Renforcement de la capacité géoscientifique nationale-Afrique

Durée

De 2014 à 2020

Contexte

Après l’adoption de la Vision du régime minier de l’Afrique (VRMA) par les chefs d’État en 2009, la Banque mondiale a commencé à mettre au point une initiative panafricaine nommée « Initiative géoscientifique pour l’industrie minière africaine » aussi connue sous le nom de « Billion Dollar Map ». Cette initiative a été lancée officiellement en juillet 2014, après quoi l’organisme de « développement » du ministère des Affaires étrangères, du Commerce et du Développement (MAECD), maintenant Affaires mondiales Canada, a approché le SST concernant la possibilité de créer une initiative canadienne complémentaire sous le nom de projet de « Renforcement de la capacité géoscientifique nationale-Afrique (RCGN-Afrique) ».

Réalisations de projets

Le projet de RCGN-Afrique est financé par Affaires mondiales Canada dans le cadre du Programme de coopération avec les industries extractives pour un développement économique amélioré (PCIEDEA) — Canada-Afrique. Le budget approximatif du projet est de 20 M$. L’Unité des affaires internationales du Secteur des sciences de la Terre de Ressources naturelles Canada dirigera et coordonnera l’initiative pluriannuelle.

Le projet de RCGN-Afrique a pour objectif de fournir un soutien aux commissions géologiques nationales (CGN) de la Côte d’Ivoire, du Sénégal et de la Tanzanie dans le but de produire, de gérer et de diffuser, en ligne, des données, de l’information et des connaissances géoscientifiques relatives à leur territoire.

Le RCGN sera mis en œuvre en deux phases :

Phase I — terminée

La phase I du RCGN-Afrique a consisté de missions d’évaluation au Sénégal, en Tanzanie et en Côte d’Ivoire afin d’évaluer leurs CGN respectives. Ces missions se sont concentrées sur la production et la gestion des données des CGN, l’infrastructure de distribution, ainsi que la capacité des ressources humaines et financières de produire, gérer et rendre accessibles les données géoscientifiques et géospatiales. Les conclusions tirées pendant les missions d’évaluation sont maintenant utilisées pour élaborer la proposition de projet aux fins de la mise en œuvre de la phase II.

Phase II

La phase II du projet consistera en la mise en œuvre de la proposition de projet qui a découlé des conclusions tirées pendant la phase I. Cette phase devrait s’étendre sur cinq ans à partir de 2016 et consistera d’une collaboration du SST avec les CGN respectives du Sénégal, de la Tanzanie et de la Côte d’Ivoire. Le projet sera adapté aux besoins de chaque CGN, en s’assurant qu’elles peuvent produire, gérer et diffuser les données, l’information et les connaissances géoscientifiques relatives à leur territoire.

Personne-ressource

France Morin – Conseillère principale