Le futur de l’efficacité énergétique pour les maisons (Demandez à RNCan)

Dans cet épisode de Demandez à RNCan, François Dubrous de l'Office de l'efficacité énergétique discute du futur de l’efficacité énergétique pour les maisons au Canada.

Transcript

Joël Houle (Animateur)

Bonjour tout le monde et bienvenue à l'émission Demandez à RNCan. Ceci est notre série de balados où l'on discute avec nos experts du travail qui se fait ici à Ressources naturelles Canada. Aujourd'hui nous allons discuter du futur de l'efficacité énergétique pour les maisons au Canada. Avant de commencer, j’aimerais souligner que le balado s'appelle demander à RNCan pour la simple raison que nous voulons recevoir vos questions. Le but de l'émission est de faire découvrir les activités scientifiques de notre ministère, alors à la fin d'épisode si vous avez des questions ce sujet abordé aujourd'hui, vous êtes invités à nous en faire part sur twitter avec le mot clic #DemandezÀRNCan. C’est bon? Parfait allons-y…

[Musique]

Mon invité aujourd’hui est François Dubrous du bureau de l'Office de l'efficacité énergétique de RNCan, François merci d’être avec nous aujourd’hui.

François Dubrous

Ça me fait plaisir.

Joël

Alors est-ce que tu peux commencer par nous expliquer le genre de travail que tu fais?

François

Oui, alors essentiellement ce que je fais, c'est que j'aide les propriétaires de maisons ou les futurs propriétaires, c’est-à-dire les gens qui vont acheter des maisons à combattre les changements climatiques et peut-être ils se n’en rendent pas compte, mais combattre les changements climatiques en achetant ou en devenant propriétaire de maison qui a une consommation énergétique réduite. Parce que ça va permettre en ayant une consommation énergétique réduite de réduire les émissions de gaz à effet de serre parce que cette maison consomme de l'énergie et donc ces gens-là vont contribuer à combattre les changements climatiques en réduisant les émissions à effet de serre. Et il y a des millions de personnes qui peuvent faire ça et donc, notre boulot c'est de s'assurer que l'efficacité énergétique du stock de maisons au Canada a une efficacité qui continue de croître sans cesse au cours des prochaines années.

Joël

Ressources naturelles Canada considère de nouvelles méthodes de construction pour rendre la maison plus écoénergétique comme tu dis, est ce que tu peux élaborer sur ce sujet en général?

François

Oui certainement. Alors l'énergie, c'est un substitut pour les mesures d'émissions de gaz à effet de serre. Il y a une corrélation et donc en réduisant l'énergie, on réduit les émissions. On a à peu près 17% des émissions au Canada qui viennent du secteur bâti c’est-à-dire, terme technique, qui veut dire les maisons, les bâtiments, tout ce qui est construit. Et donc ça veut dire qu’un, c'est une partie importante et deux, on peut faire une différence dans ce domaine et en particulier dans le domaine résidentiel. Pourquoi? Parce qu’aujourd'hui, on est capable de construire des maisons qui ont une efficacité très haute. Ça veut dire que ces maisons peuvent consommer très peu d'énergie. En plus, si on a juste des systèmes d'énergie renouvelable, c'est-à-dire des systèmes qui produisent de l'énergie sans produire d'émissions, définition de renouvelable, alors on a un ensemble donc la maison en plus les sources d’énergie qui ne vont produire aucune énergie dans un bilan net. Ça, c'est possible aujourd'hui. C'est possible techniquement. Ça ne ressemble pas un vaisseau spatial, ça ressemble à une maison ordinaire. On va parler des coûts un petit peu plus tard parce que c'est quand même important, mais techniquement c'est possible. Et donc notre travail c'est de se rendre à ce stade-là où les maisons vont être à haute efficacité énergétique ou très haute efficacité énergétique. À partir d'aujourd'hui, on veut se rendre à ce stade-là, comment on fait ça, c'est notre travail.

Joël

Selon les notes que j'ai vues sur le site Internet, on parle de ces nouveaux modèles comme ayant une meilleure qualité d’air à l'intérieur et puis moins de problèmes de mold.

