Podcast

Améliorez l’efficacité écoénergétique de votre maison (Demandez à RNCan)

Nous avons reçu de nombreux commentaires d’auditeurs qui s’intéressent à l’efficacité énergétique et qui se demandent comment améliorer le rendement énergétique de leur maison. Nous avons donc réinvité François Dubrous de l’Office de l’efficacité énergétique pour discuter de comment nous pouvons améliorer le rendement et le confort de nos maisons.

Transcript

Joel Houle : Bonjour tout le monde et bienvenue à l’émission Demandez à RNCan! Dans cette série de balados, nous discutons avec nos experts du travail qui se fait ici, à Ressources naturelles Canada. Je suis votre animateur Joël Houle. J’aimerais souligner que le balado s’appelle Demandez à RNCan pour la simple raison que nous voulons recevoir vos questions. À la fin de l’épisode, si vous avez des questions sur le sujet abordé aujourd’hui, vous êtes invités à nous en faire part sur Twitter avec le mot-clic #DemandezÀRNCan. Nous diffusons habituellement un épisode de l’émission Demandez à RNCan par mois. Abonnez-vous pour ne pas manquer d’épisode. Vous vous souvenez sans doute que, dans l’épisode 13, nous avons rencontré François Dubrous, ingénieur à RNCan. Il nous a alors parlé de la prochaine génération de maisons écoénergétiques, de leur construction et du soutien qu’offre Ressources naturelles Canada à ce chapitre. Nous avons reçu de nombreux commentaires d’auditeurs qui s’intéressent à l’efficacité énergétique et qui se demandent comment améliorer le rendement énergétique de leur maison. C’est une excellente question! J’aimerais bien augmenter le rendement de la mienne, moi aussi. Nous avons donc réinvité François pour qu’il nous aide à atteindre nos objectifs! Explorons le sujet avec lui./p>

Joel Houle : Notre invité d’aujourd’hui, que nous recevons pour la deuxième fois, est François Dubrous, de l’Office de l’efficacité énergétique à RNCan. Re-bienvenue, François!

François Dubrous : Merci beaucoup, ça me fait plaisir d’être de retour devant votre micro.

Chris McLellan: Well, thank you very much for inviting me back here.

Joel Houle : Dans notre dernière conversation, nous avons discuté du Code du bâtiment et de l’avenir de l’efficacité énergétique dans le secteur résidentiel. Aujourd’hui, nous nous concentrons sur les maisons déjà bâties. Comment pouvons-nous améliorer le rendement et le confort de nos maisons?

François Dubrous : Excellente question. Parce que le confort et la performance des maisons sont des choses qui tiennent à cœur aux propriétaires et des choses qui leur parlent plus que peut-être de la performance énergétique de certaines composantes. Donc, c’est intéressant qu’on axe notre discussion aujourd’hui sur des choses qui sont plus proches de ce que les propriétaires et les occupants des maisons ressentent et ce qui les intéresse. Alors, pour revenir à la question, performance ça peut vouloir dire plusieurs choses pour plusieurs personnes. Je pense qu’aujourd’hui on peut discuter de choses comme le confort, qui est une mesure qui peut être subjective, mais qui est quelque chose qui touche tous les occupants. La facture énergétique qui arrive tous les mois, ça aussi c’est des choses inévitables. La qualité de l’air, ça peut faire partie de ce qu’on appelle performance. La perception que la maison est une maison verte ou une maison presque verte. En fait, quelque chose qui aide à gérer la crise environnementale. Ou peut-être, pour les gens qui sont plus intéressés à ce qu’il y a dans les murs, peut-être que la performance c’est plus d’isolant dans le mur ou dans leur grenier, par exemple. La performance, ça veut dire beaucoup de choses, mais je crois qu’on peut quand même, on peut connecter toutes ces choses.

Joël Houle : Comment fait-on pour déterminer si le niveau d’efficacité énergétique de notre maison est adéquat ou s’il y a lieu d’apporter des améliorations?

