Kara Webster - Biogéochimie des sols

Kara Webster

Nom : Kara Webster
Domaine de spécialisation : Biogéochimie des sols
Études : Ph.D. en biologie et en sciences de l’environnement, Université de Western Ontario
Lieu de travail : Centre de foresterie des Grands Lacs, Ressources naturelles Canada, Sault Ste. Marie, Ontario

Domaine de recherche

Kara s’intéresse au fonctionnement du sol comme soutien aux forêts naturelles, ainsi qu’aux effets de l’aménagement forestier et du changement climatique sur les principaux services écosystémiques (ex. : emmagasinement de l’eau, séquestration de carbone). Pour ce faire, elle combine la surveillance sur le terrain, la modélisation empirique et des écosystèmes, ainsi que la cartographie sur SIG afin d’étudier les processus pédologiques à diverses échelles spatiales.

Quelle est l’importance de ses recherches?

Dans le cadre de ses recherches, Kara vise à fournir des connaissances permettant de mieux comprendre le rôle des sols comme indicateurs écologiques des forêts productives. Plus particulièrement, son travail porte sur les incertitudes de la dynamique des sols (par ex., la décomposition, le cycle des éléments nutritifs), la variabilité interanuelle des conditions météorologiques, le changement climatique et les incidences de l’aménagement forestier. Ces connaissances serviront à améliorer les politiques de gestion durable des forêts et de gestion du carbone sous un climat en évolution.

Projets de recherche en cours

Cartographie des zones sources critiques dans des forêts où la topographie est complexe (Intégrité et dynamique des écosystèmes forestiers : bassin des lacs Turkey). Incidences des méthodes de sylviculture, notamment les incidences du prélèvement de la biomasse sur la fonction microbienne et le cycle des éléments nutritifs dans le sol (Bioénergie : projet expérimental sur la biomasse de pin gris à Chapleau). Dynamique du carbone et production de gaz à effet de serre dans les milieux humides boréaux et les tourbières pergélisolées (Carbone : rivière White, plaine hudsonienne).

Fait intéressant

Le sol sous nos pieds respire grâce au métabolisme de millions de microorganismes, comme les champignons et les bactéries. Ceux-ci recyclent la matière organique en décomposition qui s’accumule dans les forêts. Cette respiration « hétérotrophe » compense le dioxyde de carbone fixé par les arbres et la végétation grâce à la photosynthèse. Elle est très sensible aux changements de température et d’humidité. En raison de cette sensibilité, l’ampleur de la respiration microbienne dans le sol est importante pour déterminer la quantité de dioxyde de carbone que peuvent stocker nos forêts.

Publications sélectionnées :

Webster, K.L., Wilson, S.A., Hazlett, P.W., Fleming, R.L., Morris, D.M. (2016). Soil CO2 efflux and net ecosystem exchange fall harvesting: impacts of harvest intensity, residue vegetation. Forest Ecology and Management, 360, 181-194. (seulement anglais)

Webster, K., Akumu, C., Bhatti, J., Bona, K.; Dimitrov, D., Hilger, A., Kurz, W., Shaw, C., Theriault, C., Thompson, D., Wilson, S. (2016). Élaboration d'un module de dynamique du carbone dans les tourbières boisées pour le Modèle du bilan du carbone du secteur forestier canadien. Ressources naturelles, Canada, Service canadien des forêts. Centre de foresterie des Grands Lacs, Sault Ste. Marie (Ontario). Rapport d'information GLC-X 14F. 52 p.

Webster, K.L., Beall, F.D., Creed, I.F., Kreutzweiser, D.P. (2015). Impacts and prognosis of natural resource development on water and wetlands in Canada's boreal zone. Environmental Reviews, 23(1), 78-131. (seulement anglais)

McLaughlin, J., Webster, K. (2014). Effects of climate change on peatlands in the far north of Ontario, Canada: a synthesis. Arctic, Antarctic and Alpine Research, 46, 84-102. (seulement anglais)

Veuillez noter que les liens ci-dessus sont fournis pour la commodité du lecteur. Lorsque RNCan ne détient pas le droit d’auteur d’un document, des frais de téléchargement ou d’achat peuvent s’appliquer.