Language selection

Recherche

Comment le secteur forestier évolue-t-il?

Le secteur forestier s’adapte à l’évolution des marchés mondiaux et des préférences des consommateurs. Alors que la demande de nombreux produits forestiers traditionnels est forte, on constate un intérêt croissant pour les produits forestiers non traditionnels tels que les biocarburants, les emballages en papier et les bioplastiques compostables. Le marché pour ces produits novateurs, durables et écologiques est en pleine croissance au Canada et dans le monde. Le secteur forestier canadien saisit cette occasion pour faire progresser notre transition vers une économie à faibles émissions de carbone.

Indicateurs clés de durabilité

Explorez le rapport pour trouver des informations sur les principaux indicateurs de durabilité :

  • Rendement financier du secteur forestier : rendement financier annuel du secteur forestier canadien. La surveillance du rendement financier du secteur forestier permet d’évaluer la capacité continue du secteur forestier canadien à attirer des investissements et à générer des avantages pour les Canadiens.
  • Fabrication secondaire dans le secteur forestier : produit intérieur brut (PIB) annuel du sous-secteur des produits primaires et secondaires du bois et du papier. Cet indicateur fournit des renseignements sur les emplois et les revenus supplémentaires pour le secteur forestier, ce qui donne une meilleure idée de la contribution globale du secteur forestier à l’économie canadienne.
  • Émissions de carbone du secteur forestier : tendances annuelles des émissions de gaz à effet de serre (GES) des combustibles fossiles et utilisation totale de l’énergie La surveillance des émissions et de l’utilisation de l’énergie fournit des données sur la manière dont le secteur forestier peut devenir plus durable et apporter des solutions au problème des changements climatiques.
Infographic cover photo

Télécharger le rapport
(PDF, 103 Mo)

Rendement financier du secteur forestier

Rendement financier du secteur forestier canadien, de 2010 à 2020

Résumé du graphique

En 2010, le secteur forestier canadien a réalisé un bénéfice de plus de 2,0 milliards de dollars. Ce bénéfice a chuté à environ 1,0 milliard de dollars en 2011 et 2012. Les bénéfices d’exploitation ont ensuite augmenté de façon constante, passant d’environ 2,5 milliards de dollars en 2013 à un peu plus de 7,5 milliards de dollars en 2018. Les bénéfices d’exploitation ont chuté à 2,7 milliards de dollars en 2019, un peu plus de 7,5 milliards de dollars en 2020.

Le rendement des capitaux engagés dans le secteur forestier a atteint 5,6 % en 2010 et 1,9 % en 2011. Le taux de rendement des capitaux engagés a ensuite augmenté chaque année, passant de 4,8 % en 2012 à 11,5 % en 2018. En 2019 et 2020, le rendement des capitaux engagés dans le secteur forestier a chuté à 4,4 % et 4,6 %, respectivement.

Données du graphique

Le tableau indique le bénéfice d’exploitation (en millions de dollars) et le taux de rendement des capitaux engagés du secteur forestier canadien pour chaque année de 2010 à 2020.

Année Bénéfices d’exploitation Rendement des capitaux engagés
2010 2 182 5,6
2011 1 074 1,9
2012 1 082 4,8
2013 2 633 4,9
2014 2 811 5,4
2015 3 508 5,7
2016 5 121 8,6
2017 6 816 9,8
2018 7 698 11,5
2019 2 743 4,4
2020 7 702 4,6

Fabrication secondaire dans le secteur forestier

Produit intérieur brut des sous-secteurs des produits primaires et secondaires du bois et du papier, de 2010 à 2020

Résumé du graphique

Ce graphique indique le PIB (en milliards de dollars) des sous-secteurs des produits primaires et secondaires du bois et des sous-secteurs des produits primaires et secondaires du papier.