François

Oui, alors on va dire les décideurs au Canada, dont le gouvernement du Canada, ont une approche qui est une approche pragmatique et holistique, je vais expliquer. Pragmatique dans le sens où il faut que les mesures que l'on va prendre au cours des années futures, parce que c'est quelque chose qui va prendre un certain nombre d'années, soient viables pour que l'industrie puisse les mettre en place, les adopter. C'est-à-dire que si on demande à l'industrie de faire des choses et que ce n’est pas viable, ils ne pourront pas vendre ces mesures où ces maisons où ces technologies, ça ne va pas aller de l’avant, ça ne va pas marcher.

Donc on va prendre des mesures pragmatiques que je vais vous décrire et ce qu'on regarde ce sont des mesures holistiques, c'est-à-dire qu’on va parler ou on va agir au niveau du code du bâtiment, ça, c'est très important, au niveau de l'aide à l'industrie pour que l'industrie embarque selon ces nouveaux codes et puisse continuer à avoir une industrie profitable tout en pouvant vendre des maisons qui ont une meilleure efficacité, et d'autres mesures dont je vais parler qui essentiellement concernent le fait que le propriétaire, le consommateur doit avoir accès à l'information. Ça part de là, c'est-à-dire que si les propriétaires ou futurs propriétaires n'ont pas l'information, ils ne savent pas quoi demander, sur quoi réfléchir et quels facteurs ils devront tenir en compte pour leur décision d'acheter une maison ou une autre.

Et donc, ce sont les trois domaines dans lesquels on travaille. Je vais commencer par le code. Le code du bâtiment c’est la loi. C'est-à-dire, que le code impose aux gens qui construisent des maisons de suivre les exigences du code qui sont un plancher, c’est-à-dire, on ne peut pas construire des choses qui sont moins bonnes que ce que le code donne. C'est la loi. Il y a eu un changement majeur au Canada récemment et il y a un changement majeur, un virage majeur qui est en train de se passer. C'est qu’habituellement les codes donne le plancher, c'est-à-dire, on ne peut pas construire quelque chose qui n'est pas au niveau du code. Le code du bâtiment qui va sortir en 2020 donne des mesures, des cibles d'efficacité énergétique pour le futur. Ça ne s'était jamais fait avant, c'est une première dans l'histoire des codes. C’est-à-dire que la loi concernant la construction de maisons dans ce cas-là, dit quand le code va être adopté. Il va y avoir une mesure de base, un niveau de base que vous devrez respecter en termes d'efficacité énergétique. De plus, le code va dire et pour votre information, voici les deux, trois ou quatre niveaux d'efficacité énergétique futurs qui vont probablement être mis en place au fur et à mesure que le code va être mis à jour. En ce moment, c'est tous les quatre ou cinq ans. Donc ça veut dire que le changement majeur, c'est que le code maintenant dicte ce qui va se passer au niveau de l'efficacité énergétique au Canada pour les quinze à vingt années futures. Le code et l'importance ici, c'est non seulement le fait que le code détermine le futur, mais aussi que le code est la manière la moins chère pour un gouvernement d'arriver à monter l'efficacité énergétique du stock de maisons. Parce que le code est la loi que tout le monde doit suivre.

Par rapport à un programme d'incitatifs, un programme où on donne de l'argent pour entreprendre des mesures quand l'argent n'est plus là, l'industrie ne suit plus le changement qui était mis en place. Le code, c'est une fois qu'il est en place, si la loi, on ne peut pas construire moins que les demandes du code.

Joël

Alors, avec les changements qu'on va faire au code ou qui sont qui ont été faits au code, et la nouvelle technologie qu'on utilise, j'imagine que ça va avoir un impact sur le coût de ces maisons?

François

Oui, alors le coût. Le coût, c'est toujours une question intéressante. Alors, je vais parler de deux choses. La première, c'est le coût d'une maison par rapport à une maison abordable. Il y a une subtilité qui est importante, et la deuxième chose, c'est est-ce que c'est le coût qui est important ou est-ce que c'est la maison comme investissement qui est important?