François Dubrous : D’accord, il faut comprendre que la maison c’est un système qui fonctionne de manière interconnectée. C’est un concept que Ressources naturelles a identifié et sur lequel on a travaillé depuis les dernières 30 années. Par exemple, si vous avez un réservoir d’eau chaude dans votre sous-sol qui perd de l’énergie, cette énergie est perdue pour l’eau chaude, mais elle est gagnée dans la maison. Et donc vous allez avoir une certaine contribution de ce réservoir d’eau chaude au chauffage de votre sous-sol. Ce qui peut être un avantage durant l’hiver, et un désavantage durant l’été si vous climatisez votre maison. Et la notion de maison fonctionnant comme système, c’est quand nous, à Ressources naturelles, considérons l’efficacité énergétique et la performance des maisons, nous considérons tous ces effets croisés. Donc, par exemple, vous pouvez avoir des systèmes qui sont plus efficaces que d’autres, donc ils vont consommer moins d’énergie, qui vont perdre le moins d’énergie, et en réalité vous allez vous retrouver peut-être avec un chauffage qui va être plus important parce que vous n’avez plus cette énergie parasite ou cette énergie perdue qui contribue au chauffage. C’est juste un exemple. Ce qui est aussi important de considérer, c’est que le flux de chaleur dans une maison a deux composantes : ce qui rentre dans la maison, ce qui est utilisé, et ce qui est perdu. Donc, ce sont les deux composantes fondamentales quand on veut réduire la demande en énergie. On réduit, c’est-à-dire qu’on fait de la conservation d’énergie. On réduit la demande en énergie. Et on utilise des appareils les plus efficaces possible pour fournir l’énergie dont on a besoin dans la maison.

Joël Houle : Alors comment détermine-t-on ce qu’il faut faire en priorité pour améliorer l’efficacité énergétique de notre maison?

François Dubrous : On va revenir au concept de performance. Si performance veut dire confort, comment est-ce qu’on fait pour améliorer son confort. Le confort ou l’inconfort, c’est fonction des infiltrations d’air froid dans la maison. C’est invisible pour l’occupant. L’occupant va ressentir, il va être confortable ou non confortable. Il va voir sa facture d’énergie à la fin du mois. Mais est-ce que le fait que la pompe à chaleur ou son système de chauffage et climatisation est efficace, il ne va pas le voir et ne va pas le ressentir. Donc il y a des mesures comme ça qui sont aussi importantes à considérer et on parlera un petit peu plus tard d’analyses énergétiques. On va faire découvrir à l’occupant des mesures qui peuvent être prises qui vont permettre de réduire la demande en chaleur. Pour revenir à ce qu’on disait tout à l’heure, soit on peut isoler pour réduire la demande et après on peut mettre des appareils efficaces qui vont utiliser moins d’énergie pour fournir l’énergie nécessaire pour chauffer et climatiser. C’est invisible, ça fait partie de l’équation et c’est important pour l’occupant de découvrir à un moment donné qu’il y a aussi ce genre de mesures qui sont là et qui sont vraiment importantes.

Joël Houle : Alors comment est-ce que Ressources naturelles Canada aide les Canadiens à améliorer l’efficacité énergétique de leur maison?