Le PIB du sous-secteur des produits primaires du bois correspondait à environ 4,4 milliards de dollars en 2010, et il a augmenté de façon constante pour atteindre 6,0 milliards de dollars en 2018. Depuis lors, le PIB du sous-secteur des produits primaires du bois s’élève à environ 5,1 milliards de dollars.

Depuis 2010, le PIB du sous-secteur des produits secondaires du bois est demeuré stable entre 2,6 milliards de dollars et 3,1 milliards de dollars.

Le PIB du sous-secteur des produits primaires du papier s’est chiffré à 5,2 milliards de dollars en 2010, et il a diminué de façon constante pour atteindre 3,9 milliards de dollars en 2013. De 2014 à 2016, il était stable à environ 4,7 milliards de dollars, mais a depuis diminué, passant de 4,4 milliards de dollars en 2017 à 3,7 milliards de dollars en 2020.

Le PIB du sous-secteur des produits secondaires du papier est demeuré stable de 2010 à 2018, à environ 3,0 milliards de dollars. En 2019, il a chuté à 2,6 milliards de dollars, mais est revenu à 3 milliards de dollars en 2020.

Données du graphique

Le tableau indique le produit intérieur brut (en milliards de dollars) pour les sous-secteurs des produits primaires et secondaires du bois, ainsi que pour les sous-secteurs des produits primaires et secondaires du papier, pour chaque année de 2010 à 2020.

Année Produits primaires du bois Produits secondaires du bois Produits primaires du papier Produits secondaires du papier
2010 4,4 2,6 5,2 3,0
2011 4,4 2,7 5,0 2,9
2012 4,6 2,8 4,4 3,1
2013 5,1 2,9 3,9 3,2
2014 5,4 2,7 4,7 2,9
2015 5,6 2,8 4,8 3,1
2016 6,0 2,9 4,7 2,9
2017 6,0 2,8 4,4 3,0
2018 6,0 2,8 4,4 2,9
2019 5,1 3,1 4,1 2,6
2020 5,1 2,9 3,7 3,0

Émissions de carbone du secteur forestier

Émissions de gaz à effet de serre des combustibles fossiles et utilisation totale de l’énergie dans le secteur forestier canadien, de 2008 à 2018

Résumé du graphique

L’utilisation totale d’énergie dans le secteur forestier a diminué de façon constante, passant de 735 pétajoules (PJ) en 2008 à 625 PJ en 2012; elle a ensuite augmenté jusqu’en 2015, année où elle a atteint 671 PJ. En 2016 et 2017, le secteur forestier a utilisé 637 et 650 PJ d’énergie, respectivement. En 2018, 664 PJ d’énergie ont été utilisées par le secteur forestier.

Les émissions de GES du secteur forestier ont diminué, passant de 18,8 millions de tonnes d’équivalent de dioxyde de carbone (Mt éq. CO2) en 2008 à 13,5 Mt éq. CO2 en 2012. Après une augmentation à 14,2 Mt éq. CO2 en 2013, les émissions du secteur sont demeurées stables, soit entre 12,9 et 13,6 Mt éq. CO2 par année, y compris en 2018, où 13,5 Mt éq. CO2 ont été émises.

Données du graphique

Le tableau présente 1) l’utilisation annuelle totale de l’énergie (en pétajoules) par le du secteur forestier; et 2) les quantités d’émission de GES (en million de tonnes d’équivalent de dioxyde de carbone) provenant des combustibles fossiles, qui ont été émises annuellement de 2008 à 2018 par le secteur forestier.

Année Utilisation totale de l’énergie Émissions de GES
2008 735 18,8
2009 674 16,3
2010 655 15,7
2011 640 14,2
2012 625 13,5
2013 657 14,1
2014 668 13,4
2015 671 13,5
2016 631 12,9
2017 648 13,6
2018 664 13,5
Sources et renseignements

Voir la section Sources et renseignements du rapport téléchargeable pour connaître les sources détaillées.

Signaler un problème sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute demande, contactez-nous.

Date de modification :