Créer des produits améliorés de pâtes et papiers

Par : Chantal Hunter
juin 2014

Une usine de pâtes et papiers du Québec extrait des filaments de cellulose, un matériau tiré des arbres qui permettrait de créer de nouveaux produits de pâtes et papiers et des composites légers.
Image de filaments de cellulose au microscope.

Image agrandie
Filaments de cellulose vus au microscope.
Photo courtoisie de : FPInnovations

À Trois-Rivières, au Québec, Kruger Biomatériaux Inc., une usine de pâtes et papiers, a construit une usine-pilote pour produire un nouveau biomatériau cellulosique dont les propriétés particulières présentent un grand intérêt pour l’industrie forestière du Canada. Kruger a commencé à produire des filaments de cellulose dérivés de fibres ligneuses.

Les filaments de cellulose sont des structures longues et minces qui ressemblent à des rubans et se trouvent dans les parois cellulaires des arbres et d’autres plantes. En raison de l’étendue de leur surface et de leur rapport longueur-largeur élevé, les filaments de cellulose peuvent servir d’agents de renforcement dans divers produits de pâtes et papiers et produits composites.

Kruger Biomatériaux Inc. a formé une alliance stratégique avec FPInnovations afin de mettre au point des produits et des applications à partir de filaments de cellulose dans des domaines traditionnels des pâtes et papiers, comme des papiers hygiéniques, et dans des domaines non traditionnels, comme des composites usinés, des adhésifs, des revêtements et des pellicules.

Produire des filaments de cellulose

Ressources naturelles Canada (RNCan) a financé les premiers travaux de recherche entrepris par l’institut de recherche de forestière du Canada, FPInnovations, pour créer un processus permettant d’extraire à un coût abordable les filaments de cellulose de la fibre de bois.

L’opération consiste à isoler mécaniquement les filaments de cellulose de la pulpe sans utiliser des produits chimiques ni enzymes et sans produire d’effluent.

À partir des travaux de recherche de FPInnovations, et avec l’aide financière d’Investissements dans la transformation de l’industrie forestière (ITIF), un programme de RNCan, et du gouvernement du Québec, Kruger Biomatériaux Inc. a récemment complété la construction de la première usine-pilote pour produire des filaments de cellulose à des fins commerciales.

Possibilités commerciales pour les filaments de cellulose

Image de l’usine Kruger Biomatériaux Inc. à Trois-Rivières, au Québec.

Image agrandie
Usine de pâtes et papiers Kruger Biomatériaux Inc. à Trois-Rivières, au Québec.
Photo courtoisie de : Kruger Biomatériaux Inc.

« Première du genre dans le monde, l’usine Kruger produira des filaments de cellulose et fera aussi des essais pour leur trouver un éventail d’applications possibles à partir des utilisations traditionnelles et novatrices des pâtes et papiers comme des revêtements spécialisés et des bioplastiques », dit Glenn Mason, sous-ministre adjoint au Service canadien des forêts à RNCan.

Les travaux d’ingénierie et de construction à l’usine Kruger consistaient à moderniser le processus de fabrication de la pâte, notamment la modification du processus de raffinage, afin d’intégrer l’usine-pilote dans l’usine de traitement.

Au départ, l’usine-pilote permettra d’optimiser l’extraction et d’améliorer le processus. Elle visera ensuite à devenir une installation commerciale. Le projet pilote devrait être entièrement opérationnel au début de 2015.

Intérêt pour les filaments de cellulose dans le monde

Des organisations internationales de R-D ainsi que des fabricants de papier et des fournisseurs de produits chimiques du monde ont montré un vif intérêt pour les filaments de cellulose. Avec des perspectives commerciales de plus de 200 000 tonnes par année en Amérique du Nord, les possibilités de cet agent de renforcement sont immenses. Grâce à cette usine-pilote, RNCan s’assure que le Canada demeure un chef de file dans la course mondiale pour commercialiser les filaments de cellulose.

« Les filaments de cellulose sont des éléments essentiels à la revitalisation de l’industrie des pâtes et papiers », dit Daniel Archambault, vice-président directeur et chef des opérations de la Division des produits industriels de Kruger. « Les produits de pâtes et papiers ne sont que les premières applications à la portée des filaments de cellulose, et de nouveaux débouchés devraient émerger parce que leur force et leur durabilité suscitent un grand intérêt chez les fabricants d’autres secteurs. »

Pour de plus amples renseignements, visitez le site Web Ressources forestières.  

Pour lire des articles similaires, voir Industrie forestière.