Un insecticide naturel pour protéger les frênes

Par : Emmanuelle Brière
avril 2013

Un insecticide écologique mis au point par Ressources naturelles Canada constitue un des principaux outils de lutte contre l’agrile du frêne.
Photo d’une larve de l’agrile

Image agrandie
Une larve creusant des galeries dans le bois d’un frêne.

Le neem, ou margousier, est un arbre qui produit des composés organiques utilisés en Inde depuis des siècles pour protéger les cultures contre les insectes ravageurs. Ce feuillu tropical à feuillage persistant sert maintenant à combattre une nouvelle espèce envahissante qui attaque certains arbres au Canada : l’agrile du frêne.

En collaboration avec BioForest Technologies Inc., des scientifiques de Ressources naturelles Canada (RNCan) ont mis au point et commercialisé TreeAzin, un insecticide végétal à base d’extraits de graines de neem.

« L’insecticide TreeAzin a été mis au point expressément pour combattre les insectes envahissants qui rongent le bois », affirme Dean Thompson, chercheur de RNCan qui poursuit la recherche du chercheur retraité Blair Helson. « Le produit est particulièrement efficace contre des ravageurs envahissants comme l’agrile du frêne lorsque les arbres sont légèrement infestés. »

Un insecticide naturel

Photo du dispositif d’injection du TreeAzin

Image agrandie
L’insecticide TreeAzin est injecté dans un frêne pour le protéger contre l’agrile.

Contenant de l’azadirachtine, une substance naturelle provenant de graines de neem, le TreeAzin interrompt la mue des larves d’insectes sous l’écorce des arbres. Selon Dean, l’insecticide réduit considérablement la croissance, le développement et l’alimentation des larves, ainsi que la viabilité des œufs issus d’adultes qui se nourrissent du feuillage d’arbres traités.

Des chercheurs de RNCan au Centre de foresterie des Grands Lacs et de BioForest Technologies ont mis au point le dispositif d’injection du TreeAzin. Il s’agit de cartouches pressurisées que l’on fixe à l’arbre comme un système de perfusion intraveineuse. Les cartouches libèrent l’insecticide sous l’écorce, directement dans les tissus conducteurs de l’arbre. Une fois injecté, l’insecticide monte avec le flux d’eau et de nutriments dans l’arbre.  

« Puisqu’on injecte le TreeAzin directement dans l’arbre, on évite ainsi que les humains ou d’autres organismes y soient exposés. En outre, comme des essais ont montré que l’azadirachtine est généralement très peu toxique pour les mammifères, les oiseaux et d’autres organismes non ciblés, son utilisation convient d’autant plus en milieu urbain et dans les zones écosensibles. »

Un outil pour les municipalités

Photo de frênes infestés et non-infestés

Image agrandie
Un frêne non-traité (avant-plan) comparé à des frênes traités au TreeAzin (arrière-plan), Oakville, Ontario. Photo : BioForest Technologies Inc.

Dans les forêts urbaines de nombreuses villes du centre et de l’ouest du Canada, la proportion de frênes est importante. Certaines municipalités qui font face à une infestation de l’agrile du frêne, notamment Oakville (Ontario), se servent de TreeAzin pour protéger leurs frênes.

« La municipalité d’Oakville a le programme municipal de lutte contre l’agrile du frêne le plus intense au Canada, de dire John McNeil, gestionnaire de la foresterie, des parcs et des espaces verts de la municipalité d’Oakville. En 2011, 75 pour cent des arbres de la municipalité on été traités au TreeAzin. Le produit s’est avéré très efficace puisque tous les 5 700 arbres traités, à l’exception d’un seul, sont restés vivants. »

Récemment homologué pour utilisation partout au Canada, le TreeAzin sert à traiter des arbres urbains aux premiers stades d’infestation. Les chercheurs sont confiants qu’il continuera de permettre de protéger efficacement des arbres de haute valeur en attendant la mise au point d’autres méthodes de lutte contre l’agrile du frêne. On étudie la possibilité d’utiliser TreeAzin comme traitement contre d’autres insectes ravageurs, notamment le longicorne brun de l'épinette.

« Les chercheurs de RNCan continuent d’étudier d’autres méthodes possibles de lutte biologique (prédateurs, parasites et maladies) afin de combattre cet insecte ravageur de façon durable », conclut Dean.

Pour en savoir plus sur les méthodes de lutte misent au point par les chercheurs de RNCan contre l’agrile du frêne, consulter le Site Web du Service canadien des forêts.

Pour lire des articles similaires, voir Ravageurs forestiers.

Pour obtenir de l’information sur la reproduction d'articles, veuillez consulter notre section sur le droit de reproduction non commerciale.