L’importance des terres rares (Demandez à RNCan)

On retrouve des éléments des terres rares dans la plupart des appareils de haute technologie, tels que les téléphones intelligents et les voitures électriques. Dans ce balado de notre cybermagazine « Demandez à RNCan », Magdi Habib nous explique ce que sont les terres rares et ce qui fait leur importance, ainsi que les recherches que poursuit Ressources naturelles Canada pour aider l’industrie canadienne dans ce domaine.

Transcript

Joël : Bienvenue à l’émission Demandez à RNCan, une série de balados où nous discutons du travail qui se fait ici à Ressources naturelles Canada – ou RNCan pour les intimes.

Aujourd’hui, nous allons discuter des éléments des terres rares. Ces éléments sont des types de métaux que l’on retrouve dans la majorité des appareils de haute technologie, tel que les téléphones intelligents et les ordinateurs.

Avant de commencer, je vais prendre un moment pour expliquer comment l’émission fonctionne. Le concept de cette série est le suivant : on vous présente un sujet, on en discute avec un spécialiste de Ressources naturelles Canada, et ensuite on vous laisse poursuivre la conversation dans les réseaux sociaux. À la fin de l’épisode, si vous avez des questions sur le sujet abordé aujourd’hui, vous êtes invités à nous en faire part sur Twitter avec le mot-clic #DemandezÀRNCan.

C’est bon? Parfait, allons-y…

Aujourd’hui, nous avons le privilège d’accueillir Magdi Habib, directeur général de CanmetMINES à Ressources naturelles Canada.

Magdi, vous allez bien?

Magdi: Très bien, merci.

Joël: Parfait. Est-ce que vous pouvez commencer par nous expliquer qu’est-ce que les éléments de terres rares, et pourquoi est-ce qu’ils sont importants?

Magdi: Oui, absolument. Merci beaucoup de m’accueillir aujourd’hui pour cette description du programme des terres rares.

Les terres rares, c’est un groupe de quinze éléments dans le tableau périodique. Ça inclut aussi deux autres éléments qui ne font pas partie des terres rares, on les appelle scandium et yttrium. Ils sont ajoutés aux terres rares à cause de leurs propriétés chimiques, qui sont similaires aux terres rares, et ils se trouvent dans les gisements en même temps que les terres rares.

Les terres rares sont des éléments qui sont assez importants pour nos technologies – les téléphones cellulaires, les tablettes qu’on voit. Tout ce qu’on trouve dans les tablettes, au niveau des icônes qu’on voit, ça vient des terres rares, qui sont vraiment importantes pour la fabrication des nouvelles technologies, ça se trouve dans l’industrie aérospatiale, l’industrie de la défense. Ces éléments sont vraiment partout.

On les appelle les « terres rares », malgré qu’ils ne sont pas vraiment rares; ils sont abondants. Mais le fait qu’ils sont présents à de faibles concentrations, on les appelle terres rares. Mais, ils sont vraiment abondants dans la nature, ils se trouvent dans beaucoup de gisements, mais leurs concentrations sont assez faibles pour les récupérer. Et ça, c’est ce qui fait qu’ils sont vraiment rares, et c’est difficile au niveau technologique de les récupérer.

Joël : Je comprends. Est-ce qu’il y a beaucoup de terres rares ici au Canada?

Magdi : Au Canada, on a beaucoup de terres rares, ce qui donne un avantage économique pour le Canada au niveau de la présence de terres rares dans le nord du Québec et l’Ontario. À date, on n’a pas vraiment les technologies nécessaires pour les extraire, les séparer et produire des terres rares.

Et ce qui nous donne un avantage à RNCan, c’est de développer les technologies nécessaires pour produire les terres rares, ce qui peut nous mettre en avant-garde de la technologie mondiale pour la production.

Joël : OK, je comprends. Dans cette situation, où les terres rares ont une grosse présence ici au Canada, et avec l’importance des terres rares, pourquoi est-ce que l’on n’a pas investi dans des mines ou dans la technologie auparavant?

