Language selection

Recherche

ARCHIVÉE - Développement durable

Information archivée dans le Web

Information identified as archived on the Web is for reference, research or recordkeeping purposes. It has not been altered or updated after the date of archiving. Web pages that are archived on the Web are not subject to the Government of Canada Web Standards. As per the Communications Policy of the Government of Canada, you can request alternate formats. Please "contact us" to request a format other than those available.

Stratégie de développement durable 2007 - 2009

Réalisation des résultats

Engagements

But 2 : Valoriser la position du Canada en tant que chef de file mondial de l’exploitation et de l’utilisation durables des ressources

Le développement durable des ressources naturelles ne peut pas être l’œuvre d’un pays agissant seul—il est essentiel que cette question soit comprise par les intervenants mondiaux et qu’on y apporte des solutions internationales. Étant donné que notre économie exige de nombreuses ressources, les enjeux sont élevés pour le Canada. RNCan joue un rôle de plus en plus actif à l’échelle internationale. Faire la promotion du développement durable des ressources terrestres sert les intérêts des Canadiens et de tous les citoyens du monde. RNCan se fait le champion de l’expertise canadienne dans le domaine du développement durable des ressources naturelles, aussi bien sur le plan régional qu’international, afin que le Canada puisse occuper une position stratégique au sein de la nouvelle collectivité mondiale.

Le Canada est riche en expérience et en expertise, entre autres grâce à son habileté à utiliser et à mettre en valeur les ressources naturelles d’une manière responsable, à atténuer les conséquences éventuelles de la mise en valeur des ressources et à élaborer des technologies qui améliorent le rendement économique et environnemental. Cette richesse peut être profitable pour les gestionnaires de ressources de partout dans le monde. RNCan démontre ses qualités de chef de file sur la scène internationale en partageant ses connaissances de pointe avec ses homologues des autres pays et en transférant ses technologies de plusieurs façons. L’engagement de RNCan à l’égard du développement durable des ressources naturelles du Canada prévoit notamment l’optimisation des avantages sociaux et économiques que celui-ci comporte pour les Canadiens. Par conséquent, RNCan s’attache à élargir l’accès aux marchés internationaux pour les produits des secteurs des ressources naturelles du Canada.

Le Canada préconise la participation active d’autres pays aux accords internationaux sur le commerce et l’environnement, et il estime également que des considérations sociales et environnementales devraient être intégrées aux discussions et aux accords portant sur le commerce. RNCan contribue à cette orientation politique par l’entremise de sa participation à l’établissement de politiques internationales en matière de gestion du commerce des produits relatifs aux ressources naturelles.

L’objectif prioritaire de la présente stratégie vise à mettre en valeur le rôle du Canada en tant qu’intendant concurrentiel et responsable des ressources naturelles. RNCan continuera de travailler avec ses partenaires internationaux, dont le Forum intergouvernemental sur les mines, les minéraux, les métaux et le développement durable. L’accroissement des débouchés pour les secteurs des ressources naturelles du Canada sera facilité par l’expansion du Programme canadien d’exportation des produits du bois et du programme Valeur au bois.

Histoire de réussite liée au DD : Un nouveau forum mondial sur l’exploitation minière

Le Canada et l’Afrique du Sud jouent un rôle de chefs de file dans le développement durable des ressources naturelles en faisant valoir un nouveau mécanisme international se rapportant à l’exploitation minière et aux métaux. Dans le cadre d’une initiative conjointe, les deux pays font la promotion de la mise sur pied du Forum intergouvernemental sur l’exploitation minière, les minéraux, les métaux et le développement durable. La création du Forum découle d’un dialogue amorcé lors du Sommet mondial sur le développement durable, qui eu lieu en 2002 à Johannesburg. Le Forum a pour but d’examiner une vaste gamme d’enjeux présentant de l’importance pour le secteur des mines, des minéraux et des métaux, notamment la répartition équitable des avantages économiques et sociaux obtenus par l’entremise de l’exploitation minière ainsi que la protection de l’environnement pendant les fermetures de mines et leur remise en état.

Le Forum est organisé par la Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement (CNUCED). Le Département des affaires économiques et sociales des Nations Unies (DAESNU), la Banque mondiale et le ministère du Développement international du Royaume-Uni fournissent aussi leur soutien. Le Canada, qui est représenté par RNCan, est responsable du secrétariat du Forum. À ce jour, 36 pays se sont joints au Forum.1

Lors de la première réunion du Forum, qui s’est déroulée en novembre 2005 à Genève, en Suisse, le sous- ministre adjoint du Secteur des minéraux et des métaux de RNCan a été élu président du Forum. La réunion a débuté par un message personnel de Kofi Annan, le Secrétaire général des Nations Unies, et a pris fin avec l’adoption d’un plan d’action. Le Secrétaire général a indiqué que la création du Forum est une étape déterminante en vue de l’optimisation de la contribution du secteur des minéraux au développement durable. M. Annan a affirmé que le Forum peut « aider les gouvernements à renforcer leur capacité à améliorer leur gouvernance et à aborder les questions économiques, sociales et environnementales soulevées par l’exploitation minière dans un cadre ouvert et innovateur ».

