Technologies de surveillance pour la recherche sismique - Vidéo

septembre 2013

Transcription

Michael Schmidt
Chef, Service canadien, déformation de la croûte terrestre

Donc, ici sur l’île de Vancouver et sur la côte ouest du Canada nous avons à la fois un réseau sismologique et un réseau GPS. Le réseau sismologique est utilisé pour mesurer l’amplitude des vibrations du sol, et celle-ci nous indique l’étendue, la magnitude et le mécanisme des séismes. À l’aide du réseau GPS, nous mesurons les déformations dans la croûte terrestre avant, pendant et après les séismes.

À partir des mesures prises avec le GPS, nous obtenons des données sur les mouvements horizontaux et les mouvements verticaux pour connaître la partie de la croûte terrestre qui se soulève et celle qui glisse. Sur l’île de Vancouver (où nous sommes actuellement), la côte ouest se déplace à un rythme d’environ un centimètre par année dans la direction nord-est, vers la terre ferme. Mais il s’agit d’une compression et non d’un mouvement. Le mouvement vertical est légèrement plus compliqué et le GPS n’est pas l’outil idéal pour le mesurer, mais nous voyons tout de même un mouvement vertical ou un soulèvement.

Donc, quand nous utilisons les mesures prises avec le GPS, il est très important que le point que nous mesurons soit situé dans du roc solide. S’il était situé sur un mât de drapeau au-dessus d’un immeuble nous ne mesurerions pas la façon dont la surface de la Terre se déforme et c’est cet objectif que nous poursuivons, c’est essentiel. Il est donc très important de choisir des sites qui sont stables et nous veillons à ériger nos infrastructures sur un fond rocheux solide dans la mesure du possible. Il arrive parfois que cela soit impossible même si nous faisons de notre mieux, mais il est très important d’ériger nos infrastructures et nos antennes GPS sur un fond rocheux solide pour que nos mesures de ces légers mouvements soient caractéristiques de cette région de la croûte terrestre.

La technologie est un sujet vraiment emballant à l’heure actuelle, car grâce à la technologie moderne nous pouvons effectuer un nombre beaucoup plus élevé d’enregistrements. Il y a vingt ans, on n’utilisait pas le GPS de la même manière dont on le fait aujourd’hui. Donc, toute l’information relative aux mouvements de la croûte terrestre que nous ne pouvions obtenir aussi facilement il y a vingt ans, nous pouvons maintenant la récolter et celle-ci nous permet d’en apprendre beaucoup plus à propos de ce phénomène, nous captons même de petits signaux que nous n’aurions pu détecter il y a quinze ou vingt ans.

En fin de compte, grâce à toutes ces données que nous recueillons, nous voulons améliorer la sécurité des Canadiens et des infrastructures canadiennes. Toutes les données qui proviennent des réseaux GPS, des réseaux sismologiques et de toutes les modélisations que nous effectuons, nous les utilisons pour fournir des renseignements aux responsables du Code national du bâtiment du Canada et ainsi améliorer les infrastructures pour les Canadiens et renforcer la sécurité des écoles, des hôpitaux, des ponts et de tous les grands projets qui se réalisent, par exemple toutes les constructions de mines et de pipelines, et les gestionnaires de ces projets moteurs de notre économie peuvent utiliser ces codes du bâtiment afin de construire de meilleures infrastructures.

L’animation sur les mouvements de la Terre est présentée avec l’autorisation de Jenda Johnson – IRIS (www.iris.edu)