Je vais vous raconter une anecdote. Dernièrement, j'ai changé les téléphones que j'avais et celui de mes enfants donc j'ai été magasiné pour un plan. C'est-à-dire que je cherchais un service de téléphonie cellulaire. J'ai regardé un plan qui correspond à mes besoins en termes de données et à ceux de mes enfants en termes de données, etc. Et j'ai acheté des plans qui étaient des plans combinés donc c’était moins cher et cela correspondait à mes besoins. Suite à ça, ma femme m'a dit, on va aller changer mon téléphone. Nous sommes allés au magasin et ce qu'elle a fait c'est qu'elle a regardé le coût du téléphone elle a dit oh my god en français, ce téléphone est cher, est très cher et j'ai réalisé à ce moment que  l'exercice que j'avais fait avant pour moi, le coût du téléphone n'était pas dans l'équation. Ce que je voulais c'était un service de téléphonie qui correspond aux paramètres qui correspondaient à mes besoins. Le coût du téléphone est inclus dans le coût du plan, mais pour ma femme ce n'était pas du tout ça, c'était j'achète un bien, pas un service, j'achète un bien et le coût est extraordinairement élevé et ça m'intéresse pas parce que c'est bien trop cher par rapport à ce que je pensais que c'était. La fin de l'histoire, c'est que finalement, elle a réalisé que c'était le nouveau modèle, donc elle a eu son téléphone avec un plan dont le coût mensuel était acceptable pour elle. Et c'est la même chose pour les maisons.

Alors la maison ce n’est pas un service, mais c'est un investissement dans le sens où les gens changeaient leurs maisons à peu près tous les cinq ans, je ne sais pas comment c'est aujourd'hui, mais essentiellement les gens vont avoir des maisons ou des appartements en succession durant toute leur vie. Ils vont changer. Et donc, ils ne s'attachent pas à une maison. Ce n’est pas vraiment le coût de la maison qui est important. C’est, est-ce que je peux me payer la maison chaque mois, est-ce que je peux payer l'hypothèque à chaque mois et à la fin quand je vais retirer l'argent de cet investissement pour l'investir ailleurs, qui est typiquement une autre maison plus grande, est-ce que je vais gagner ou perdre de l'argent.

Donc, le coût d'une maison initiale, ce n'est pas vraiment dans l'équation. L'équation, c’est est-ce qu’il y a quelque chose qui est abordable. C'est-à-dire pour lesquels on peut payer mensuellement. Alors, la réponse à ça, c'est que le code est le même pour tout le monde donc le coût d'une maison. Je reviens au coût, mais essentiellement le coût pour le constructeur d'une maison. Il va avoir un plancher parce que tous les constructeurs devront au minimum faire les mêmes choses. Et donc, avec une exigence du code qui monte, oui le coût de la maison va monter. La question est-ce que ça vous monte trop haut pour que le paiement mensuel devienne inabordable. C'est ça, la question.

Et deuxièmement, dans l'optique où les gens se disent, oui le coût mensuel ou ce que je dois payer/rembourser chaque mois est plus haut, mais je sais que je vais avoir une meilleure plus-value quand je vais revendre la maison.

Donc, ma réponse finale à votre question c'est oui, la maison va coûter plus cher tout au moins initialement parce qu’on va demander à l’industrie de faire des changements. Tout changement dans ce cas-là va coûter plus cher. On s'attend évidemment à ce que le coût supplémentaire va diminuer en termes relatifs, ça veut dire que le coût de la mesure supplémentaire de l'équipement qui a une meilleure efficacité ou plus d'innovation dans les murs ou une fenêtre ou plus d’efficacité ça cela coûtait plus cher, mais quand ça deviendra la norme dans le marché le coût supplémentaire deviendra moindre et la valeur relative de la maison, la valeur absolue de la maison va monter.

Donc en termes relatifs, l'accroissement du prix va clairement diminuer au fil du temps et on va arriver à une étape où ça s'est fait dans le passé où par exemple une fenêtre d'une certaine qualité deviendra la norme et plus personne ne pensera à demander une fenêtre qui était de la qualité précédente parce qu'il n’y en a plus sur le marché. Et, la fenêtre de qualité supérieure à un coût qui est équivalent à celui de la fenêtre d'avant. Donc, oui ça coûte plus cher, non je ne pense pas que ça soit pour ces deux raisons. C'est-à-dire que ce sera le code à travers le cas au Canada et la deuxième chose, c'est que le coût va baisser. Je pense une industrie va devenir meilleur à trouver des solutions qui sont moins chères donc je ne pense pas que c'est ça le problème. Le problème, le défi, c'est d'inciter les propriétaires à considérer l'investissement maintenant pour une maison qui va être de meilleure qualité. Parce qu’une maison à plus haute efficacité énergétique est construite avec des matériaux avec un soin plus particulier parce qu’il faut que la maison soit plus étanche donc, on fait plus attention plus attention aux détails. C'est ça qui donne une bonne ou mauvaise étanchéité à l'air.