La deuxième réunion du Forum s’est déroulée à Genève, en octobre 2006. Entre autres questions, les membres ont discuté des éléments et des procédures liés aux évaluations environnementales et examiné un modèle illustrant la réglementation de l’exploration et de l’exploitation minières, en plus de se pencher sur les facteurs qui établissent les risques encourus par les pays du point de vue des entreprises. Les membres ont fait état de la nécessité d’accroître considérablement le soutien international dans les domaines suivants : les activités de cartographie géologique et d’évaluation environnementale dans les pays en développement; les politiques visant à intégrer plus efficacement l’exploitation minière aux objectifs économiques et sociaux des pays; et l’accroissement de la vigilance dans le but d’écarter les obstacles injustifiés à l’accès des minéraux et des métaux au marché. Les membres ont également reconnu le rôle de premier plan que les sociétés d’exploration jouent dans l’identification des possibilités minières. Un comité a été formé afin de préparer les membres du Forum en vue des réunions de 2010-2011 de la Commission du développement durable des Nations Unies, lors desquelles on examinera les progrès réalisés concernant l’avancement des priorités relatives à l’exploitation minière et aux métaux ciblées lors du Sommet mondial sur le développement durable de 2002 de Johannesburg. Les membres du Forum ont convenu que les principaux thèmes de la prochaine réunion seront l’optimisation des avantages découlant de l’exploitation minière, l’établissement de la structure de gouvernance nécessaire à la prise de décisions d’investissements ainsi que la résolution des questions se rattachant aux avantages pour les collectivités et au développement de ces dernières. La prochaine réunion du Forum aura lieu en 2007, à Moscou.

1 Les 36 pays membres du Forum sont les suivants : Afrique du Sud, Argentine, Bolivie, Brésil, Burkina Faso, Burundi, Canada, Éthiopie, Fédération de Russie, Gabon, Ghana, Kazakhstan, Jamaïque, Kenya, Madagascar, Malawi, Mali, Maroc, Mauritanie, Mexique, Mongolie, Niger, Nigeria, Ouganda, Philippines, République de Guinée, République dominicaine, République kirghize, Roumanie, Royaume-Uni, Sénégal, Suriname, Swaziland, Tanzanie, Uruguay et Zambie.

Histoire de réussite liée au DD : Centre canadien sur la fibre de bois

Lancé en mars 2006, le Centre canadien sur la fibre de bois (CCFB) donne le coup d’envoi à une initiative novatrice en matière de recherche forestière. Le CCFB répond clairement et concrètement au besoin toujours croissant d’améliorer la compétitivité du secteur forestier canadien. En mettant l’accent sur les besoins de ses clients—dans ce cas précis, l’industrie—RNCan a jeté les bases pour obtenir des résultats positifs et régis par la demande.

Le CCFB contribuera à la mise sur pied d’un programme de recherche visant à améliorer la productivité des forêts et la qualité des fibres de même qu’à accroître les revenus associés aux produits, ou encore à réduire les coûts de production à l’échelle des forêts. Bien que la portée du CCFB soit nationale, celui-ci comporte un important volet régional afin de tenir compte des différentes écologies forestières et des types de partenariat entre le gouvernement et l’industrie à l’échelle nationale. Le CCFB sera l’une des composantes du nouvel Institut national qui sera créé à la suite de la fusion imminente de trois des instituts de recherche forestière les plus en vue au Canada : l’Institut canadien de génie forestier, (ICGF), Forintek et le Paprican.

Le CCFB résulte de la collaboration de chefs de file du secteur forestier œuvrant pour le gouvernement et pour l’industrie; ceux-ci ont élaboré une stratégie nationale d’innovation homogène et ciblée pour le secteur forestier. Chacun des instituts de recherche forestière a aussi apporté sa contribution au partenariat. On aspire à ce que le nouvel Institut national devienne le plus important organisme de recherche forestière au monde, et le CCFB devrait se concentrer sur la recherche en amont, ou à l’échelle forestière, de manière à compléter les travaux effectués par les instituts de recherche. Le CCFB permettra en outre d’appliquer les résultats de recherche d’une manière ciblée.


PrécédentTable des matièresSuivant
Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute demande, contactez-nous.

Date de modification :