Language selection

Recherche

Étude d’ingénierie de base pour la production d’éthanol à partir de déchets de construction et de démolition

Secteur stratégique

Forestière - Technologie et Innovation
GES et émissions atmosphériques

Statut

Actif

Partenaires

County of Lambton Community
Development Corporation
MaRS
ArcTern Ventures

Fonds

Programme de croissance propre

Année

2018

Contribution du PCP

2 899 800 $

Total du projet

5 799 800 $

Lieu

Ontario

Pour en savoir plus

Woodland Biofuels Inc.
(Disponible en anglais seulement)

Promoteur principal

Woodland Biofuels Inc.

Objectifs du projet

Woodland Biofuels produit de l’éthanol propre et renouvelable à partir de biomasse. Ce projet permettra à l’usine de production d’éthanol cellulosique de Woodland de terminer la dernière étape de son étude d’ingénierie de base (FEED) de son installation ainsi que de ses essais de démonstration en usine nécessaires afin de conclure un accord de financement et de commencer la planification pour la construction de la première usine de production d’éthanol commercial de Woodland.

Ce procédé utilisera un mélange de déchets forestiers provenant de fournisseurs de matières premières et de déchets de bois de construction et de démolition.

Résultats escomptés

Cette technologie soutiendra l’industrie forestière du Canada de deux façons : 1) en créant une industrie nouvelle et permanente qui permettra de générer des profits à partir de déchets produits par l’industrie forestière; 2) et en revitalisant l’infrastructure actuelle de l’industrie forestière, en augmentant l’efficacité des opérations et en ajoutant de la valeur à la base de ressources existante.

Avantages pour l’environnement escomptés : D’ici 2021, on prévoit que cette technologie permettra de produire 79,5 millions de litres d’éthanol cellulosique par année, menant ainsi à une réduction potentielle des émissions annuelles de GES d’environ 200 kt d’éq. CO2.

Outre les réductions des émissions de GES réalisées par ce procédé, des composés organiques volatiles (COV) ne sont émis que durant la phase de production, de vastes masses de déchets de bois sont détournées des sites d’enfouissement et 92 % moins d’eau par litre est utilisée dans le cadre de ce procédé comparativement aux procédés de production d’essence.

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute demande, contactez-nous.

Date de modification :