Language selection

Recherche

Indicateur : Insectes forestiers

En 2017, 15,6 millions d’hectares de forêts au Canada ont été touchés par les insectes, ce qui représente moins de 1 % de la valeur de l’année précédente.

  • La tordeuse des bourgeons de l’épinette qui sévit au Québec est devenue le principal ravageur forestier au Canada sur le plan de la superficie touchée.
  • La superficie touchée par le dendroctone du pin ponderosa a atteint sa valeur la plus faible des 10 dernières années.
  • La livrée des forêts demeure un important défoliateur des forêts de feuillus au Québec, en Ontario et dans les Prairies.
  • Les populations de tordeuses des bourgeons de l’épinette en Colombie-Britannique ont atteint le creux de leur cycle épidémique
  • Les insectes forestiers représentent des agents de perturbation écologique, car leur alimentation compromet la santé des arbres.
  • Il existe des milliers d’espèces d’insectes qui se nourrissent d’arbres, mais seulement quelques-unes d’entre elles ont une incidence notable sur la santé des forêts.
  • D’autres agents perturbateurs, tels que la sécheresse, les incendies, les tempêtes ou les insectes envahissants peuvent causer des infestations ou aggraver leurs effets.

Superficie forestière qui contient des arbres défoliés par quatre insectes au Canada, de 2007 à 2017

{Text}

Résumé du graphique

La superficie perturbée par la livrée des forêts est demeurée relativement faible jusqu’en 2012, avant d’atteindre un sommet en 2013; depuis, elle diminue régulièrement, sans toutefois atteindre les niveaux d’avant 2012. La superficie perturbée par les infestations du dendroctone du pin ponderosa a connu un sommet en 2007, avant de diminuer régulièrement malgré une légère augmentation en 2009. La superficie perturbée par la tordeuse des bourgeons de l’épinette dans les forêts de l’est du Canada a été relativement faible en 2007, mais elle augmente régulièrement depuis. La superficie perturbée par cet insecte dans les forêts de l’ouest du pays est demeurée stable et relativement faible jusqu’en 2013; depuis, elle diminue régulièrement.

Données du graphique
Le tableau ci-bas présente la superficie forestière perturbée (en hectare) par la tordeuse occidentale de l’épinette, le dendroctone du pin ponderosa, la livrée des forêts et la tordeuse des bourgeons de l’épinette entre 2007 et 2017
Année Livrée des forêts Dendroctone du pin ponderosa Tordeuse des bourgeons de l'épinette Tordeuse occidentale de l'épinette
2007 2 210 536 10 051 919 1 350 369 865 023
2008 1 568 128 7 841 993 876 115 804 711
2009 154 243 8 953 441 831 937 796 904
2010 220 651 6 251 586 1 510 074 503 014
2011 594 647 4 624 907 1 492 829 623 426
2012 729 874 3 016 228 1 792 062 456 745
2013 7 464 898 2 973 935 2 777 998 128 037
2014 5 903 787 2 208 687 3 583 700 44 608
2015 4 841 071 1 447 954 5 235 854 9 135
2016 4 013 393 376 669 4 970 951 3 426
2017 2 793 777 332 259 5 519 287 704

Pourquoi cet indicateur est-il important?

  • Après les feux incontrôlés, les infestations d’insectes représentent la deuxième perturbation en importance à avoir les répercussions les plus notables sur l’approvisionnement en bois d’œuvre et les stocks de carbone.
  • Des infestations prolongées ou intenses de défoliateurs peuvent causer la mort des arbres, mais de manière générale, la réaction des forêts se traduit par une croissance et une vigueur réduites. Ce stress peut être le déclencheur qui stimule la croissance des populations de scolytes jusqu’à un niveau épidémique, leur permettant ainsi de toucher à de vastes étendues de forêts. Le suivi des tendances liées aux deux groupes d’insectes permet aux chercheurs et aux aménagistes forestiers d’évaluer la santé globale des forêts.

Quelles sont les perspectives?

  • L’infestation de la tordeuse des bourgeons de l’épinette au Québec représente toujours une menace pour les forêts et on prévoit que les superficies défoliées continueront à croître. Les populations de tordeuses des bourgeons de l’épinette sont à la baisse au Nouveau-Brunswick pour la première fois depuis 2014. Il s’agit d’un signe positif pour la recherche sur les stratégies d’intervention précoce, qui vise à supprimer les populations croissantes au début du cycle épidémique jusqu’à des niveaux permettant une maîtrise par des facteurs de mortalité naturelle.
  • En 2017, les populations de la livrée des forêts n’ont augmenté que légèrement en Ontario. Cependant, on s’attend à ce que cette espèce cyclique devienne responsable d’une importante épidémie au cours des prochaines années, mais l’emplacement exact de celle-ci demeure incertain.
  • L’expansion des populations de dendroctones du pin ponderosa dans l’ouest de l’Alberta ainsi que leur propagation vers l’est dans la forêt boréale, un nouvel habitat pour cet insecte, demeurent préoccupantes. Les spécialistes de la santé des forêts étudient actuellement les effets potentiels des conditions météorologiques extrêmement froides survenues en février 2019 sur la mortalité du dendroctone du pin ponderosa, ainsi que les tendances générales de l’expansion de leur population.
 

Cliquez sur l’image pour agrandir.

  • Image 1
  • Image 2
 

À quels cadres de production de rapports cet indicateur contribue-t-il?

Sources et renseignements
  • Base de données nationale sur les forêts. Insectes forestiers, Tableau 4.1, Superficie de défoliation modérée à grave (y compris la mortalité des arbres due aux scolytes) par insectes. (document consulté le 9 avril 2019).
    • La superficie touchée par les insectes défoliateurs n’inclut que les zones avec mortalité des arbres et de la défoliation allant de modérée à grave. La défoliation ne mène pas toujours à la mort des arbres. Par exemple, des groupes d’arbres souffrant de défoliation modérée se rétablissent souvent, et il est possible que leur croissance n’en soit pas touchée de façon importante.
    • La défoliation est cartographiée en fonction des espèces d’insectes, et une zone donnée peut être touchée par plusieurs espèces à la fois. Il peut s’ensuivre une comptabilisation en double ou en triple des zones touchées par plusieurs espèces d’insectes, ce qui accroît l’étendue de la superficie défoliée totale.
Références photographiques
  • Photo d’une livrée des forêts mature. Ressources naturelles Canada – Service canadien des forêts.
  • Photo d’une tordeuse des bourgeons de l’épinette fournie par Véronique Martel.

 

Table des matières — Rapport sur l'état des forêts au Canada

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute demande, contactez-nous.

Date de modification :