Panneaux lamellés-croisés

Description du produit

Les panneaux lamellés-croisés (CLT) constituent un produit relativement nouveau de grands panneaux structuraux composés de plusieurs couches de bois d’échantillon retenues les unes contre les autres au moyen de colles. Ils entrent dans la fabrication des murs, des planchers et des toitures qu'on utilise dans le domaine de la construction résidentielle et non résidentielle. On les utilise également dans la construction des ponts, des plateformes dans les installations de forage pétrolier et de hautes structures en bois d’œuvre de plus de cinq étages. Les CLT offrent une solution de rechange renouvelable aux systèmes de béton et d’acier.

Panneaux lamellés-croisés
Panneaux lamellés-croisés en attente d'installation
Image agrandie [119 ko JPG]

Renseignements techniques

Le grain de chaque couche de bois est placé à angle droit par rapport aux couches adjacentes (un peu comme l’arrangement de feuilles de placage dans le contreplaqué). On utilise habituellement un nombre impair de couches (ce qui réduit le gauchissement) et l'ajout de clous ou de vis permet d'en accroître la résistance. Les CLT peuvent être produits dans de grandes dimensions (jusqu’à 0,5 mètre d’épaisseur, 4 mètres de largeur et 24 mètres de longueur) dans lesquelles des ouvertures de portes et fenêtres d'établissements publics peuvent être usinées.

Comme pièce composante de construction préfabriquée, les CLT permettent de raccourcir la durée de construction sur place par rapport aux systèmes de construction de charpente à plate-forme ou d’acier et de béton classiques. Ils séquestrent également le carbone, sous forme de bois, pendant la durée de vie utile du bâtiment et même davantage si les CLT sont réutilisés ou recyclés lorsque le bâtiment est désaffecté.

Du bois d’œuvre de moindre qualité constitue parfois les couches intérieures des CLT, tandis que du bois d’œuvre de qualité supérieure et visuellement plus attrayant forme les couches extérieures. Cela peut offrir un marché au bois dégradé par les ravageurs et la maladie, comme le bois provenant d’arbres attaqués par le dendroctone du pin ponderosa dans l’ouest de l’Amérique du Nord. Il permet également la séquestration à grande échelle du carbone dans les immeubles de hauteur moyenne, ce qui contribue considérablement à réduire l’empreinte de carbone d’une région donnée.