Article

La forêt boréale du Canada en voie de restauration : une visite en réalité virtuelle à 360 degrés

Le 29 mars 2019

Qu’est-ce que la réalité virtuelle (RV) à 360 degrés, le secteur pétrolier et gazier et une espèce menacée comme le caribou boréal ont en commun? Des tonnes de choses, en fait. Particulièrement en Alberta où l’on s’emploie à restaurer des milliers de kilomètres de profils sismiques – ces bandes étroites, bien marquées, que l’on a aménagées partout dans la forêt boréale canadienne pour faciliter le repérage des gisements de pétrole et de gaz naturel.

Partout au Canada, des travaux sont en cours pour restaurer l’habitat perturbé.

Partout au Canada, des travaux sont en cours pour restaurer l’habitat perturbé.

La restauration de ce paysage est une entreprise complexe qui peut cependant profiter à l’ensemble de l’écosystème et contribuer à améliorer l’habitat faunique, dont celui du caribou boréal – une espèce menacée aux termes de la Loi sur les espèces en péril du gouvernement fédéral. Des travaux sont déjà en cours. Le gouvernement du Canada dispose du Programme de rétablissement du caribou des bois destiné à assurer la viabilité des populations au Canada, tandis que le Service canadien des forêts (SCF) de Ressources naturelles Canada, grâce à son expertise, est particulièrement bien placé pour renforcer les mesures de rétablissement et ainsi favoriser la croissance de nos forêts pour les générations à venir.

Image plus grande
Katalijn MacAfee, du programme sur les effets cumulatifs du SCF, prépare un site de démonstration dans le nord de l’Alberta.

Conscient qu’un accès aux connaissances actuelles du secteur forestier lui serait profitable, le secteur pétrolier et gazier a demandé au SCF de collaborer avec lui. « À l’échelle mondiale, nous sommes les numéros un des pratiques forestières », affirme Katalijn MacAfee, du programme sur les effets cumulatifs du SCF.

« Alors qu’il explorait diverses techniques pour redonner une couverture forestière à des sites perturbés, le secteur pétrolier et gazier a réalisé qu’il existait un noyau d’expertise au sein du Service canadien des forêts. Nous avons donc commencé à travailler ensemble. »

Établir le lien

Une approche pratique et utile est l’élaboration d’une trousse d’outils de sylviculture. Il s’agit d’une panoplie de matériel comprenant des vidéos, des fiches d’information et des guides destinés à aider les parties concernées non seulement à faire pousser des arbres, mais aussi à assurer la gestion du cycle de vie des arbres, de la production de semis jusqu’à la récolte. Préparée en étroite collaboration avec la Canada’s Oil Sands Innovation Alliance (COSIA), la trousse vise à fournir des indications et de l’information spécialisée de première qualité aux équipes qui travaillent à la restauration de sites ayant subi des perturbations.

Par ailleurs, il s’avère qu’une technologie moderne comme la RV à 360 degrés est un excellent outil d’échange d’information. En produisant des images en RV à 360 degrés de toutes les étapes du processus de restauration, cette technologie permet à un vaste public d’obtenir un tableau complet des différentes méthodes de restauration sans avoir à se rendre sur de nombreux sites.

 

Image plus grande
PROFIL SISMIQUE RÉCEMMENT VÉGÉTALISÉ Des traitements spéciaux sont habituellement appliqués pour créer des microsites qui permettront aux arbres de pousser sur des basses terres accidentées. Pour accéder aux sites toute l’année, des excavatrices amphibies sont requises.

Des applications dans le monde réel

Katalijn s’est récemment rendue dans le nord de l’Alberta pour mettre sur pied un site de démonstration de techniques de restauration et pour produire, en partenariat avec COSIA et Fuse Consulting, un scénario vidéo en RV à 360 degrés mettant en vedette un profil nouvellement végétalisé. Le site de démonstration explorera la possibilité d’utiliser des buttes de sol non gelé de différentes tailles pour accélérer la restauration de zones faisant partie de l’habitat essentiel du caribou. La formation de buttes consiste à utiliser une excavatrice ou un bouteur pour former des tas de sol qui faciliteront la création de microsites pour l’établissement de semis. Le site permettra de mesurer l’efficacité des nouvelles techniques de rétablissement, tandis que la vidéo en RV à 360 degrés servira de documentation visuelle sur l’état d’avancement des travaux. L’équipe prend également des mesures pour s’assurer de la validité des résultats sur le plan scientifique.

« Je suis très impressionnée par le désir de l’industrie d’améliorer les choses et par sa détermination à travailler en étroite collaboration avec nous, à apprendre de gens comme nous qui possèdent une grande expérience en foresterie », ajoute Katalijn. « Cette collaboration très enrichissante nous a permis d’atteindre de meilleurs résultats. »

Image plus grande
PROFIL SISMIQUE SUR BASSES TERRES – 6 ANNÉES APRÈS LA VÉGÉTALISATION La végétation sur cette ligne a été plantée il y a six ans et les arbres ont bien poussé sur les monticules prévus à cet effet.

Image plus grande
Préparation du site de démonstration en vue de sa restauration.

L’Alberta et d’autres régions du Canada sont sillonnées de profils sismiques sur des milliers de kilomètres, littéralement. Des études font état de changements environnementaux importants et persistants le long de ces bandes.

« Ce sont des zones compliquées où le sol est souvent très compacté, qui sont pauvres en communautés microbiennes et sont souvent envahies par de la végétation concurrente, comme de mauvaises herbes », indique Katalijn. Ces conditions, qui entraînent des changements dans les sols, les plantes, les arbres et la faune, peuvent compliquer énormément la restauration de la couverture forestière dans ces zones. En voici un exemple flagrant : des études montrent que les loups se déplacent deux fois plus vite dans les profils sismiques que dans la forêt adjacente. En d’autres mots, ces voies linéaires tiennent lieu d’autoroutes pour les prédateurs à la recherche d’une proie, ce qui représente une réelle préoccupation dans le cas du caribou boréal.

Pour toutes ces raisons et d’autres encore, RNCan et ses partenaires du secteur reconnaissent qu’il est urgent de trouver des moyens de favoriser la restauration et de rétablir la couverture forestière.

Même si elle met l’accent sur les sites perturbés de la région des sables bitumineux de l’Alberta, la documentation contenue dans la trousse d’outils de sylviculture peut en grande partie s’appliquer à d’autres zones perturbées de la forêt boréale, y compris les sites miniers et les routes forestières.

Dans l’avenir, on pourrait traiter des milliers de kilomètres de profils sismiques grâce à l’équipe de RNCan et à ses partenaires, qui unissent leurs efforts pour restaurer l’une des ressources renouvelables les plus précieuses du Canada – nos forêts.

Pour en savoir plus :