La deuxième chose, c'est qu'il va y avoir des mesures ou des technologies qui vont être utilisées qui vont être soit plus robustes, soit la conception devra être plus affinée par ce qu’il faudra faire plus attention à la condensation genre des choses, la structure.

La troisième chose c'est que la maison performante est une maison dans laquelle la qualité de l'air est contrôlée. C'est-à-dire qu’on amène de l'air frais de l'extérieur dans la maison et on extrait l'air vicié. Les maisons haute performance vont toutes avoir ça. Donc la qualité de l'air intérieur va être supérieure. En particulier à l'automne et au printemps. Parce que l'automne et le printemps. se sont les pires saisons. On pourrait penser que l'hiver c'est la pire, mais ce n’est pas vrai. En été, les fenêtres sont ouvertes. En hiver, les fenêtres sont fermées, mais il y a un tel appel d'air parce que l'air chaud monte naturellement et s'infiltre et sort de la maison par la partie haute de la maison que naturellement, il y a un changement d'air qui se fait. En automne, il ne fait pas assez froid pour que ce changement d'air se fasse naturellement et les fenêtres sont fermées parce qu'il fait quand même trop froid pour les laisser ouvertes. La même chose au printemps. L'automne et le printemps sont les pires saisons pour la qualité de l'air à l'intérieur d'une maison. Quand on a un système qui marche, qui fonctionne et dont le rôle, c'est de changer l'air, on augmente la qualité de l'air. Donc, c'est un autre exemple pour dire qu'une maison en plus de l’efficacité énergétique, oui, va avoir une consommation d'énergie moindre.

Ce n’est pas ça qui vend les maisons. Ce qui vend ces maisons, ce qui va se passer pour ces maisons dans le futur, c'est qu'elles vont avoir une meilleure qualité de l'air, elles vont être d’une meilleure qualité en termes de murs, d’enveloppe. On appelle l'enveloppe, c'est-à-dire les murs, le plafond, sous-sol. Et il va y avoir probablement une plus grande résilience. S'il y a une panne de courant. Parce qu’il faut considérer ça aussi maintenant. On a des preuves des phénomènes climatiques qui font qu'il y a des pannes de courant ou des innovations et donc si une panne de courant la maison consomme peu d'énergie et sera conçu pour que la maison peut en anglais, c'est coasting, peut continuer à fonctionner ou à être suffisamment confortable pendant une période de temps qui est plus longue par exemple, parce qu'il y a moins d'air froid qui s'infiltre dans la maison. Donc, la maison reste chaude plus longtemps. Et finalement, si on prend une maison à haute performance énergétique, typiquement on appelle ça une maison prête à la consommation énergie nette zéro. Si on attache, on connecte cette maison à un système d'énergie renouvelable, donc il y a un apport d'énergie qui est fait par des sources renouvelables, on peut, en cas de panne avoir une maison qui continue à fonctionner. Parce qu'on a quand même une source typiquement d'énergie électrique. Donc, tous ces facteurs-là donnent une maison ou une maison avec des systèmes associés qui va être de meilleure qualité générale.

Joël

J’ai une question technique pour toi. Les maisons qui sont plus écoénergétiques, sont plus sellées. L’air est plus contrôlé. Mais lorsqu’on veut avoir de l’air frais pour la qualité de l’air à l'intérieur de la maison, il va falloir l'hiver la réchauffer cet air, et l'été la refroidir. Est-ce que ça augmente la consommation d’énergie?

