Language selection

Recherche

En quoi les forêts sont-elles bénéfiques aux Canadiens?

Des Canadiens de partout au pays profitent d’une vaste gamme d’effets socioéconomiques, économiques et environnementaux liés aux forêts.

Les indicateurs présentés dans cette section

Moteur important de l’économie canadienne

Le secteur forestier canadien offre aux Canadiens des emplois de qualité et bien rémunérés. De plus, il s’agit d’un moteur économique clé pour de nombreuses communautés à l’échelle du pays, y compris les communautés rurales et autochtones.

En 2018, le secteur employait directement 210 615 personnes – forestiers, scientifiques, ingénieurs, informaticiens, techniciens et ouvriers qualifiés – et créait 91 874 emplois indirects supplémentaires dans le reste de l’économie. Ces emplois soutiennent 300 collectivités à l’échelle du pays. Bon nombre de celles-ci, qui sont souvent éloignées des centres urbains, auraient peu, voire aucune possibilité, sans le secteur forestier.

Les produits du bois issus de forêts aménagées de manière durable, comme au Canada, sont au cœur de la bioéconomie. En plus d’être des produits durables, ils constituent un moyen efficace de piéger le carbone.

 
Portrait de l'emploi en foresterie par sous-secteur
Graphique en anneau illustrant le pourcentage d’emploi dans chacun des quatre sous-secteurs forestier : foresterie et exploitation forestière, fabrication de produits en bois, fabrication du papier et activités de soutien à la foresterie, décrit ci-dessous.
Données du graphique
Tableau illustrant le pourcentage d’emploi dans chacun des quatre sous-secteurs forestier : foresterie et exploitation forestière, fabrication de produits en bois, fabrication du papier et activités de soutien à la foresterie.
Sous-secteur forestier Pourcentage du total (%)
Foresterie et exploitation forestière 17 %
Activités de soutien à la foresterie 7 %
Fabrication des produits du bois 48 %
Fabrication du papier 28 %

Plus qu’un fournisseur d’emplois

Les forêts offrent beaucoup plus que des emplois. Certains de ces autres avantages peuvent être plus difficiles à mesurer. Cependant, nous savons qu’environ 11 millions de Canadiens habitant une zone boisée ou adjacente à une forêt, ou bien une zone urbaine, apprécient grandement les forêts et y attachent une très grande importance.

De plus, les forêts offrent des possibilités de loisirs et d’écotourisme aux habitants des régions urbaines et rurales. Elles revêtent également une importance culturelle, esthétique et spirituelle. De plus en plus, des collectivités isolées partout au pays tirent parti des ressources forestières locales pour mettre en place des systèmes biothermiques fiables et abordables et, ainsi, réduire la dépendance au diesel.

 

Les forêts abritent un écosystème complexe

Les forêts offrent aux Canadiens de nombreux bienfaits sur le plan environnemental grâce au riche écosystème qu’elles soutiennent. Cet écosystème préserve les sols, recycle les éléments nutritifs et soutient la biodiversité. Les arbres et les autres plantes forestières agissent comme des purificateurs naturels en filtrant les polluants qui sont présents dans l’air et l’eau.

En absorbant et en stockant le carbone, les forêts jouent un rôle clé dans le cycle du carbone – le mouvement continuel du carbone de la terre et de l’eau vers l’atmosphère et les organismes vivants. Ce cycle aide à équilibrer le bilan de carbone mondial. Les forêts peuvent aussi contribuer à atténuer les changements climatiques en absorbant le carbone émis par les activités humaines, telles que la combustion de carburants fossiles. Dans les villes et autres milieux urbains, les arbres améliorent également la qualité de l’air et de l’eau, et réduisent la température de l’air.

 
Sources et renseignements
  • Ressources naturelles Canada – Service canadien des forêts. Les calculs sont basés sur 1) les données du Recensement de la population de 2016 de Statistique Canada et sur 2) les fichiers de formes de la carte de la zone boréale d’Amérique du Nord du Service canadien des forêts de Ressources naturelles Canada.
    • L’expression « à proximité » (lorsqu’on fait référence à la population canadienne vivant dans des zones forestières ou à proximité de celles-ci) ne renvoie pas à une distance établie de manière précise, mais est définie selon des analyses. Les données sur les zones forestières s’appuient sur les aires de diffusion (AD) de Statistique Canada; si une partie d’une AD comprend des terres forestières, l’ensemble de la population de cette AD est considérée comme vivant dans une zone forestière ou à proximité de celle-ci.
      • Selon Statistique Canada, une aire de diffusion est définie comme une « petite région composée d’un ou de plusieurs îlots avoisinants et regroupant de 400 à 700 personnes ». Une AD est une « unité géographique relativement stable » et « la plus petite région géographique normalisée pour laquelle toutes les données du recensement sont diffusées ». L’ensemble du Canada est divisé en aires de diffusion.
    • Les analyses fondées sur les SIG s’appuyaient sur les couches BOREAL et B_ALPINE.
  • Statistique Canada. Tableau 36-10-0489-01 (anciennement CANSIM 383-0031) : Statistiques du travail conformes au Système de comptabilité nationale (SCN) selon la catégorie d’emploi et par industrie. (document consulté le 22 mai 2019).
  • Statistique Canada. Tableau 38-10-0285-01 (anciennement CANSIM 388-0010). Compte satellite des ressources naturelles, indicateurs. (document consulté le 18 juin 2018).
    • L’emploi indirect est calculé à Ressources naturelles Canada, à partir des tableaux symétriques d’entrées-sorties nationaux (15-207-XCB) et des multiplicateurs nationaux (15F0046XDB) de Statistique Canada.
 

Table des matières — Rapport sur l'état des forêts au Canada

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute demande, contactez-nous.

Date de modification :