Étude sismique Haida Gwaii 2012 - Video

octobre 2013

Transcription

[En octobre 2012, le 2e plus important séisme du Canada s’est produit à Haida Gwaii, en Colombie-Britannique…]

Ce qui est donc crucial après un événement comme celui qui s’est produit à l’archipel Haida Gwaii, c’est de recueillir toutes les données, qu’il s’agisse des données sismiques, des données GPS ou des données sur les tsunamis, de prendre toutes ces données et les intégrer à notre base de connaissances, dans nos modèles. Nous prenons donc ce tremblement de terre, nous l’étudions, et nous parvenons ainsi à en comprendre le mécanisme et la façon dont il s’est produit, ainsi que les conséquences que pourrait avoir un séisme de ce type s’il se produisait ailleurs.

[Le séisme s’est produit dans une zone à forte activité : entre les plaques du Pacifique et nord-américaine]

Dans les jours qui ont suivi le séisme de l’archipel Haida Gwaii, nous avons donc dépêché une équipe sur place et la première tâche a été d’obtenir la participation des populations locales et d’obtenir la permission des Haïdas, de Parcs Canada et des autres organismes présents afin de déployer des instruments le plus rapidement possible après l’événement.

[Les chercheurs ont installé des trousses de détection des répliques, des récepteurs GPS précis, des sismomètres à l’énergie solaire et des capteurs sur le fond océanique…]

Il y a eu des dizaines de milliers de répliques, lesquelles font actuellement l’objet d’études, et cela continue; des mois après le séisme, il y a encore des répliques.

[Les nouvelles connaissances sur la géologie de cette région aideront les collectivités côtières à se préparer aux futurs séismes…]

Ainsi, dans l’Ouest canadien, nous avons actuellement un réseau relativement restreint de 20 à 25 sites concentrés dans le sud-ouest de la C.-B., où l’on se penche sur les problèmes de cette région qui se trouve dans la zone de subduction de Cascadia. Il y a quelques sites au nord, dans le nord de la C.-B. et au Yukon, où nous étudions certains points. Mais la plupart des sites de recherche de la CGC sont dans le sud-ouest de la C.-B.

Nous avons donc comparé nos anciens ensembles de données avec ceux que nous avons obtenus depuis le séisme. Premier point à retenir, nous avons pu établir quelle proportion de la région sud de l’archipel Haida Gwaii a subi des secousses lors du séisme, soit principalement dans le parc national Gwaii Haanas, dans la partie sud de l’archipel Haida Gwaii. Depuis le tremblement de terre, nous avons pu mesurer les réactions de la Terre au tremblement de terre. Maintenant, il ne se produit plus que de tout petits fluages, et il est très important de les recenser pendant les nombreux mois au cours desquels ils se produisent, avant qu’ils cessent et qu’on revienne à la situation initiale, avant le séisme.

[RNCan remercie la population de l’archipel Haida Gwaii, dont le soutien et l’aide ont été des plus précieux pendant cette étude.]