans divers dossiers, dont ceux qui touchent l’exploitation des ressources. Les statistiques recueillies après le PEQN de 2014 ont démontré que le cours est une réussite. En général, les étudiants ont indiqué avoir acquis une bonne ou une excellente compréhension du programme GEM à la fin du PEQN. Ils jugeaient en outre avoir une bonne ou une excellente compréhension de la manière dont les SIG peuvent servir d’outil décisionnel en matière d’environnement.

Les étudiants ont également indiqué qu’il était très avantageux d’utiliser des données locales et d’intégrer au cours des connaissances traditionnelles pour apprendre les fondements des SIG.

Les étudiants du PTE constituent un important groupe d’intervenants pour assurer la diffusion des connaissances du terrain et pour rendre ce genre d’information plus facilement compréhensible pour l’ensemble de la collectivité. Les personnes qui travaillent déjà, directement ou indirectement, dans des entreprises géoscientifiques et dans le secteur de l’exploitation des ressources constituent également un autre important groupe d’intervenants. Le PEQN de 2015 souhaite ouvrir ses cours à ces personnes clés issues de la collectivité inuite et des organismes partenaires des gouvernements pour une formation de trois semaines. Par sa campagne de promotion et de recrutement, le PEQN de 2015 veut recruter non seulement des étudiants du PTE, mais aussi des personnes qui sont déjà sur le marché du travail et qui pourraient tirer parti d’une formation sur l’applicabilité des données et des connaissances géoscientifiques, afin d’acquérir les compétences nécessaires pour prendre des décisions concernant le développement économique, la planification de l’utilisation des terres et la gestion de l’environnement.

Objectifs : Le PEQN de 2015 tire parti de la réussite des PEQN de 2012 et 2014 et intègre encore mieux les données de GEM et les connaissances traditionnelles au module du PTE sur les SIG. Ouvrir le PEQN de 2015 aux membres et aux employés des organisations inuites et des organismes partenaires d’Iqaluit permet d’élargir la diffusion des connaissances sur la GEM et les SIG dans l’ensemble du Nunavut. Ce programme accroît l’accessibilité des données géoscientifiques pour les étudiants et les travailleurs résidant au Nunavut. Il permet en outre d’accroître la sensibilisation et de stimuler l’intérêt des Nunavummiut envers la formation et les occasions d’emploi dans les entreprises géoscientifiques du Nunavut. Parce qu’il intègre les connaissances traditionnelles (Quajimajatuqangit) au matériel didactique en demandant aux étudiants de diriger l’élaboration de matériel et en organisant des activités de sensibilisation, le programme transmet des connaissances techniques et stimule l’intérêt des résidants du Nunavut envers les outils et la technologie de géocartographie, en plus de démontrer l’utilité des données géoscientifiques pour prendre des décisions éclairées concernant l’utilisation des terres et la mise en valeur des ressources.  

Avantages pour le Canada : Dans un avenir prévisible, il est prévu que l’économie du Nunavut dépendra dans une large mesure des ressources naturelles et du secteur géoscientifique, ce qui créera des occasions d’emploi. En formant les Nunavummiut sur les questions d’exploitation des ressources naturelles et de nature géoscientifique, l’on prépare une main‑d’œuvre prête à répondre aux besoins actuels et futurs de l’industrie dans ce territoire. En outre, il est essentiel d’offrir une formation adaptée sur le plan culturel et axée sur les perspectives d’emploi dans la région pour répondre à l’augmentation de la demande en ressources humaines qui découlera de la croissance de l’activité industrielle au Nunavut. Dans l’ensemble, le PEQN de 2105 permettra aux participants de mieux connaître ArcGIS, la GEM et les sciences de la Terre et d’être ainsi mieux en mesure de conjuguer leurs connaissances traditionnelles et les données pour prendre des décisions sur l’utilisation des terres.

Formation pratique en géosciences d’étudiants du Nunavut

Promoteur : Collège de l’Arctique du Nunavut

Historique : Au printemps de 2013 et 2014, dans le cadre de l’habituel Programme avancé de formation pratique pour les finissants de l’Université Dalhousie, le Collège de l’Arctique du Nunavut, le Département des sciences de la Terre et le Bureau géoscientifique Canada-Nunavut (BGCN) ont lancé un projet de formation géoscientifique pour les jeunes du Nord dans le but de renforcer les capacités en géosciences dans cette région. Ce projet a été mis sur pied afin d’offrir aux étudiants du Programme de technologie environnementale (PTE) du Collège de l’Arctique du Nunavut des occasions de formation importantes pouvant leur faciliter l’accès à des carrières dans les secteurs public et privé ou à un programme d’enseignement supérieur. En 2013, deux étudiants du PTE, Patricia Peyton et Candice Sudlovenick, ont participé à la première année de ce projet du 19 au 29 mai avec 21 autres étudiants de l’Université Dalhousie, avec lesquels elles se sont rendues dans le sud du Nevada et dans l’est de la Californie. En 2014, trois étudiants du PTE, Randy Hinanik, Karlene Napayok et Joanna Panipak, ont participé au programme de formation pratique de Dalhousie du 18 au 30 mai. Un quatrième participant, Ed Long du Yukon, y a également participé en 2014. Ces six étudiants ont participé à des sorties en groupe sur le terrain, à des travaux pratiques et à des exercices conçus sur mesure pour renforcer leurs compétences sur le terrain (c.‑à‑d. identification des roches et des minéraux, reconnaissance et identification des structures géologiques et compréhension des principes fondamentaux de la géocartographie). Ce programme de formation pratique leur a en outre permis de connaître le travail sur le terrain ainsi que l’infrastructure et la routine quotidienne d’un camp, qui s’inspiraient des projets types d’exploration minière canadiens et de cartographie gouvernementale. Après leur formation, les étudiants du Nunavut ont travaillé comme assistants de recherche en sciences de la Terre auprès du personnel du BGCN dans le cadre de projets de cartographie régionaux ciblés. Il était évident que leur expérience d’apprentissage pratique les avait préparés aux rigueurs du travail sur le terrain et qu’ils pouvaient s’intégrer à l’équipe sur place en contribuant efficacement aux objectifs globaux du projet.

