Capteurs et méthodes

Aujourd’hui, on peut consulter des archives de données satellitaires à long terme (ADSLT) obtenues des capteurs fonctionnant dans le visible-infrarouge suivants :

  • AVHRR (1 km) opérationnel depuis 1982
  • MODIS (250 m) opérationnel depuis 2000
  • SPOT (1 km) opérationnel depuis 1998
  • MERIS (300 m) opérationnel de 2008 à 2012

Les chercheurs du Centre canadien de cartographie et d’observation de la Terre (CCCOT) ont mis au point des algorithmes capables de convertir les observations initiales de capteurs satellitaires en variables géophysiques en suivant diverses étapes de traitement, notamment l’étalonnage, la géolocalisation, la reprojection, la présentation de données en mosaïques, la correction atmosphérique, l’identification de ciel dégagé et l’échantillonnage composite. Les travaux de recherche en cours ne cessent d’améliorer ces étapes de traitement et, par conséquent, d’assurer la qualité des données et leur cohérence.

En plus de transformer les données recueillies par les capteurs existants, les chercheurs du CCCOT préparent activement la transition des ensembles de données ADSLT actuels vers la prochaine génération de données fournies par des capteurs satellitaires fonctionnant dans le visible-infrarouge, comme VIIRS et Sentinel 2.

Pour plus d’information sur les ADSLT, cliquez ici.

On a utilisé des données MODIS à une résolution de 250 m pour cartographier la zone circumpolaire arctique. Pour obtenir plus de détails, cliquez ici.

On a fait appel aux données SPOT sur la couverture végétale pour créer cette mosaïque de la couverture des terres dans le Nord vers 2000.