Language selection

Recherche

Indicateur : Les communautés forestières

Les forêts offrent un éventail d’avantages économiques, culturels et environnementaux importants pour de nombreuses collectivités canadiennes, y compris celles des milieux urbains et ruraux.

  • Plus de 23 millions de personnes vivent dans les forêts ou à proximité des forêts au Canada (environ les deux tiers de la population totale).
  • Environ 300 collectivités à l’échelle du Canada comptent sur le secteur forestier pour combler une part importante des emplois et des revenus.
  • Près de 2 % de la population canadienne (700 000 personnes) habite dans ces collectivités qui dépendent des forêts.
  • Selon le dernier recensement (2016), plus de 1,1 million d’Autochtones vivent en forêt ou à proximité, et près de 12 000 d’entre eux travaillent dans le secteur forestier.

Environ 44 % de la population active du secteur forestier canadien vit dans des communautés rurales - une proportion plus élevée que dans la plupart des autres secteurs. Par exemple :

Icône montrant une maison stylisée dans une zone  rurale44 % Communautés rurales
Mackenzie (C.-B.)
Kapuskasing (Ont)
Maniwaki (Qc)
Kedgewick (N.-B.)
Icône montrant des maisons stylisées dans une petite ville ou une banlieue21 % Communautés urbaines
Kamloops (C.-B.)
Pembroke (Ont)
Alma (Qc)
Fredericton (N.-B.)
Icône montrant des immeubles urbains stylisés de  grande hauteur35 % Grands centres urbains
Vancouver (C.-B.)
Ottawa (Ont)
Montréal (Qc)
Halifax (N.-É.)
 

Pourquoi cet indicateur est-il important?

  • Dans les collectivités où le secteur forestier fournit une grande part des emplois et des revenus, les problèmes qui ont une incidence sur le secteur forestier peuvent toucher l’ensemble de la collectivité.
  • En plus du rôle important qu’elles jouent dans les économies locales, les forêts sont au cœur de la santé et du bien-être de tous les Canadiens.

Quelles sont les perspectives?

  • Les collectivités rurales et éloignées sont souvent situées à proximité des ressources forestières. Pour cette raison, ces collectivités continueront de jouer un rôle dans le secteur forestier du Canada, en fournissant des emplois et des revenus aux personnes qui y vivent.
  • Malgré les difficultés de l’année 2020 liées à la pandémie de COVID-19, on s’attend à ce que la forte demande de produits forestiers canadiens, les nouveaux débouchés dans le secteur de la bioéconomie et l’utilisation accrue de produits forestiers de grande valeur continuent de se concrétiser, ce qui signifie que le secteur forestier continuera d’offrir des possibilités aux Canadiens, en particulier ceux qui vivent dans des collectivités rurales, éloignées et celles qui dépendent des forêts.

Quels sont les cadres de rapport que soutient cet indicateur?

  • Le Processus de Montréal : 6.3.c, 6.5.b
 
Sources et renseignements

Communautés dépendantes des forêts

  • Ressources naturelles Canada – Service canadien des forêts. Les calculs sont basés sur les données du Recensement de la population de 2016 de Statistique Canada.
  • Statistique Canada. Recensement de la population de 2016.
    • L’indicateur des collectivités au sein du secteur forestier est basé sur les subdivisions de recensement de Statistique Canada. Le mot subdivision est un « terme générique qui désigne les municipalités (telles que définies par les lois provinciales/territoriales) ou les territoires considérés comme étant des équivalents municipaux à des fins statistiques (p. ex., les réserves indiennes, les établissements indiens et les territoires non organisés) ». Puisqu’il n’existe aucune définition normalisée du terme collectivité sur laquelle les provinces et les territoires peuvent s’appuyer, l’adoption des subdivisions de recensement permet d’assurer la cohérence des rapports au fil du temps. En 2016, le Canada était réparti en 5 161 subdivisions de recensement.
    • En 2019, le Service canadien des forêts (SCF) a adopté une nouvelle méthode pour recenser les communautés qui dépendent de l’activité économique des secteurs des ressources naturelles. La méthode est basée sur l’indice de dépendance sectorielle (IDS), une approche bien établie pour évaluer l’importance relative d’un secteur donné pour les économies régionales. En plus de tenir compte de la part du revenu total générée par le secteur forestier, le SCF a utilisé l’IDS afin de déterminer si le secteur forestier fournit un grand nombre d’emplois (relativement à la communauté canadienne moyenne). Les calculs ont également établi s’il existe plusieurs autres secteurs qui constituent une source d’emplois pour la population locale.
    • En 2018, le rapport annuel sur L’État des forêts du Canada signalait que le secteur forestier constitue une source de revenus très importante au sein de 105 subdivisions de recensement au Canada. En 2019, suivant cette nouvelle méthode, nous avons conclu que le secteur forestier représente une part importante de l’activité économique dans 300 communautés canadiennes.
    • Les données sur l’emploi tirées du Recensement de la population de 2016 de Statistique Canada correspondent au nombre de personnes « occupées » et non au nombre de personnes « actives », ces dernières comprenant les personnes « en chômage ».

Nombre d’Autochtones et de Canadiens vivant en forêt ou à proximité

  • Ressources naturelles Canada – Service canadien des forêts. Les calculs sont basés sur les données du Recensement de la population de 2016 de Statistique Canada et sur celles portant sur la couverture forestière de l’Inventaire forestier national du Service canadien des forêts de Ressources naturelles Canada.
  • Inventaire forestier national.
  • Statistique Canada. Recensement de la population de 2016.
    • L’analyse spatiale (système d’information géographique) a requis l’utilisation des deux sources précédentes pour le calcul du pourcentage de couverture forestière par subdivision de recensement. Pour être considérée comme une zone forestière, une subdivision de recensement devait être constituée d’au moins 25 % de couverture forestière. Les populations résidant dans ces subdivisions de recensement boisées sont considérées comme vivant en forêt ou à proximité.
    • L’indicateur des collectivités au sein du secteur forestier est basé sur les subdivisions de recensement de Statistique Canada. Le mot subdivision est un « terme générique qui désigne les municipalités (telles que définies par les lois provinciales/territoriales) ou les territoires considérés comme étant des équivalents municipaux à des fins statistiques (p. ex., les réserves indiennes, les établissements indiens et les territoires non organisés) ». Puisqu’il n’existe aucune définition normalisée du terme collectivité sur laquelle les provinces et les territoires peuvent s’appuyer, l’adoption des subdivisions de recensement permet d’assurer la cohérence des rapports au fil du temps. En 2016, le Canada était réparti en 5 161 subdivisions de recensement.

Emploi des Autochtones dans le secteur forestier

  • Statistique Canada. Recensement de la population de 2016 (extraction spéciale, 20 avril 2018).
    • Les calculs du Service canadien des forêts de Ressources naturelles Canada sur l’emploi des Autochtones s’appuient sur le Recensement de la population de 2016 de Statistique Canada.
    • Ces valeurs correspondent au nombre de personnes « occupées » et non au nombre de personnes « actives », ces dernières comprenant les personnes « en chômage ».
    • Le terme Autochtone désigne les personnes appartenant aux Premières Nations (Indiens de l’Amérique du Nord), aux Métis ou aux Inuks [Inuits]. Le terme Autochtone désigne également les personnes inscrites comme Indien ou visées par un traité (c’est-à-dire inscrites en vertu de la Loi sur les Indiens du Canada), et celles qui sont membres d’une Première Nation ou d’une bande indienne.
 

Table des matières — Rapport sur l'état des forêts au Canada

Signaler un problème sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute demande, contactez-nous.

Date de modification :