François Dubrous : Améliorer l’efficacité énergétique ou améliorer la performance puisque c’est ça le thème de notre discussion aujourd’hui. Améliorer la performance c’est-à-dire qu’est-ce que les Canadiens veulent. Souvent ça veut dire qu’on veut économiser de l’énergie. Donc, si on embarque dans une rénovation ou une maison neuve, est-ce qu’avec les systèmes que l’on considère, on va avoir des factures d’énergie qui vont être moins hautes. Est-ce que la maison va être confortable? On revient aux deux éléments de base. Est-ce que cette maison va être une maison plus verte? C’est quelque chose qui va probablement revenir de plus en plus souvent maintenant. C’est-à-dire, est-ce que la maison émet moins de gaz à effet de serre ou est-ce que ma maison a un panneau solaire sur le toit qui est essentiellement une promotion disant : « Hey, regardez mes amis les voisins, j’ai une maison verte ». Et quand les gens embarquent dans des rénos, typiquement la réno est faite pour gérer un problème. Des fenêtres qui sont vieilles et qui ont craqué. Ça peut être même être tout aussi simple qu’une cuisine, une salle de bain ou un sous-sol qui a besoin d’être changé parce qu’il n’y a plus les fonctionnalités requises. Les rénovations peuvent aussi faire partie d’une maintenance de la maison qui se fait chaque année. Les occupants en font un petit peu et à un moment donné ils peuvent se dire, bien là, on va donner un grand coup. Tous ces facteurs n’ont rien à voir avec l’efficacité énergétique. Par contre, l’efficacité énergétique pourrait être un facteur de décision dans la manière dont on va aborder la rénovation. Il y a des facteurs qui touchent directement ou indirectement, comme par exemple le confort. L’amélioration du confort passe par des mesures d’efficacité énergétique. Il y a des mesures qui peuvent être faites qui vont améliorer le confort, qui vont réduire les coûts en énergie et qui vont probablement faire que la maison est une maison qui est plus verte. Pour revenir à votre question, comment est-ce qu’on découvre ça? Comment est-ce qu’on aborde ça? Qu’est-ce que Ressources naturelles peut faire? L’occupant de la maison peut faire de la maintenance habituelle et des petites améliorations. Il peut changer le « weather stripping » [coupe-froid] qui est sous les portes. Il peut réparer et remettre en place des joints qui sont sortis autour des fenêtres ou des portes. Il peut ajuster son thermostat. En termes de maintenance habituelle, il peut y avoir d’autres petites mesures qui peuvent être faites, dont seller les fissures ou des choses comme ça. Dans ce cas-là, c’est la maintenance habituelle. S’il y a une rénovation ou une intervention qui est plus majeure, alors la meilleure manière de faire, c’est d’investir dans les services d’un conseiller en efficacité énergétique qui est qualifié par Ressources naturelles pour aider l’occupant à décider quoi faire. Je vais vous donner un exemple. Si vous avez besoin de revoir vos finances ou de planifier pour vos finances pour une raison quelconque, un changement dans la famille, un changement dans l’emploi, un départ à la retraite, ce genre de choses. Typiquement, une personne va aller voir un conseiller financier, donc va à la banque et demande si un conseiller financier pourrait les aider à regarder un petit peu ce qui se passe. Où en sont leurs finances. Où est-ce qu’elles devraient être. Et comment y arriver. Avoir un conseiller en efficacité énergétique, c’est exactement la même chose. Dans quel état est la maison et comment est-ce que cette maison pourrait être améliorée? Et quelles sont les mesures qui pourraient être prises pour arriver à cet état. C’est-à-dire, une maison qui soit plus confortable, plus efficace, plus verte ou les trois ensemble. Je vais vous donner un autre exemple. Si vous avez quelque chose qui ne va pas très bien dans votre santé, vous allez voir un médecin généraliste. Le médecin généraliste va vous dire : « Bon, je crois que vous avez ça. Vous devriez aller voir ce spécialiste. » Le conseiller en efficacité énergétique sera comme le généraliste. Il vous dira : « Je vais vous donner un bilan de santé de votre maison du point de vue énergétique. Je vais vous dire les choses dont vous devriez vous occuper parce que ça ne va vraiment pas bien. Votre fournaise est arrivée en fin de course. Vos fenêtres ne sont vraiment plus au niveau. Vous avez des fuites qui sont vraiment importantes et qui grèvent le budget de votre maison. Allez voir des spécialistes. Donc, allez consulter quelqu’un pour remplacer votre fournaise. Allez consulter quelqu’un pour regarder si vous pouvez avoir un devis pour des fenêtres. Allez consulter quelqu’un pour pulvériser de l’isolation dans votre grenier, ce genre de choses. » Et c’est exactement la même chose pour les maisons. Donc, ce conseiller en efficacité énergétique qui va venir, il va vous faire un bilan de votre maison. C’est-à-dire qu’il va prendre des mesures nécessaires de votre maison. Il va rentrer les données dans un logiciel que Ressources naturelles a et qui s’appelle HOT2000, et il va vous sortir la consommation énergétique de votre maison, des conditions normalisées, et surtout là où l’énergie s’en va dans les différents postes. C’est-à-dire murs, fenêtres, toit, sous-sol. Quelles mesures d’infiltration. Combien d’énergie s’échappe par infiltration, ce genre de choses. Ce sont des choses qui sont invisibles, mais qui peuvent être définies par la simulation par ordinateur. Et pour être sûr que le diagnostic est bon, le conseiller va aussi faire un test d’infiltrométrie. C’est-à-dire qu’il va installer une espèce de gros ventilateur dans une porte, il va dépressuriser la maison pour forcer en quelque sorte l’infiltration d’air. L’infiltration d’air se fait naturellement. Avec cette procédure-là, on augmente la dépressurisation de la maison. Donc, on diminue la pression de la maison, on force les fuites d’air, ce qui va permettre un, d’avoir une idée de quel genre de quantité de fuites d’air on a dans la maison, et deux, vu que les fuites d’air vont être forcées, on peut se promener dans la maison et regarder où sont les fuites d’air dans la maison exactement. Et si ce n’est pas possible, parce que les fuites d’air sont derrière le mur, on va voir qu’il y a des murs, il y a des coins de mur, il y a des coins de plafond qui sont plus froids parce que c’est là où il y a des fuites d’air. Et ça on peut le mesurer avec une caméra infrarouge et on regarde la température de la surface des murs des plafonds. Donc, tout ça fait partie du diagnostic du généraliste. Et d’expérience, les propriétaires sont ravis d’avoir ce genre de données parce que tout d’un coup on leur explique et ils voient des choses qu’ils ne voient pas d’habitude parce que ces choses sont invisibles. Suite à ça, le conseiller en efficacité énergétique finit son analyse et préconise un certain nombre de mesures pour faire des rénovations. Discute avec le propriétaire quelles sont les priorités du propriétaire. C’est-à-dire que le conseiller en efficacité énergétique va définir une liste de mesures avec un ordre de priorité qui est 100 % basé sur l’efficacité énergétique. La réduction de la demande en énergie. La discussion avec le propriétaire va affiner cette liste de priorités en disant : « Voici les choses qui m’intéresseraient. Je sais qu’il y a un programme de rabais pour un changement de fournaise ou j’ai des incitatifs pour des fenêtres. » Et le conseiller en efficacité énergétique va discuter et revoir sa liste de priorités selon les besoins du propriétaire. Et à la fin de cet exercice, le propriétaire a devant lui une espèce de feuille de route qui lui indique dans un ordre de priorité : voici les mesures que vous pourriez envisager. Voici dans quel ordre. Et voici quelles sont les économies en énergie auxquelles vous pouvez vous attendre de manière nominale. Autrement dit, un bilan de santé comme quand on revient de chez un physio, voici les exercices que vous devez faire ou vous pourriez faire pour améliorer votre condition.

