Language selection

Recherche

Indicateur : Boisement et déboisement

Au Canada, le taux annuel de déboisement, déjà très bas, a diminué au cours des 27 dernières années, passant de 64 000 hectares par année (ha/an) en 1990 à environ 35 000 ha/an en 2017.

  • Entre 1990 et 2017, moins de la moitié de 1 % de la superficie forestière totale du Canada a été convertie à d’autres usages.
  • La conversion des forêts aux fins de l’agriculture et d’aménagements hydroélectriques a diminué dans les dernières années.
  • Une hausse du déboisement survient lorsqu’une vaste superficie forestière est inondée dans le cadre de la construction de réservoirs hydroélectriques, comme cela s’est produit en 1993 et en 2006 (voir le tableau suivant).
  • Des initiatives de plantation d’arbres sont en cours dans plusieurs régions urbaines et rurales du Canada sur des terres qui n’étaient pas boisées avant leur exploitation. La superficie soumise à des activités de boisement chaque année est minime par rapport à la superficie forestière totale du pays.

Le Système national de surveillance du déboisement (SNSD) effectue le suivi des changements d’affectation des terres forestières vers d’autres usages au Canada. Le déboisement ne comprend pas les activités d’exploitation forestière suite auxquelles la forêt sera régénérée.

Superficie estimée (en hectare) de déboisement annuel au Canada, par secteur d'activité, de 1990 à 2017

{Text}

Résumé du graphique

La superficie moyenne déboisée diminue régulièrement chaque année depuis 1990. Le déboisement attribuable à l’agriculture et à l’exploitation forestière a diminué de façon générale au fil des années. Le déboisement causé par la construction est demeuré relativement stable, alors que celui causé par l’hydroélectricité a été variable (atteignant des sommets en 1993 et en 2006). Le déboisement causé par les secteurs des mines, du pétrole et du gaz a augmenté jusqu’en 2007, avant de diminuer en général mais sans atteindre toutefois les niveaux d’avant 2000.

Données du graphique
Le tableau ci-bas présente la superficie estimée (en hectare par année) de déboisement annuel au Canada, par secteur d’activité, de 1990 à 2017.
Année Agriculture Foresterie Exploitation minière et pétrolière Secteur bâtie Hydroélectricité Total
1990 42 105 3 682 7 240 7 413 3 598 64 038
1991 38 140 3 600 7 207 7 239 6 402 62 587
1992 34 175 3 517 7 818 7 129 5 400 58 040
1993 30 210 3 435 7 916 7 046 37 323 85 930
1994 26 246 3 352 8 009 6 968 2 374 46 949
1995 22 281 3 270 8 100 6 961 1 493 42 104
1996 21 933 3 334 8 737 7 446 1 695 43 145
1997 21 586 3 398 9 096 7 450 2 014 43 544
1998 21 239 3 463 10 501 7 678 4 597 47 477
1999 20 891 3 527 11 059 8 310 6 646 50 433
2000 20 544 3 591 10 843 8 788 883 44 650
2001 20 196 3 655 10 709 9 089 882 44 532
2002 19 849 3 720 13 348 8 624 9 746 55 287
2003 19 502 3 784 13 543 8 937 3 061 48 826
2004 19 154 3 848 14 034 9 386 4 073 50 496
2005 17 982 3 453 14 234 9 036 4 024 48 729
2006 16 841 3 061 16 503 9 036 29 468 74 909
2007 15 701 2 669 16 493 8 541 3 625 47 029
2008 14 561 2 277 15 948 8 094 6 728 47 607
2009 13 420 1 886 13 462 7 915 4 989 41 673
2010 12 280 1 494 13 550 7 524 5 030 39 877
2011 12 280 1 494 13 968 7 107 2690 37 539
2012 12 280 1 494 13 009 6 869 3 058 36 709
2013 12 280 1 494 13 007 6 985 9 187 42 952
2014 12 280 1 494 12 530 6 825 10 777 43 905
2015 12 280 1 494 12 709 6 713 5 935 39 131
2016 12 280 1 494 12 718 6 577 4 602 37 671
2017 12 280 1 494 13 094 6 508 2 010 35 385

Pourquoi cet indicateur est-il important?

