Language selection

Recherche

Indicateur : Revenu moyen du secteur forestier

En 2019, le revenu moyen des emplois dans le secteur forestier a légèrement augmenté par rapport au niveau de 2018. Il a augmenté de 4,6 % entre 2018 et 2019, atteignant presque le niveau de 2016 — le plus élevé en 10 ans — avec une moyenne d’environ 54 000 dollars par année. Cependant, le revenu moyen a tendance à être instable d’une année à l’autre, mais avec une tendance sous-jacente relativement stable depuis 2001.

  • Entre 2018 et 2019, seul le sous-secteur de la fabrication de produits de pâtes et papiers a connu une augmentation importante du revenu moyen, avec une hausse de 10,8 %. Cette hausse est le résultat d’une légère augmentation des salaires associée à une baisse de l’emploi, les usines les moins productives de ce sous-secteur ayant cessé leurs activités.
  • Les sous-secteurs de la fabrication de produits du bois et des activités forestières ont tous deux affiché de légères hausses (respectivement 1,3 % et 0,7 %), combinées à la stabilité de l’emploi.
  • Dans l’ensemble, le revenu moyen dans le secteur forestier est supérieur à celui de l’ensemble du secteur manufacturier, ce dernier ayant connu une modeste augmentation de 2,3 % entre 2018 et 2019. Ils suivent tous deux une tendance semblable depuis 2001.

Le revenu moyen correspond au revenu annuel net moyen par personne qui est directement employée dans le secteur forestier, excluant la rémunération des heures supplémentaires.

Revenus moyens dans le secteur forestier par rapport à l’ensemble des secteurs manufacturiers, de 2009 à 2019

{Text}

Résumé du graphique

Les revenus annuels moyens du sous-secteur de la foresterie et de l’exploitation forestière ont augmenté de façon constante, passant d’un creux de 45 000 dollars par année en 2009 à un sommet de 53 000 dollars par année en 2019.

Les revenus annuels moyens du sous-secteur de la fabrication de produits de pâtes et papiers ont augmenté entre 2009 et 2019, mais avec une plus grande variabilité annuelle que celle des autres sous-secteurs forestiers. Les revenus annuels moyens étaient les plus bas, se chiffrant à 55 000 dollars par année, en 2009 et ont augmenté à 63 000 dollars par année en 2019; toutefois, ils ont connu des baisses notables en 2014 (56 000 dollars par année) et en 2018 (57 000 dollars par année).

Les revenus annuels moyens du sous-secteur de la fabrication des produits en bois ont augmenté de façon constante, passant d’un creux de 43 000 dollars par année en 2009 à 47 000 dollars par année en 2019, avec un pic en 2017 à 51 000 dollars par année.

Les revenus annuels moyens dans tous les secteurs manufacturiers sont demeurés stables de 2009 à 2019, à environ 50 000 dollars par année. Les revenus annuels moyens étaient les plus bas à 49 000 dollars par année, en 2009, et les plus élevés, à 52 000 dollars par année, en 2015. En 2019, le revenu annuel net moyen de tous les secteurs manufacturiers était de 51 000 dollars par année.

Données du graphique
Le tableau présente les revenus annuels moyens par personne, en dollars de 2012, pour trois sous-secteurs forestiers (foresterie et exploitation forestière, fabrication de produits de pâtes et papiers, et fabrication de produits du bois) comparativement aux revenus annuels moyens par personne pour tous les secteurs manufacturiers de 2009 à 2019.
Année Foresterie et exploitation forestière Fabrication de produits de pâte et de papier Fabrication de produits en bois Tous les secteurs manufacturiers
2009 44 868 55 147 43 313 48 797
2010 48 910 60 335 44 311 49 826
2011 48 813 60 188 45 093 49 282
2012 48 700 59 670 46 413 49 627
2013 50 691 60 766 46 196 50 152
2014 49 392 56 150 45 777 50 359
2015 51 901 60 738 47 070 51 505
2016 51 740 63 057 47 762 51 389
2017 51 063 60 059 50 528 50 535
2018 52 166 57 013 46 098 49 394
2019 52 529 63 168 46 683 50 503

Pourquoi cet indicateur est-il important?

  • Les tendances quant au revenu moyen dans le secteur forestier indiquent l’importance de ce secteur pour l’économie et le bien-être social des Canadiens, particulièrement si on le compare au revenu moyen d’autres secteurs.
  • La croissance des salaires réels (la croissance des salaires qui n’est pas attribuable à l’inflation) correspond au changement du pouvoir d’achat réel des employés du secteur forestier.

Quelles sont les perspectives?

  • Moody’s Analytics prévoit que le ralentissement économique lié à la COVID-19 aura une incidence négative sur le secteur forestier à court terme, ce qui pourrait entraîner une baisse des gains récents du revenu moyen.
  • À plus long terme, le revenu moyen pourrait se relever à mesure que le secteur forestier poursuit sa transformation vers la bioéconomie et que les activités restantes du secteur forestier augmentent leur productivité.

Quels sont les cadres de rapport que soutient cet indicateur?

Sources et renseignements
 

Table des matières — Rapport sur l'état des forêts au Canada

Signaler un problème sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute demande, contactez-nous.

Date de modification :