Language selection

Recherche

Comment les perturbations façonnent-elles les forêts du Canada?

Les forêts du Canada sont périodiquement touchées par des perturbations naturelles telles que les feux, les insectes et la sécheresse. Ces perturbations peuvent influencer et renouveler des paysages forestiers entiers. Avec le temps, elles façonneront la composition, la structure et la biodiversité des forêts.

Les perturbations naturelles varient en ce qui a trait à la gravité, l’étendue et la fréquence. L’ensemble de ces caractéristiques définit le régime de perturbations naturelles d’une région donnée. Les perturbations naturelles transforment continuellement les forêts du Canada et font partie d’un paysage dynamique.

Les insectes non indigènes envahissants constituent une menace pour les forêts du Canada

Agrile du frêne, un petit coléoptère vert éclatant, situé sur une feuille verte.Agrile du frêne
Longicorne asiatique, un grand coléoptère noir avec des points blancs et de très longues antennes, assis sur une feuille en décomposition.Longicorne asiatique
Spongieuse européenne, un papillon de couleur chamois avec des rayures brun clair, situé sur un tronc d’arbre.Spongieuse européenne
Petite branche de pruche contenant environ 100 ovisacs du puceron lanigère de la pruche, qui ressemblent à de petites boules de coton, situés à la base des aiguilles.Puceron lanigère de la pruche

Les perturbations naturelles varient d’une région à l’autre

Les régimes de perturbations naturelles varient d’une région à l’autre au Canada. Par exemple, les infestations de tordeuses des bourgeons de l’épinette sont plus fréquentes dans les forêts de sapins baumiers de l’est du Canada, tandis que les feux de forêt ont brûlé une superficie plus importante chaque année dans la forêt boréale et la taïga du centre du Canada. Certaines perturbations sont propres à une essence particulière (p. ex., le dendroctone du pin ponderosa s’attaque seulement à des espèces de pins), tandis que d’autres peuvent toucher l’ensemble du paysage (p. ex., les feux), entraînant ainsi une dynamique écologique particulière. La gravité des perturbations peut fortement varier; certaines peuvent entraîner le remplacement des peuplements (p. ex., feux de cime), tandis que d’autres peuvent seulement provoquer une mortalité partielle (p. ex., feux de surface).

Les perturbations ont des répercussions écologiques et socioéconomiques importantes

La forte mortalité des peuplements causée par les perturbations naturelles peut avoir des effets importants sur les forêts en améliorant le renouvellement et la succession des forêts par la libération d’éléments nutritifs provenant des arbres touchés et par la réduction de la concurrence entre les arbres survivants et ceux récemment établis.

Inversement, les perturbations naturelles peuvent avoir des effets négatifs sur les écosystèmes forestiers ou sur les personnes, les communautés et les entreprises qui dépendent des forêts. Les forêts naturelles du Canada ne sont pas aussi bien adaptées aux maladies et aux insectes exotiques ou non indigènes (p. ex., agrile du frêne, longicorne asiatique) introduits par la mondialisation du commerce, de sorte que ces maladies et ces épidémies peuvent avoir des effets négatifs importants. De plus, les feux présentent une menace pour la sécurité publique, les biens et les infrastructures. Les perturbations naturelles peuvent également réduire le volume de bois d’œuvre de façon temporaire, et ainsi avoir une incidence sur le bien-être socioéconomique des collectivités et des citoyens.

Les perturbations influencent le cycle du carbone

Les forêts jouent un rôle important dans le cycle du carbone en absorbant le carbone quand elles croissent et en le relâchant quand elles meurent, se décomposent ou brûlent. Les effets des perturbations naturelles constituent l’un des multiples facteurs complexes qui déterminent si une forêt absorbe ou libère davantage de carbone chaque année.

Les perturbations naturelles sont influencées par les changements climatiques

Pratiquement toutes les perturbations naturelles sont influencées par le climat ou les conditions météorologiques. Par conséquent, toute modification des régimes climatiques peut entraîner des modifications importantes de la dynamique des perturbations. Par exemple, la hausse des températures au cours des 30 dernières années a accru l’activité des feux au Canada, en particulier dans l’ouest du pays. Des changements futurs dans les précipitations pourraient provoquer une sécheresse ou des inondations et entraîner des changements dans la gravité et la fréquence des épidémies d’insectes et de maladies. Les effets sur les forêts et sur le secteur forestier au Canada pourraient être importants, notamment en provoquant des pénuries d’approvisionnement en bois d’œuvre sur le territoire exploité.

Sources et renseignements
Références photographiques
  • Photo d’une longicorne asiatique par Taylor Scarr, Service Canadien des forêts
  • Photo d’un agrile du frêne par David Cappaert, Budwood.org
  • Photo d’une spongieuse européenne par USDA APHIS PPQ, Bugwood.org
  • Photo des pucerons lanigère de la pruche par Connecticut Agricultural Experiment Station Archive, Connecticut Agricultural Experiment Station, Bugwood.org

 

Table des matières — Rapport sur l'état des forêts au Canada

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute demande, contactez-nous.

Date de modification :