Une technologie de balayage favorise la productivité forestière

Par : Chantal Hunter
février 2013

Une nouvelle technologie de balayage (scannage) aide une usine québécoise de fabrication de planchers de bois franc à moderniser son processus de production et à accroître la productivité du bois.
Image du système d’optimisation de la longueur

Image agrandie
Le système d’optimisation de la longueur permet d’accroître la longueur moyenne des lames de plancher

Grâce au financement reçu dans le cadre du programme Investissements dans la transformation de l’industrie forestière (ITIF) de Ressources naturelles Canada (RNCan), une entreprise québécoise de fabrication de planchers de bois franc procède à la modernisation de ses installations de production.

En utilisant une technologie élaborée au Canada, Lauzon Planchers de bois exclusifs peut désormais utiliser un scanneur pour détecter les imperfections dans les planches avant même de couper ces dernières. Le scanneur nouvellement installé permettra à l’entreprise Lauzon de transformer en planchers le bois qui était auparavant inutilisé.

Cette technologie a ainsi permis à l’entreprise d’accroître sa gamme de produits et d’offrir un plus large éventail de catégories de planchers. Dans le cadre de ce nouveau processus, la productivité de l’entreprise Lauzon, du point de vue de ce qu’elle obtient d’une seule bille de bois, est d’environ 30 % supérieure à la norme de l’industrie.

Automatisation et intégration

Image de l’ordinateur servant à optimiser les lames de plancher

Image agrandie
Ordinateur servant à optimiser les lames de plancher

Élaborée en partenariat avec le Centre de recherche Industrielle du Québec (CRIQ) et FPInnovations, la technologie de balayage accroît l’automatisation et la précision du processus de coupage du bois.

Des capteurs balaient les quatre côtés des planches afin d’y repérer des imperfections, comme des nœuds, des stries ou de la pourriture. Cette information est ensuite transmise à haute vitesse à un ordinateur de traitement qui permettra de couper la planche de façon optimale, afin de maximiser la rentabilité du produit fini.

Le bois est ensuite coupé puis classé en diverses catégories de qualité, afin de produire des planchers de diverses valeurs. En outre, l’entreprise fait un meilleur usage de son personnel qui, à l’heure actuelle, trie manuellement les billes à l’étape de l’assurance de la qualité.

L’automatisation du processus de production permettra à l’entreprise Lauzon de produire des planchers 24 heures sur 24, sept jours par semaine, tout en maintenant un produit de qualité supérieure. Couplée à une capacité accrue de produire une plus vaste gamme de produits, cette automatisation contribuera à faire en sorte que l’entreprise soit concurrentielle dans le marché des planchers de bois franc.

Modernisation de la production

« Les projets financés dans le cadre du programme profitent à l’industrie de la foresterie et des produits du bois en renforçant les capacités sur le plan technique », affirme Jean-François Levasseur, conseiller principal en ingénierie qui travaille au programme ITIF. « Les technologies de pointe sortent des laboratoires et font leur entrée dans les installations industrielles, ce qui permet d’améliorer grandement les pratiques actuelles. »   

Image de la caméra servant à balayer les imperfections

Image agrandie
Caméra servant à balayer les imperfections finales sur les lames de plancher

Dans le cas de l’entreprise Lauzon, les fonds reçus ont aidé l’entreprise à adapter ses installations de production afin de pouvoir incorporer la nouvelle technologie de balayage. Ainsi, elle est aujourd’hui en mesure d’utiliser un plus grand pourcentage de bois à partir d’une seule bille; elle utilise 70 % de la bille, comparativement à la norme de l’industrie qui est actuellement de 40 %.

Collaboration afin d’améliorer la technologie

L’élaboration de la technologie de balayage a été coordonnée par le CRIQ, avec l’aide de FPInnovations, qui a aidé à élaborer les aspects de l’intelligence artificielle utilisée par le système de balayage, en particulier la mise en correspondance logique et le traitement des données.

Le CRIQ conservera des droits de propriété intellectuelle durant une période de cinq ans, jusqu’à la fin du projet pilote de l’entreprise Lauzon. Par la suite, la technologie pourra être utilisée par d’autres usines et les aidera à réaliser les mêmes économies de production dans leurs activités.

« Cette technologie de balayage pourrait très bien être reproduite dans d’autres usines de fabrication de planchers de bois franc, ce qui serait bon pour l’ensemble de l’industrie et aiderait les producteurs de produits du bois à demeurer concurrentiels », affirme Glenn Mason, directeur général du Service canadien des forêts de RNCan.

Pour obtenir de plus amples renseignements, veuillez visiter le site Web de l'ITIF de RNCan.

Pour lire des articles similaires, voir l’Industrie forestière.

Pour obtenir de l’information sur la reproduction d'articles, veuillez consulter notre section sur le droit de reproduction non commerciale.