François

Absolument.  La consommation d'énergie est plus élevée, alors pour pallier à cette consommation énergétique plus élevée, les systèmes qui existent qui sont des systèmes standards qui sont mis en place dans l'émergence et un système de ventilateur, c’est l’échange d'air. On prend l'air vicié, on le remplace par de l'air frais qu'on appelle le r9 ventilateur à récupération de chaleur. C'est à dire qu'on prend la chaleur de l'air qu'on envoie dehors, l'air de l'intérieur qui est chaud qu'on envoie dehors. On prend une partie de cette chaleur et on la donne à l'air qui rentre. Et ça permet de préchauffer l'air qui rentre. Donc, il n'est pas aussi froid qu'il pourrait l'être. Ce n’est pas un transfert 100 % évidemment. Par contre, la quantité de chaleur qui est requise pour préchauffer cet air neuf est une fraction de la quantité d'énergie globale. Donc oui ça augmente la facture d'énergie, mais ça fait partie des coûts pour réduire la facture d'énergie.

Je m'explique. C'est-à-dire que quand on a une maison étanche, on contrôle les pertes de chaleur. C’est-à-dire, la chaleur qui part, parce que l'air chaud s’en va par les fuites de la maison. Donc, on contrôle cela en amenant de l'air neuf à un débit qui est calculé très précisément. Et oui, on le préchauffe, mais ça nous coûte moins cher que si on laissait l'air chaud de la maison fuir par les fuites de la maison.

Joël

Alors, si on regarde l'ensemble de la situation, pourquoi est-ce que le gouvernement du Canada s'est donné comme priorité d'encourager la construction de maisons plus écoénergétiques?

François

Je vais reformuler un petit peu cette question, et je vais la reformuler en disant quelle est la vision du gouvernement du Canada. Le pourquoi, je pense, que c'est évident, ça fait partie de la lutte aux changements climatiques. Et derrière ça, quelle est la vision. Alors, quelle est la vision du gouvernement du Canada en ce qui concerne l'environnement énergétique.

L'Office de l'efficacité énergétique a pour mandat d'améliorer l'efficacité énergétique chez soi, donc à la maison, sur la route, au travail, et dans d'autres domaines. Je vais parler en particulier de chez soi : la maison et sur la route.

Un des éléments du futur, ça va être la connectivité. La connectivité entre la maison et les voitures électriques par exemple. Je vais prendre cet exemple-là. Tout le monde maintenant à un cellulaire connecter sur un portable et parfois avec une batterie supplémentaire qui se connecte sur le téléphone quand on a besoin d'avoir un téléphone qui marche plus que 24 heures ou 48 heures. Donc, la connectivité, on comprend ce que c'est. On peut imaginer un monde où il va y avoir une maison hyper performante. Il y aura possiblement des systèmes d'énergie renouvelable qui s'appelle système photovoltaïque qui transforme l’énergie du soleil en électricité. Et, une voiture qui a une batterie qui sera connectée à cette maison. Et, donc, le défi sera de gérer cette énergie électrique. Et, on peut imaginer une maison qui est aussi branchée au réseau électrique, et la maison qui peut être branchée à des sites avec un système d’énergie renouvelable pour la maison ou branchée à un système d'énergie renouvelable au niveau du quartier ou de l'environnement. Et donc, l'idée c'est le futur. C'est d'avoir une gestion de l'énergie.  Sinon, ça va être un : de réduire la consommation énergétique, d’améliorer l’efficacité énergétique des éléments de la maison. Et deux, de connecter ses éléments parce qu'on parle d'énergie électrique, en particulier, et de voir comment on peut gérer la consommation d'énergie au mieux.

Un autre exemple de la connectivité, c'est les systèmes de domotique, c'est-à-dire les systèmes où on va gérer ce qui se passe dans la maison à distance. Donc, on peut réduire la température, c'est habituellement ce que les gens comprennent. On réduit la température quand on n'est pas dans la maison. On l’augmente avant d'arriver à la maison, ou on augmente la température dans les pièces si on y est, pas dans les pièces où on n'est pas. Ce qui semble logique. Donc par exemple, les chambres restent à un niveau plus frais durant la journée parce que les gens sont généralement dans les pièces de vie qui sont la salle à manger, la cuisine, le salon, les choses comme cela. Ça, c'est la première chose.
La deuxième chose, c'est que pour arriver dans la vision si vous voulez, pour arriver à ce niveau-là, il faut réduire la consommation. C’est une étape importante avant d'arriver à un système où on a une haute efficacité. Il faut réduire la consommation. Pour les maisons, ça veut dire qu’il faut réduire les pertes de chaleur. Il faut avoir des murs qui sont plus isolés, des fenêtres qui sont plus efficaces entre autres, et moins de fuites de chaleur. Parce que, prenez l'image d'une maison qui est bâtie en 1900. Si vous mettez des systèmes renouvelables qui vont nous coûter dix mille dollars sur cette maison, vous allez avoir une fraction minime de l'énergie qui va être compensée par ce que la maison dépense tellement d'énergie que ce que le système renouvelable fournit est très peu. Et, donc, ce n’est pas un bon investissement. Un meilleur investissement, c'est de dire on va améliorer la qualité de la maison pour qu'elle demande beaucoup moins d'énergie. Et, une fois qu'on a réduit la demande en énergie, alors on va remplacer certaines de ces sources. On va remplacer une partie cette énergie par des sources renouvelables et la fraction d'énergie qu'on aura remplacée sera beaucoup plus importante. Et c'est là où l'investissement vaut la chandelle.

