ARCHIVÉE - Dévoilement de l’atlas nord-américain du stockage de carbone

Information archivée dans le Web

Information identified as archived on the Web is for reference, research or recordkeeping purposes. It has not been altered or updated after the date of archiving. Web pages that are archived on the Web are not subject to the Government of Canada Web Standards. As per the Communications Policy of the Government of Canada, you can request alternate formats. Please "contact us" to request a format other than those available.

Ressources naturelles Canada

Le 1er mai 2012

Le 1er mai 2012

PITTSBURGH — L’atlas nord-américain du stockage de carbone a été dévoilé aujourd’hui à l’occasion de la 11e Conférence annuelle sur le captage, l’utilisation et la séquestration de carbone, tenue à Pittsburgh. L’atlas indique où sont situés tous les puits géologiques du Canada, du Mexique et des États-Unis dans lesquels des émissions de gaz à effet de serre peuvent être stockées lorsque des technologies de captage et de stockage de carbone sont employées par des installations industrielles.

La création de l’atlas a fait appel à la collaboration des trois pays pour ce qui est de trouver, collecter et échanger des données sur les principales sources de dioxyde de carbone (CO2). L’atlas terminé recense les puits de CO2 potentiels et donne une estimation de leur capacité de stockage au moyen de méthodes compatibles. L’atlas sera particulièrement utile pour le stockage de CO2 dans des puits transfrontaliers. Il y a pour au moins 500 ans et jusqu’à 5 000 ans de capacité de stockage géologique de CO2 en Amérique du Nord, aux taux d’émission actuels.

« Cet outil pratique aidera à approfondir notre compréhension du potentiel de captage et de stockage de CO2 en Amérique du Nord, a dit le ministre des Ressources naturelles du Canada, l’honorable Joe Oliver. Le captage et le stockage de CO2 est une technologie de pointe qui a le potentiel de réduire notablement les émissions de gaz à effet de serre des grandes installations industrielles à moyen et à long terme. »

Le secrétaire à l’Énergie des États-Unis, Steven Chu, a déclaré pour sa part : « En recensant les formations géologiques nord-américaines qui ont un bon potentiel de stockage de CO2, ce nouvel atlas nous fournit de l’information fondamentale qui, conjuguée à l’innovation technologique, peut aider les centrales alimentées par des combustibles fossiles à continuer de jouer leur rôle essentiel tout en réduisant la pollution par le carbone. »

Le projet d’atlas du stockage de carbone a été une activité importante du dialogue bilatéral canado-américain sur l’énergie propre et du programme de travail trilatéral entrepris pour le sommet des leaders nord-américains.

L’initiative comprend aussi une version en ligne de l’atlas (www.nacsap.org) et un visualiseur de cartes, qui permettront un affichage interactif et l’analyse des données relatives aux émissions et au stockage.

Les journalistes peuvent s’adresser à : 

Patricia Best
Directrice des communications
Cabinet du ministre
Ressources naturelles Canada
Ottawa
613-996-2007

ou aux :

Relations avec les médias
Ressources naturelles Canada
Ottawa
613-992-4447

Renseignements pour le grand public : 

Lundi-vendredi, de 8 h 30 à 16 h 30 HAE
Téléphone : 613-995-0947
Téléimprimeur (ATS) : 613-996-4397
Courriel : questions@rncan.gc.ca

Le document d’information suivant est fourni à l’adresse www.rncan.gc.ca/media :

  1. Atlas nord-américain du stockage de carbone