Article

Arpenter et entretenir la frontière dans la nature sauvage du Canada (photo gallery)

Arpenteur à la Commission de la frontière internationale (dont la section canadienne fait partie de Ressources naturelles Canada), Joe Harrietha s’emploie à localiser et à entretenir la vaste frontière Canada–États-Unis et, à ce titre, se rend dans les régions les plus éloignées et les plus spectaculaires du Canada depuis plus de 25 ans. Des photos de certaines de ses expéditions se trouvent ci-dessous. Pour lire le récit qu’il a fait de l’une de ces missions, cliquez ici.

Cliquez sur l'image pour l'agrandir.

Un hélicoptère apporte de nouvelles bornes à la frontière Yukon–Alaska. Les choses ont tellement changé en un siècle : au début des années 1900, on apportait les bornes à dos de cheval.

Un récepteur GPS à la frontière Yukon–Alaska. De nombreuses bornes situées en régions éloignées n’ont pas été examinées ou arpentées depuis plus de 100 ans.

Après avoir cherché la frontière, Joe et le pilote de l’hélicoptère retournent à la ligne de démarcation entre le Yukon et l’Alaska. Les sommets des montagnes marquent les véritables points d’inflexion de la frontière.

Sur le sommet du mont Sturgeon le long de la frontière Colombie-Britannique–Alaska, Joe fait l’arpentage d’un site où une borne frontière a été placée pour la première fois il y a plus de 100 ans.

Le travailleur frontalier Karl Leblanc examine un récepteur GPS sur la chaîne des Cascades à la frontière entre la Colombie-Britannique et l’État de Washington.

Tous les dix ans environ, la Commission de la frontière internationale inspecte la bande de terre défrichée, d’une largeur de trois mètres, qui traverse des zones boisées le long de la frontière.

Un travailleur inspecte une vieille borne qui a dévalé une falaise le long de la frontière délimitée par le 49e parallèle, laquelle traverse des flancs de montagnes escarpés et de profondes vallées sur 3 500 kilomètres.

Installation d’une nouvelle borne frontière le long du 49e parallèle. Sur les terrains accidentés en région éloignée, on utilise des bornes en acier inoxydable léger plutôt que les habituelles bornes en granite.

Joe se prend en photo dans la chaîne des Cascades, en Colombie-Britannique. Il a signé la borne à l’intention du prochain arpenteur ou de la prochaine arpenteuse qui passera à cet endroit dans cent ans.

Pour en savoir plus