Et donc pour les maisons, ça veut dire des maisons à très haute performance qu'on peut appeler à consommation nette, prêtes à la consommation nette zéro ou consommation nette zéro, qui serait une maison a très haute performance avec un système renouvelable donc, une maison qui consomme très peu d'énergie. Et, à la base, c'est comme ça qu'on va réduire les émissions à effet de serre. C'est quand on demandera moins d'énergie traditionnelle. Donc d'énergie carbonée. Et la seule manière de le faire, c'est de réduire notre consommation d'énergie, en fin de compte.

Joël

Est-ce qu’il y a des ressources que peuvent consulter ceux et celles qui veulent en apprendre davantage sur les maisons écoénergétiques, ou savoir comment rendre leur maison plus écoénergétique?

François

Absolument. Alors, ils peuvent toujours aller sur notre site Web qui est l'Office de l'efficacité énergétique (OEE) de Ressources naturelles Canada. Donc, faire une recherche. Et en particulier, j'indiquerai le fait que les gens qui sont intéressés à savoir comment est-ce qu'ils peuvent faire des rénos intelligentes, c'est à dire quelle est la meilleure démarche à prendre pour embarquer dans les rénovations. C’est-à-dire, dépenser de l'argent et avoir le meilleur produit à la fin. Et pour ça, ce que Ressources naturelles offre, c'est le système ou l’approche Energuide. Energuide on connaît, c'est l'étiquette qu'on a sur les électroménagers. Ça existe aussi pour les maisons. Et si vous faites une recherche sur Energuide à l'Office de l'efficace énergétique pour les maisons, vous allez voir qu’on vous propose une approche intelligente basée sur des mesures concrètes. C'est-à-dire qu'on fait une analyse de votre maison, on vous propose des mesures et on vous donne l'impact que ces mesures va avoir sur votre consommation énergétique.

Joël

Parfait! Merci beaucoup François de nous avoir accordé cette entrevue.

François

Merci! Un plaisir pour moi.

Joël

On arrive à la fin de l’émission, mais ça ne veut pas dire que le sujet est fermé. On vous invite à poursuivre la conversation sur nos réseaux sociaux. Si vous avez des questions pour nos experts, ou des commentaires sur cet épisode, vous pouvez nous les adresser sur Twitter, accompagnés du mot-clic #DemandezÀRNCan.

Également, si vous souhaitez en apprendre davantage sur les activités scientifiques de Ressources naturelles Canada, nous vous encourageons à visiter notre cybermagazine La Science, tout simplement! Vous allez trouver une masse d’informations intéressantes : incluant les épisodes précédents de notre balado, des articles, et des vidéos. La page spécifique à cette émission contient des liens électroniques à des ressources pertinentes pour en apprendre davantage sur le sujet discuté aujourd’hui. Vous pouvez accéder à La Science, tout simplement directement à partir de notre site Web à rncan.gc.ca, ou en effectuant une recherche sur Google.

Si vous nous écoutez sur Apple Podcast, Google Play, Stitcher ou Soundcloud, nous vous invitons à écrire un avis et à vous abonner à notre émission pour prendre connaissance des épisodes antérieurs et futurs.

Voilà qui conclut cet épisode de Demandez à RNCan. Merci de nous avoir écoutés aujourd’hui et revenez-nous pour le prochain épisode!

En savoir plus :