Joël Houle : C’est super intéressant, et super utile aussi. Est-ce que vous avez des ressources à suggérer à nos auditeurs qui veulent en savoir plus sur la marche à suivre pour faire évaluer leur maison ou sur les mesures à prendre pour augmenter la performance de leur maison?

François Dubrous : Absolument. Si vous allez sur le lien qui va être indiqué dans le « podcast », vous aurez de l’information rapide concernant l’efficacité énergétique des maisons. Vous aurez aussi accès à un site qui vous permettra de trouver ou d’avoir accès à une liste de conseillers en efficacité énergétique qui œuvrent dans le secteur où la personne ou l’auditeur réside. Et vous aurez aussi de l’information sur cette fameuse évaluation de la cote Énerguide qui permet de définir où la maison en est en termes de performance énergétique et où elle pourrait être. C’est-à-dire quelles améliorations on pourrait apporter à cette maison.

Joel Houle : On va avoir les liens disponibles dans la description de notre épisode. Merci beaucoup François d’avoir pris le temps de nous rencontrer aujourd’hui.

François Dubrous : Ça me fait plaisir et j’espère que ce sera assez clair et utile à vos auditeurs.

Joël Houle :  Oui certainement.

Joël Houle : On arrive à la fin de l’émission, mais ça ne veut pas dire que le sujet est fermé. On vous invite à poursuivre la conversation dans les réseaux sociaux. Si vous avez des questions pour nos experts, ou des commentaires sur cet épisode, vous pouvez nous les adresser sur Twitter, accompagnés du mot-clic #DemandezÀRNCan. Également, si vous souhaitez en apprendre davantage sur les activités scientifiques de Ressources naturelles Canada, nous vous encourageons à visiter notre cybermagazine La science, tout simplement! Vous y trouverez une mine d’informations intéressantes : incluant les épisodes précédents de notre balado, des articles et des vidéos. La page spécifique à cette émission contient des liens électroniques à des ressources pertinentes pour en apprendre davantage sur le sujet discuté aujourd’hui. Vous pouvez accéder à La science, tout simplement! directement à partir de notre site Web à rncan.gc.ca, ou en effectuant une recherche sur Google. Si vous nous écoutez sur Apple Podcast, Google Play, Stitcher ou SoundCloud, nous vous invitons à écrire un avis et à vous abonner à notre émission pour prendre connaissance des épisodes antérieurs et futurs. Voilà qui conclut cet épisode de Demandez à RNCan. Merci de nous avoir écoutés aujourd’hui et revenez-nous au prochain épisode!

En savoir plus :

 

Sondage - La science, tout simplement

Aidez-nous à améliorer la convivialité de La Science, tout simplement en répondant à notre court sondage.