Objectifs : Le Programme de 2015 de formation pratique d’étudiants en géosciences du Nunavut est axé sur quatre grands thèmes : la stratigraphie régionale, qui étudie la géologie au fil du temps; la tectonique de compression ou l’étude de l’orogenèse; la tectonique d’extension et la formation des grandes vallées; la tectonique de décrochement. En plus d’assurer une formation pratique aux participants du Nord sur l’observation et l’enregistrement de données géologiques importantes, le programme de formation pratique est structuré de manière à les exposer à la « vie dans un camp » à laquelle les étudiants doivent s’attendre dans le monde du travail. Le Programme de formation pratique en géosciences d’étudiants du Nunavut constitue un des volets d’un projet pilote plus vaste que le PTE, Dalhousie et le BGCN mettent sur pied dans le but d’attirer un plus grand nombre de jeunes Inuits vers les sciences de la Terre comme la géologie et la paléontologie. Le projet pilote comprend aussi d’autres volets importants qui visent notamment à offrir aux étudiants du Nunavut la possibilité de travailler l’été comme assistants sur le terrain dans le cadre de projets régionaux et thématiques du BGCN et de GEM, d’apprendre les fondements de la géologie aux bureaux du BGCN et de rédiger un rapport sur leur expérience lors de leur programme de formation pratique et de leur emploi d’été.

Avantages pour le Canada : Ce programme permet d’offrir une formation géoscientifique et un encadrement aux étudiants, aux professionnels et aux résidants du Nord, afin d’augmenter le nombre de professionnels des sciences de la Terre qualifiés établis dans cette région, ce qui devrait entraîner des possibilités d’emploi local et régional, tant dans le secteur public que privé. Ce programme constitue également un mécanisme d’acquisition de compétences et de connaissances techniques des outils et de la technologie de géocartographie, en plus de faciliter une plus grande diffusion des données et de l’information géoscientifique moderne parmi les étudiants du Nord.

Intégration de la technologie numérique dans la formation en géologie sur le terrain

Promoteur : Collège du Yukon

Historique : La collecte de données et la cartographie numériques sont des éléments fondamentaux des travaux de cartographie primaire menés lors des levés gouvernementaux, par les chercheurs universitaires et par les sociétés d’exploration minière. Toutefois, la formation de premier cycle sur le terrain se fait avant tout avec des cartes sur papier et la collecte de données est manuelle. Le Collège du Yukon propose d’intégrer les pratiques exemplaires actuelles à la formation en achetant des ordinateurs de poche et un logiciel de cartographie pour préparer les étudiants du Nord à occuper un emploi dans les domaines géoscientifiques. Cela comprend la formation en cartographie et en collecte de données numériques à l’aide des SIG, de même que l’intégration de données géoscientifiques mises à la disposition du grand public. Les étudiants pourront alors puiser dans ces connaissances et en faire profiter les employeurs locaux lorsqu’ils arriveront sur le marché du travail dans le Nord.

Objectifs : L’achat d’ordinateurs de poche et d’un logiciel de cartographie au Collège du Yukon permettra : 1) d’uniformiser la formation grâce à des méthodes de levé géologique et des techniques industrielles modernes; 2) d’établir une plateforme pour intégrer des produits de géocartographie de l’énergie et des minéraux (GEM) au programme de formation. Les étudiants manipuleront des données de GEM lors des exercices sur le terrain et utiliseront des données géoscientifiques mises à la disposition du grand public. Ils pourront ainsi appliquer leur connaissance des SIG en milieu de travail et contribuer à la prise de décisions concernant l’exploitation des ressources.

Avantages pour le Canada : Ce projet et la formation qui en découlera permettront aux étudiants du Nord d’acquérir une expérience précieuse de la collecte de données géoscientifiques numériques, de leur affichage et de la production de cartes. Les étudiants acquerront ainsi des compétences très utiles dont leurs futurs employeurs pourront tirer parti, qu’il s’agisse de sociétés d’exploration minière, de firmes de consultation en environnement ou de gouvernements nordiques. Cette formation aidera les diplômés à prendre des décisions concernant l’exploitation des ressources, y compris l’utilisation des terres. Ce projet permettra de former des employés compétents qui seront en mesure de contribuer à la croissance des industries d’exploitation des ressources du Nord canadien, ce qui sera avantageux pour le développement économique du Canada dans son ensemble. Les diplômés du Programme de technologie géologique du Collège du Yukon réussiront mieux en milieu de travail et pourront transmettre leur expertise au fil de leur carrière, au profit de leurs collaborateurs du Nord et de partout ailleurs au Canada.