Language selection

Recherche

Développement et mise à l’essai d’un système de pyrolyse trigénération

La solution d'essai de pyrolyse (TGP) d'Ekona produit de l'hydrogène propre à l'échelle industrielle et une alimentation électrique de base

La solution d'essai de pyrolyse (TGP) d'Ekona produit de l'hydrogène propre à l'échelle industrielle et une alimentation électrique de base

Secteur – Domaine d’intérêt

Industrie manufacturière – Manufacture transversale

Statut

Actif

Partenaires

Conseil national de recherches Canada
Gaz naturel financement innovation
Innovative Clean Energy Fund – BC

Fonds

Programme d'innovation énergétique

Année

2020

Contribution du PIE

2 750 000 $

Total du projet

7 762 000 $

Lieu

Vancouver (Colombie-Britannique)

Pour en savoir plus

www.ekonapower.com (Disponible en anglais seulement)

Promoteur principal

Ekona Power Inc.

Solution

Le système de pyrolyse trigénération (TGP) d’Ekona combine de façon unique un réacteur de pyrolyse du méthane à impulsions et une pile à combustible directe au carbone qui, ensemble, maximisent la valeur énergétique et économique du méthane des substrats pour la production d’hydrogène et d’énergie électrique propres et économique à l’échelle industrielle.

Projet

Il vise à développer et à mettre à l’essai le réacteur de pyrolyse du méthane par impulsions (PMP) du cœur avec les autres composants de la centrale pour permettre des essais sur le terrain avec la PMP et de faire mûrir la conception du concept de pile à combustible directe au carbone (PCDC) au niveau de la cellule unitaire.

Résultats escomptés

La modélisation des GES d’Ekona conclut que chaque kg d’H2 produit par le TGP pour l’industrie compensera 13,3 kg d’émissions de CO . Pour atteindre une réduction totale des émissions de GES de 0,5 Gt-CO /an, il faudrait que le procédé TGP produise environ 38 Mt-H2/an, ce qui équivaut à une pénétration du marché de 65 % dans l’approvisionnement industriel actuel en H2.

Ekona a évalué la mise en œuvre d’un mélange d’H2 propre de 10 % (par volume) et a conclu qu’il permettrait de réduire les émissions de GES provenant de l’approvisionnement en énergie par pipeline de GN d’environ 3,6 %. Si ce mélange était mis en œuvre dans tous les marchés mondiaux du GN, la réduction totale des émissions de GES serait de 0,23 Gt CO2/an. L’augmentation du mélange d’hydrogène à 21 % dans le réseau de gaz naturel porterait la réduction globale des émissions de GES à 0,5 Gt-CO2/an.

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute demande, contactez-nous.

Date de modification :