Magdi : La raison pour laquelle on n’a pas investi est que c’est une technologie qui est assez complexe. Il y a d’autres producteurs mondiaux qui produisent des terres rares, comme la Chine qui domine à peu près 90 % du marché mondial. Et on a réalisé avec le temps que pour être compétitif au niveau de la production des terres rares, on doit commencer à développer cette technologie pour l’extraction et la production des terres rares.

Joël : Vous avez parlé de la difficulté d’extraction. C’est quoi la recherche que Ressources naturelles Canada fait pour faciliter l’extraction?

Magdi : Comme j’avais mentionné au début, les terres rares sont abondantes, mais elles se trouvent à de faibles concentrations. Dans notre domaine minier, pour avoir une valeur de ces métaux, ces éléments, on doit les concentrer. Ça demande beaucoup de recherche pour produire une concentration élevée de terres rares pour qu’on puisse vraiment retirer de la valeur de ces éléments. La concentration, c’est une étape dans le processus, où on a besoin de concentrer les minéraux pour produire des teneurs élevées. Puis ensuite, c’est la séparation des terres rares. Ces technologies sont assez complexes. Comme j’avais mentionné, les éléments de terres rares ont des propriétés qui sont similaires. Et pour les séparer, les 17 éléments qui se trouvent dans les concentrés, ça devient un défi technologique assez important pour produire des terres rares qui seront utilisées pour des applications que je viens de mentionner, ou bien médicales, spatiales ou électroniques.

Joël : Alors, quel est le but ultime? Qu’est-ce que l’on veut accomplir en aidant l’industrie?

Magdi : Le but ultime pour ce programme, c’est vraiment d’être un producteur mondial de terres rares. On vise que le Canada produise à peu près 20 % de la production. Comme ça, on sera en position pour fournir les besoins du Canada et de l’Amérique. Comme vous savez, au mois de décembre, le président Trump a fait un décret mentionnant l’importance des terres rares pour l’industrie aux États-Unis. Et ça nous donne une opportunité d’être un fournisseur de terres rares pour les États-Unis. Pas juste un fournisseur, mais travailler en collaboration avec les États-Unis pour combler le vide que l’on a au niveau de la production des terres rares. Et qu’on soit moins dépendant de la Chine qui a un monopole assez important mondialement.

Joël : Au Canada, est-ce que l’on considère les terres rares comme une ressource stratégique?

Magdi : Absolument. C’est considéré comme des métaux critiques pour le Canada avec une valeur économique assez importante. Et c’est pour cela qu’on travaille très fort, RNCan avec l’industrie, pour développer les technologies nécessaires pour être en position d’être un producteur mondial de terres rares.

Joël : Parfait. Merci beaucoup, Magdi, d’être avec nous aujourd’hui.

Magdi : C’est moi qui vous remercie.

Joël : C’est maintenant le moment où nous vous invitons à poursuivre la conversation dans les réseaux sociaux. Si vous avez des questions pour Magdi ou des commentaires sur cet épisode, vous pouvez nous les adresser sur Twitter, accompagnés du mot-clic #DemandezÀRNCan.

Également, si vous souhaitez en apprendre davantage sur le sujet, nous vous encourageons à visiter La Science, tout simplement, le magazine scientifique de Ressources naturelles Canada. Si vous allez sur notre site web au www.rncan.gc.ca, vous allez trouver la page reliée à ce balado.

La Science, tout simplement contient également une masse d’informations intéressantes : vous y trouverez les épisodes précédents de notre balado, des articles et des vidéos qui mettent en valeur non seulement les travaux scientifiques effectués dans notre ministère, mais aussi les personnes qui les font.

Si vous nous écoutez sur iTunes, Stitcher ou Soundcloud, nous vous invitons à vous abonner à notre émission pour prendre connaissance des épisodes antérieurs et futurs.

Voilà qui conclut cet épisode de Demandez à RNCan. Merci de nous avoir écoutés aujourd’hui et revenez-nous au prochain épisode!