Aide pour suivre la fumée des incendies de forêt

Par : Shaun Casey
juillet 2015

Ressources naturelles Canada fournit des données et de l’expertise dans un effort commun afin de protéger les Canadiens contre les effets possibles sur la santé des matières particulaires en suspension dans l’air dégagées par les incendies de forêt.
Photo d’un feu de forêt dans l’Ouest canadien

Image agrandie
Un feu de forêt dans l’Ouest canadien

Les incendies de forêt font partie du processus naturel de régénération des forêts. Cependant, les matières particulaires dispersées dans l’atmosphère par suite des incendies de forêt peuvent poser des risques importants pour la santé. En suivant et en donnant des prévisions sur la direction, la quantité et la concentration de la fumée des incendies de forêt, on peut prendre des mesures afin de protéger les Canadiens contre ses effets nuisibles.

Une équipe formée d’organismes fédéraux et provinciaux, et dirigée par Ressources naturelles Canada, a mis au point un système qui suit la fumée des quelque 8 000 incendies de forêt qui se produisent dans l’ensemble du Canada chaque année. Les organismes de santé de partout au Canada, les services d’urgence, les représentants des médias et les particuliers ont accès aux prévisions sur la fumée qui sont données en ligne deux fois par jour. Ces prévisions peuvent influencer les décisions en matière de sécurité publique.

Matières particulaires fines

Des matières particulaires fines sont souvent dégagées et en suspension dans l’air pendant le processus de combustion des feux de friches ou des brûlis contrôlés. Les particules en suspension d’un diamètre inférieur à 2,5 micromètres sont invisibles à l’œil nu et sont considérées comme des matières particulaires « fines ». Ces particules peuvent se loger profondément dans les poumons et risquent de provoquer d’importants problèmes de santé lorsqu’elles sont inhalées.

Image d’un bombardier d’eau larguant de l’eau et un produit ignifugeant sur un incendie de forêt.

Image agrandie
Un bombardier d’eau largue de l’eau et un produit ignifugeant sur un incendie de forêt.

Même si elle n’est pas l’unique source de matières particulaires fines, la fumée des incendies de forêt peut faire augmenter considérablement la concentration de ces matières particulaires fines dans l’air. Ces particules peuvent également voyager sur de grandes distances en raison de leurs petites dimensions. Cela peut avoir des répercussions sur la qualité de l’air dans des régions métropolitaines situées à plusieurs centaines de kilomètres de l’incendie-même.

Système BlueSky du Canada

En 2007, un partenariat entre divers organismes, qui comprenait des organismes provinciaux et fédéraux responsables de la gestion des ressources, de la santé publique et de l’environnement, a commencé à élaborer un système de prévision de la propagation de la fumée des feux de friches dans l’Ouest canadien. En s’inspirant du cadre américain BlueSky Forest Service, le système a combiné des prévisions météorologiques numériques avec des observations par satellite des feux de friches.

Maintenant étendu à l’Est et à l’Ouest du Canada, le système de suivi et de localisation de fumée BlueSky du Canada est géré par une équipe qui se trouve à l’Université de la Colombie-Britannique. Le Centre de foresterie du Nord de Ressources naturelles Canada situé à Edmonton, en Alberta, recueille et entre dans le système les données qui proviennent d’un éventail d’organismes fédéraux et provinciaux.

Fonctionnement du système

Le système utilise de l’information par satellite sur les feux de friches et des algorithmes pour donner des prévisions sur les émissions de fumée et l’ascension des panaches; afin d’obtenir la meilleure estimation possible des conditions actuelles de l’incendie, on fournit également au modèle les points chauds et la charge de combustible des incendies de forêt.

BlueSky utilise divers outils, y compris les données météorologiques et les prévisions de feux de forêt, afin de produire des prévisions graphiques de la concentration des matières particulaires fines. Des alertes sont données deux fois par jour et donnent un aperçu sur 48 heures de la zone de déplacement possible de la fumée.

Aide pour les décideurs

Au cours de l’été 2011, BlueSky a été utilisé pour démontrer que le niveau de particules produites par un incendie de forêt en cours près de la communauté d’Alexis Creek, en Colombie-Britannique, pourrait atteindre >300 µg/m3 (microgrammes par mètre cube). Cela a servi de justification pour ordonner l’évacuation de la communauté.  

En 2014, on a développé davantage le système BlueSky afin d’inclure les prévisions de fumée dans l’Est du Canada. Ainsi, l’ensemble du Canada qui se trouve au sud de l’océan Arctique est maintenant couvert par le système. Des chercheurs travaillent également avec leurs homologues américains afin de fournir au système des données sur les incendies aux États-Unis.

Pour avoir accès aux prévisions sur la fumée des feux de friches à l'aide du système BlueSky Canada, consultez le site Web FireSmoke.ca (en anglais seulement).

Pour lire des articles sur ce sujet, consultez Perturbations forestières.