Language selection

Recherche

Étude canadienne de la géomatique

Analyse de la conjoncture du secteur canadien de la géomatique et étude sur la valeur

Le rapport de Ressources naturelles Canada décrit le secteur canadien de la géomatique et présente de façon détaillée les contributions de l’information géospatiale à l’économie et à la société canadiennes

Télécharger le Rapport sommaire

Qu’est‑ce que l’Analyse de la conjoncture du secteur canadien de la géomatique et étude sur la valeur?

Le Rapport sommaire de l’analyse de la conjoncture du secteur canadien de la géomatique et étude sur la valeur présente les faits saillants et les principaux résultats de deux grands ensembles de travaux réalisés par Hickling Arthurs Low Corporation pour le compte de Ressources naturelles Canada (RNCan). Cette recherche représente l’évaluation la plus complète de l’information géomatique et géospatiale au Canada à ce jour. Pour télécharger les rapports des résultats, veuillez cliquer sur les deux hyperliens suivants :

  • Le Rapport des résultats de l’étude sur la valeur est une analyse détaillée des avantages économiques et non économiques liés à l’utilisation des technologies et des services géospatiaux. Elle définit pour la première fois les gains économiques globaux pour l’économie canadienne liés à l’utilisation de l’information géospatiale.

Retour vers

Qu’est‑ce que l’information géospatiale (IG) et pourquoi est‑elle importante?

L’information géospatiale (IG) définit « où » les objets naturels, construits ou culturels sont situés par rapport à la Terre – en d’autres mots, leur emplacement géographique. La combinaison de l’emplacement avec d’autres formes de données permet une prise de décisions meilleure et plus éclairée.
L’IG est utilisée dans un large éventail d’applications :

  • par les entreprises – p. ex. transport, construction, commerce au détail et marketing, services, gestion des ressources naturelles;
  • par le gouvernement – p. ex. droits et limites de propriétés, élections, météorologie, gestion des actifs, interventions en cas d’urgence;
  • par les universités et les collèges – p. ex. recherche;
  • par les organismes sans but lucratif – p. ex. conservation, surveillance; et
  • par les consommateurs – p. ex. réseaux sociaux, loisirs, tourisme, les achats.

Le Secteur de la géomatique produit l’IG et rend la production et l’utilisation de l’IG possibles aux autres grâce aux technologies et aux services géospatiaux. Le secteur comprend des organisations du secteur privé, du secteur public et des établissements d’enseignement qui :

  • créent et saisissent les données géospatiales (p. ex. grâce à l’arpentage, à la numérisation, aux satellites); traitent, analysent et/ou présentent l’IG;
  • fournissent des services de localisation;  et/ou
  • développent des technologies géospatiales (p. ex. capteurs, systèmes de positionnement).

Télécharger le Rapport sommaire

Retour au sommet

Que nous enseigne le rapport sommaire?

  • En 2013, environ 2 450 entreprises privées de géomatique ont contribué 2,3 milliards de dollars à l’économie.
  • L’utilisation de l’information géospatiale a contribué 20,7 milliards de dollars – soit 1,1 % du produit intérieur brut (PIB) national – à l’économie canadienne en 2013, 19 milliards de dollars au revenu réel et a généré environ 19 000 emplois. Les répartitions régionales du PIB et du revenu réel par région sont disponibles dans le rapport.
  • L’utilisation des données géospatiales « ouvertes » (données disponibles à un coût minime ou gratuitement et pour utilisation sans restrictions) a fourni environ 695 millions de dollars au PIB et 635 millions de dollars en revenu réel en 2013.
  • Les estimations de l’incidence sur la productivité à l’échelle nationale attribuée à l’utilisation de l’information géospatiale (mesurée par changement de pourcentage dans la production industrielle) sont plus significatives (>1,0 %) pour :
  • l’exploitation minière, l’exploitation des carrières, l’extraction du pétrole et du gaz (4,54 %)
  • le transport et l’entreposage (1,64 %)
  • les services (1,58 %)
  • l’administration publique (1,51 %)
  • la construction (1,23 %)
  • l’agriculture, la foresterie, la pêche et la chasse (1,22 %)
  • la gestion des sociétés et des entreprises (1,08 %)
  • Quatorze (14) études de cas réalisées dans le cadre de l’Étude décrivent les avantages sociaux et environnementaux importants mais difficiles à mesurer, comme :
  • l’amélioration de la santé et de la sécurité des employés;
  • le déploiement plus efficace des campagnes de santé publique;
  • l’avantage compétitif accru pour les entreprises;
  • des villes plus dynamiques;
  • une meilleure coordination et planification pour la gestion des actifs;
  • un plus grand nombre de « bons » habitats conservés;
  • une évaluation des risques plus efficace;
  • et beaucoup plus…

Télécharger le Rapport sommaire

Retour au sommet de la page

Qu’impliquent les résultats de l’étude?

Prashant Shukle, directeur général du Centre canadien de cartographie et d’observation de la Terre (CCCOT) explique l’importance des résultats du rapport :

Pour la première fois, nous avons quantifié non seulement les contributions du secteur canadien de géomatique à l’économie sur les plans du PIB et de l’emploi, mais nous avons pris en compte les avantages économiques et non économiques significatifs pour l’économie, la société et l’environnement du Canada que l’adoption et l’utilisation de l’information géospatiale (IG) rendent possibles.

Les fruits de la productivité qui accompagnent l’utilisation de l’IG dans diverses applications sont d’une importance particulière, non seulement pour l’innovation dans les industries verticales du Canada, mais pour les gouvernements fédéral et provinciaux – qui tendent à avoir des compétences en géomatique isolées et qui tardent à utiliser et à intégrer pleinement l’IG dans leurs opérations, leur planification et leur prise de décisions.

Notre besoin de comprendre où nous devrions investir n’a jamais été plus grand. L’Analyse de la conjoncture du secteur canadien de la géomatique et étude sur la valeur contribuera largement à nous informer sur la manière et les raisons pour lesquelles RNCan choisit les investissements géospatiaux.

Ressources naturelles Canada tient à remercier toutes les personnes qui ont contribué généreusement leurs efforts et leurs connaissances à cet ouvrage.

Télécharger le Rapport sommaire

Retour au sommet de la page

Questions ou observations au sujet de l’Étude?

Veuillez cliquer sur l’hyperlien Contactez-nous.

 

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute demande, contactez-nous.

Date de modification :