Language selection

Recherche

Indicateur : Feux de forêt

En 2018, il y a eu plus de 7 000 feux de forêt au Canada, brûlant près de 2,3 millions d’hectares de forêt, ces deux chiffres étant proches de la moyenne sur 20 ans. Bien que les totaux nationaux soient proches de la moyenne, en 2018, de nombreux feux ont eu lieu dans des endroits où les grands feux sont inhabituels, y compris l’île de Vancouver, la région d’interlac du Manitoba et à Parry Sound, en Ontario.

  • En Colombie-Britannique, 1,35 million d’hectares ont brûlé, dont une grande partie de peuplements touchés par le dendroctone du pin ponderosa il y a 8 ou 12 ans. Les arbres morts, debout ou au sol, étaient devenus secs après plusieurs semaines sans pluie, augmentant l’intensité du feu et le rendant plus difficile à maîtriser.
  • L’année 2018 était la deuxième année consécutive où l’on a observé des feux record dans les zones intérieures de la Colombie-Britannique, mais ceux-ci étaient généralement plus éloignés des régions peuplées. Cependant, la fumée a assombri le ciel et a entraîné une mauvaise qualité de l’air dans de nombreuses villes et villages pendant une grande partie du mois d’août.
  • Il s’agissait également de la deuxième année consécutive où l’on a dû effectuer des évacuations d’urgence difficiles pour les communautés isolées accessibles par avion dans l’est du Manitoba. Des évacuations importantes liées à des feux ont également eu lieu en Colombie-Britannique, en Saskatchewan, en Ontario et à Terre-Neuve-et-Labrador.

Chaque année, les ressources en matière de lutte contre les incendies sont partagées entre les provinces et les territoires du Canada par l’entremise du Centre interservices des feux de forêt du Canada. En 2018, des pompiers et de l’équipement des quatre coins du pays ont été envoyés en Colombie-Britannique pour contribuer aux efforts de gestion des feux. Toutefois, les ressources internes du pays étaient insuffisantes pour répondre à la demande pendant la majeure partie du mois d’août. En conséquence, des pompiers australiens, mexicains et néo-zélandais ont également été déployés en Colombie-Britannique, ainsi que du personnel et de l’équipement provenant des Forces armées canadiennes.

Superficie forestière brûlée et nombre de feux de forêt au Canada, de 2008 à 2018

{Text}

Résumé du graphique

La superficie annuelle brûlée a été plutôt variable au fil des années, avec les plus vastes zones brûlées en 2010, 2013, 2014, 2015 et en 2017. Le nombre annuel de feux a également été plutôt variable au fil du temps, des feux plus nombreux étant survenus en 2009, 2010, 2012, 2015 et en 2018.

Données du graphique
Le tableau ci-bas présente la superficie brûlée en hectare et le nombre de feux pour chaque année entre 2008 et 2018
Année Nombre de feux Superficie brûlée
(en hectare)
2008 6 278 1 712 056
2009 7 210 775 025
2010 7 291 3 052 473
2011 4 743 2 428 798
2012 7 956 2 003 270
2013 6 264 4 210 137
2014 5 158 4 563 327
2015 7 140 3 861 647
2016 5 203 1 416 034
2017 5 652 3 419 856
2018 7 067 2 272 274

Pourquoi cet indicateur est-il important?

  • Les feux de forêt menacent les habitations et les entreprises (tourisme, exploitation forestière, mines) dans les zones forestières, provoquent des évacuations, et perturbent la vie des gens et leur gagne-pain.
  • Les feux de forêt produisent de grandes quantités de fumée, ce qui affecte la santé et la sécurité des personnes.
  • Au cours des 10 dernières années, environ un milliard de dollars ont été dépensés chaque année pour la gestion des feux.
  • Bien que les feux de forêt menacent les valeurs humaines, ils ont un rôle important et favorable envers la santé, la succession et le cycle des éléments nutritifs des forêts.

Quelles sont les perspectives?

La fréquence des feux de forêt varie considérablement d’une année à l’autre, tant au pays que dans une région donnée. Cependant, certains facteurs ont rendu les feux plus dommageables et plus difficiles à maîtriser au cours des dernières années :

  • Les développements sur l’ensemble du territoire et dans les milieux périurbains prennent de l’expansion.
  • De plus en plus de personnes habitent et travaillent dans des régions forestières ou s’y divertissent.
  • La sécheresse et la mortalité due aux insectes résultant des changements climatiques et d’autres facteurs entraînent une accumulation de combustibles forestiers hautement inflammables.
  • Les phénomènes météorologiques extrêmes et les situations météorologiques changeantes associés aux changements climatiques augmentent la fréquence des sécheresses et des vents violents, qui représentent des conditions idéales pour la propagation du feu.
Vue grand angle du feu de forêt qui a sévi en 2018 à Good Creek, près de Kelowna, en Colombie-Britannique. Feu de forêt à Goode Creek, près de Kelowna, en Colombie-Britannique, en 2018. Des milliers de personnes sont évacuées chaque année en raison des feux de forêt.

À quels cadres de production de rapports cet indicateur contribue-t-il?

Sources et renseignements
Référence photographique
  • Feu de forêt à Good Creek 1. Photo de Pinderphoto/iStock sur Getty Images.

 

Table des matières — Rapport sur l'état des forêts au Canada

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute demande, contactez-nous.

Date de modification :