Language selection

Recherche

Indicateur : Maladies des arbres forestiers

Les maladies sont causées par des agents pathogènes, principalement des champignons dans le cas des arbres. Toutes les parties d’un arbre peuvent être infectées, ce qui entraîne une diminution de la qualité du bois, de la productivité et parfois la mort.

  • Les agents pathogènes indigènes coexistent avec leurs hôtes, atteignant un équilibre au fil des millénaires, et sont importants pour le cycle des nutriments, la biodiversité et d’autres processus écosystémiques.
  • Les effets des maladies dues aux agents pathogènes indigènes se produisent généralement sur plusieurs saisons de croissance, entraînant des pertes progressives.
  • Les agents pathogènes exotiques introduits ont causé une mortalité importante chez certaines essences.
  • Les effets de la maladie causée par les agents pathogènes exotiques peuvent se manifester rapidement, entraînant une mort rapide des arbres.

Changements climatiques et maladies des arbres forestiers :

  • Les conditions météorologiques régulent les interactions entre l’hôte et les agents pathogènes.
  • Des conditions environnementales appropriées lorsque l’hôte est vulnérable peuvent faciliter l’infection par des agents pathogènes.
  • Dans le contexte des changements climatiques, on s’attend à des différences dans le comportement des agents pathogènes, à mesure de l’évolution des conditions météorologiques et environnementales.

Il est difficile de prévoir exactement comment les maladies des arbres forestiers seront touchées par les changements climatiques. La surveillance et la préparation aux interventions sont importantes pour réduire les pertes.

Pourquoi cet indicateur est-il important?

  • Les pertes économiques peuvent s’accumuler avec la réduction de la qualité et le volume du bois dans les forêts aménagées.
  • Les maladies des arbres peuvent être prises en charge de manière à réduire les pertes économiques en plantant des espèces d’arbres moins vulnérables, en utilisant des traitements sylvicoles tels que le débroussaillage ou l’éclaircissage, et en sélectionnant des essences génétiquement améliorées pour la plantation.

Quelles sont les perspectives?

  • Les effets de la mondialisation, notamment l’augmentation des échanges commerciaux, des voyages et du tourisme, peuvent accroître les risques d’introduction d’agents pathogènes exotiques et de leur établissement, entraînant une augmentation des dommages causés aux arbres.
  • Nous devons demeurer vigilants afin d’éviter l’introduction d’agents pathogènes exotiques, tels que l’agent pathogène du flétrissement du chêne, Bretziella fagacearum, qui est présent dans le nord des États-Unis.
  • Les améliorations technologiques en matière d’identification des agents pathogènes forestiers par l’ADN sont des outils importants pour prévenir l’établissement d’agents pathogènes exotiques.

 

Quels sont les cadres de rapport que soutient cet indicateur?

  • Les processus de Montréal : 3.a
Une branche de pin gris sur laquelle on peut observer une tumeur orangée provoquée par une infection de cronartium harknessii, un agent pathogène fongique indigène qui cause une maladie appelée la rouille-tumeur autonome.
Cronartium harknessii est un pathogène indigène qui est l’agent causal de la rouille-tumeur autonome, une maladie courante parmi les pins durs, y compris le pin tordu latifolié, le pin gris et le pin ponderosa au Canada.
 
Sources et renseignements
Référence photographique
  • Photo du Cronartium harknessii, par Tod Ramsfield.
 

Table des matières — Rapport sur l'état des forêts au Canada

Signaler un problème sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute demande, contactez-nous.

Date de modification :