Language selection

Recherche

Rôle de Ressources naturelles Canada dans la mission de la constellation RADARSAT

banner

Dirigée par l’Agence spatiale canadienne (ASC), la mission de la Constellation RADARSAT (MCR) du gouvernement du Canada (GC) s’appuie sur des décennies de recherche, d’innovation et d’expertise de Ressources naturelles Canada (RNCan) en observation de la Terre, en télédétection, en exploitation de stations terrestres et en gestion de mégadonnées géospatiales.

La vidéo suivante montre comment RNCan soutient la MCR :

Transcription:

Tous les jours, le gouvernement du Canada utilise des satellites radar pour surveiller les voies navigables du pays, les aléas d’origine naturelle et humaine et évaluer les effets des changements climatiques et des projets de ressources sur l’environnement.

Les satellites radar ont cette capacité unique de créer des images terrestres, et ce, dans des conditions nuageuses, ce qui fait d’eux un outil idéal pour une vaste région polaire comme le Canada. Les stations de réception du Canada gèrent, collectent et diffusent les données.

L’imagerie radar n’est pas nouvelle. Dans les années 1970, les chercheurs de Ressources naturelles Canada testaient des radars d’observation de la Terre en installant des capteurs sur des aéronefs.

Depuis lors, nos chercheurs et nos stations de réception ont soutenu le déploiement et les activités du premier satellite d’observation de la Terre du Canada, RADARSAT-1, lancé en 1995.

Il a été remplacé en 2007 par le satellite RADARSAT-2 qui est toujours opérationnel.

Aujourd’hui, Ressources naturelles Canada est fier de s’associer à l’Agence spatiale canadienne et à d’autres ministères dans le cadre de la mission de la Constellation RADARSAT. La mission lancera et exploitera la prochaine génération de satellites radar du Canada, soit une constellation de trois satellites de plus petits dimensions.

La Constellation RADARSAT comprend en fait trois satellites identiques qui accomplissent des tâches communes de surveillance, ce qui nous permet de produire plus fréquemment des images d’un même endroit.

Pour la première fois, ces nouveaux satellites nous permettent de capter quotidiennement des images partout au Canada et de faire en sorte que le gouvernement du Canada continue de disposer des données dont il a besoin pour appuyer les activités et la recherche qui lui sont essentielles.

La science et la technologie de Ressources naturelles Canada ont mené à l’ajout d’un nouveau type d’imagerie à la mission Constellation RADARSAT, appelée polarimétrie compacte.

Comparé aux missions RADARSAT antérieures, ce nouveau type d’imagerie permet aux utilisateurs de recueillir des renseignements plus précis sur une région plus vaste.

Ressources naturelles Canada s’est également assuré que le gouvernement, l’industrie et les universités soient prêts à utiliser les données de la mission Constellation RADARSAT.

Nos chercheurs ont conçu un logiciel qui permet aux utilisateurs de tester les images de la RADARSAT-2. Avec ces outils, les utilisateurs peuvent perfectionner leurs systèmes selon leurs besoins, et ce, avant, le lancement. De cette manière, ils seront prêts à utiliser les données de la mission Constellation RADARSAT dès que disponsibles.

Nous avons aussi amélioré nos stations de réceptions pour qu’elles soient en mesure de recevoir de plus grands volumes de données et de mieux soutenir les communications Terre-satellite pour le lancement du satellite, les activités d’imagerie et l’entretien du satellite.

Nous avons aussi amélioré l’accès des utilisateurs aux données en élargissant nos archives de données satellitaires et nous avons mis en place un portail qui permet aux utilisateurs d’accéder aux données de Constellation RADARSAT et – pour la première fois – de demander des images prétraitées qui seront plus faciles à analyser et à utiliser.

Les contributions de Ressources naturelles Canada à la mission Constellation RADARSAT reposent sur la longue histoire de leadership du Canada en ce qui concerne l’utilisation de satellites d’observation de la Terre et permettent de faire en sorte que cette technologie vitale continue de fournir tous les jours des renseignements essentiels aux Canadiens.

Science de la télédétection par radar

Terre et un satellite montré de l'espace

Copyright Canadian Space Agency

Depuis 1972, le Centre canadien de télédétection (CCT) joue un rôle essentiel pour le progrès de la télédétection radar par satellite, d’abord par l’expérimentation de capteurs radar aéroportés, puis comme partenaire essentiel des missions canadiennes d’observation de la Terre RADARSAT-1 (1995-2013) et RADARSAT-2 (depuis 2007).

En collaboration avec des partenaires du gouvernement du Canada, les scientifiques du CCT ont contribué à la MCR en :

  • introduisant et en évaluant de nouveaux modes d’imagerie, c’est-à-dire la polarimétrie compacte
  • construisant un simulateur de données de la MCR avec lesquelles les utilisateurs peuvent tester, avant le lancement du satellite, leurs programmes avec des données substitutives
  • mettant au point des méthodes d’étalonnage de calibre mondial
  • construisant de nouveaux systèmes de prétraitement de données de la MCR qui facilitent l’extraction par les utilisateurs de l’information pertinente dans les grands volumes prévus de données satellitaires
  • promouvant l’emploi des données radar pour la surveillance du pergélisol, des infrastructures essentielles, de l’eau, des terres humides et des risques naturels (inondations, séismes, glissements de terrain, etc.).

Composante terrestre des missions satellitaires du Canada

Créée en 1972, la Division de l’Infrastructure canadienne de données géospatiales (ICDG) de RNCan ne possédait alors que d’une seule station terrestre, à Prince Albert (Saskatchewan). La Division gère actuellement les activités du réseau canadien de trois stations relais pour satellites qui reçoivent, gèrent et stockent les énormes volumes de données radar collectées par RADARSAT et d’autres satellites. Ces stations de RNCan transmettent également aux satellites les commandes de direction et d’activité. Cet important réseau de RNCan sera responsable de l’acquisition et de la distribution en aval des données de la MCR aux utilisateurs de l’intérieur et de l’extérieur du gouvernement fédéral.  

Stations terrestre

Cette nouvelle constellation de trois satellites devrait collecter cinquante fois plus de données que la première mission du Canada, RADARSAT-1. Pour se préparer à ce nouveau flux gigantesque de données, l’ICDG a apporté d’importantes améliorations à ses trois stations terrestres d’Inuvik (T.N.-O.), de Prince Albert (Saskatchewan) et de Gatineau (Québec), et a créé un solide Système de gestion des données d’observation de la Terre (SGDOT) pour que les Canadiens puissent découvrir et télécharger des données RADARSAT et d’autres données d’observation de la Terre   

L’ICDG jouera également un rôle essentiel de soutien lors du lancement des satellites de la MCR, en poursuivant et communiquant avec les satellites pendant la phase d’orbite terrestre basse, l’une des phases les plus critiques de la mission, qui peut s’étendre de sept à dix jours.

Collections de données

Bureau de commande d’images satellitaires de l’Agence spatiale canadienne
Système de gestion des données d’observation de la Terre (SGDOT)
Archive de données satellitaires à long terme (ADSLT)
Données simulées de la MCR

Publications sur la Mission de la constellation RADARSAT

Recherches dans les publications GEOSCAN :
Polarimétrie compacte
Mission de la constellation RADARSAT

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute demande, contactez-nous.

Date de modification :