Language selection

Recherche

Comment le secteur forestier évolue-t-il?

Le secteur forestier subit des changements majeurs en raison de l’évolution des marchés mondiaux de produits forestiers traditionnels, ainsi que de la demande croissante de produits non traditionnels pouvant être utilisés de façon novatrice, écologique et durable. Cela fait progresser la transition du Canada vers une économie à faibles émissions de carbone.

Le secteur forestier est à la croisée des chemins

La demande pour les médias imprimés, comme le papier journal et le papier d’impression et d’écriture, a continué de diminuer à mesure que les consommateurs se tournent vers les médias numériques. En 2019, la demande mondiale de papier journal a chuté de 13 %, et la demande de papier d’impression et d’écriture a diminué de 6 % par rapport à l’année précédente. De plus, la baisse de l’approvisionnement en fibre, le protectionnisme croissant et les marchés cycliques à la hausse et à la baisse de nombreux produits poussent le secteur forestier à diversifier ses gammes de produits et à se tourner vers des produits de plus grande valeur. L’importance croissante accordée aux changements climatiques et à la durabilité offre de telles possibilités; la demande devrait croître en matière de solutions rentables à faibles émissions de carbone au sein du secteur forestier.

Adopter l’innovation

De nouvelles applications portant sur des produits déjà offerts et la découverte de nouveaux produits aident le secteur forestier à s’adapter aux défis, à augmenter son rendement financier et à concrétiser son engagement envers le rendement environnemental et la croissance écologique.

Par exemple, les progrès réalisés dans les produits du bois d’ingénierie et les systèmes de construction contribuent à stimuler la demande de produits du bois. Ces progrès permettent la construction de bâtiments plus hauts, plus durables et plus écoénergétiques, fabriqués principalement en bois. Cela contribue à réduire l’empreinte carbone de la construction.

De plus, les résidus de fibre de bois et les sous-produits de la fabrication de produits forestiers sont utilisés pour fabriquer des bioproduits, une catégorie de produits en forte croissance qui comprend les produits biochimiques, les biomatériaux et la bioénergie. Par exemple, les bioplastiques compostables constituent déjà un fleuron du potentiel du secteur forestier. Il est important de noter que les biocarburants à faible teneur en carbone issus de la biomasse forestière récoltée de manière durable, comme ceux qui sont produits à partir de résidus de sciage et de récolte, sont actuellement les seules solutions de rechange pour l’aviation conventionnelle et le carburant marin, et qu’ils seront au cœur de la transition vers une économie à faibles émissions de carbone.

Des nouvelles capsules à café en bioplastique de GCUP Technology Corp., destinées à être utilisées dans les machines à café à portion unique.
On estime à 5 milliards le nombre de tasses de café qui sont infusées chaque année au Canada dans des machines à portions individuelles. GCUP Technology Corp. procède à l’élaboration d’une solution de rechange aux capsules en plastique utilisées dans ces machines en créant des dosettes en bioplastiques renforcées de fibre de bois. Ces nouvelles dosettes sont à base biologique, 100 % compostables et permettent d’infuser une tasse de café délicieuse.
 

Une restructuration pour s’adapter aux nouvelles tendances commerciales

L’expansion du commerce a entraîné une intégration accrue à l’échelle mondiale au sein de nombreuses industries. Actuellement, de nombreuses entreprises canadiennes du secteur forestier exploitent des installations aux États-Unis, et certaines ont également investi dans des usines européennes. Étant donné que la Chine et le Japon sont devenus des destinations clés pour de nombreux produits forestiers canadiens, la structure du secteur a changé; elle est passée d’entreprises canadiennes en concurrence sur les marchés nord-américains à des entreprises nord-américaines en concurrence sur les marchés mondiaux.

Appel à une nouvelle génération de travailleurs

En 2016, les femmes ne représentaient que 17 % des travailleurs dans le secteur forestier, tandis que les immigrants, qui représentent 25 % de la main-d’œuvre canadienne, ne représentaient que 12 % du secteur forestier. Les Autochtones représentaient 7 % des emplois dans le secteur forestier, comparativement à 4 % pour la main-d’œuvre canadienne. La transformation du secteur crée une occasion d’attirer des travailleurs ayant une formation en sciences, en technologie, en ingénierie et en mathématiques (STIM), des compétences techniques supérieures et des antécédents plus diversifiés.

 
Sources et renseignements
Référence photographique
  • Photo de G-Cup par GCUP Technology Corp.
 

Table des matières — Rapport sur l'état des forêts au Canada

 

Signaler un problème sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute demande, contactez-nous.

Date de modification :