  • Le déboisement forestier a une incidence sur la biodiversité, le sol, l’air, la qualité de l’eau et les habitats fauniques.
  • Les forêts stockent plus de carbone que plusieurs autres écosystèmes et peuvent être aménagées de manière à atténuer les changements climatiques.

Quelles sont les perspectives?

  • Le taux global de déboisement du Canada devrait continuer à diminuer au fil du temps.
  • Le déboisement causé par les activités des secteurs minier, pétrolier et gazier du Canada a augmenté depuis 1990, mais la conversion de terres forestières en terres agricoles demeurera probablement la principale cause de déboisement au pays. Ces conversions sont de faible étendue par rapport à la taille globale des forêts canadiennes.

À quels cadres de production de rapports cet indicateur contribue-t-il?

Sources et renseignements
  • Dyk, A., Leckie, D., et al. 2015. Canada’s national deforestation monitoring system: System description [en anglais seulement]. Victoria (Colombie-Britannique). Ressources naturelles Canada — Service canadien des forêts, Centre de foresterie du Pacifique.
    • Les estimations nationales du déboisement sont établies périodiquement avec la méthode décrite dans le document intitulé Canada’s National Deforestation Monitoring System: System Description. Les données des figures ont été fournies par le Système national de surveillance du déboisement, totalisations spéciales, 4 mars 2019.
  • Environnement et Changement climatique Canada. 2019. Rapport d’inventaire national 1990–2017 : Sources et puits de gaz à effet de serre au Canada. (document consulté le 16 avril 2019).
    • Le Rapport d’inventaire national 1990-2017 d’Environnement et Changement climatique Canada : Sources et puits de gaz à effet de serre au Canada s’appuie sur des données et des analyses tirées du Système national de surveillance, de comptabilisation et de production de rapports concernant le carbone des forêts du Service canadien des forêts de Ressources naturelles Canada.
  • Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques. 2002. Rapport de la Conférence des Parties sur les travaux de sa septième session, tenue à Marrakech du 29 octobre au 10 novembre 2001. Additif. Deuxième partie : Mesures prises par la Conférence des Parties [156.5 Ko PDF, en anglais seulement], FCCC/CP/2001/13/Add.1 (21 janvier 2002).
    • Le Système national de surveillance du déboisement (SNSD) du Canada et le Système national de surveillance, de comptabilisation et de production de rapports concernant le carbone des forêts (SNSCPRCF) de Ressources naturelles Canada définissent tous les deux une « forêt » comme une zone de 1 ha ou plus ayant un potentiel de développement d’une couverture forestière d’une fermeture d’un minimum de 25 % où la hauteur minimale des arbres à maturité est de 5 m in situ. Cette définition concorde avec les définitions figurant dans les Accords de Marrakech de la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques, mais diffère de celle de la FAO utilisée ailleurs dans le présent rapport.
    • Ces valeurs ont été mises à jour avec une nouvelle cartographie, ce qui a influé sur les estimations à partir de 2004, et les totaux comprennent les réservoirs hydroélectriques.
    • Le déboisement causé par le secteur de la foresterie comprend la création de chemins forestiers permanents.
    • Le déboisement causé par le secteur hydroélectrique comprend la création de nouvelles lignes électriques et la mise en eau des réservoirs.
    • Le déboisement causé par le secteur de la construction comprend les chantiers industriels, institutionnels et commerciaux, ainsi que le développement urbain municipal, les bâtiments à vocation récréative (centres de ski et terrains de golf) et les transports.
    • Le déboisement causé par le secteur des mines, du pétrole et du gaz comprend l’aménagement de mines pour l’extraction de minéraux et de tourbe et les développements pétroliers et gaziers.

 

Table des matières — Rapport sur l'état des forêts au Canada

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute demande, contactez-nous.

Date de modification :