Language selection

Recherche

Le bois est-il récolté de façon durable?

Les régimes forestiers du Canada sont basés sur le principe de l’aménagement forestier durable, lequel permet de concilier la production de services écosystémiques avec le maintien de la santé et de la diversité des forêts. En 2018, les superficies récoltées représentaient 0,2 % de la superficie totale des terres forestières.

 

La majeure partie des forêts canadiennes appartiennent à l’État

Environ 90 % des forêts canadiennes sont situées sur des terres publiques appartenant aux provinces ou aux territoires. Ce sont les gouvernements provinciaux et territoriaux qui ont la responsabilité de l’aménagement forestier. Bien que les lois, règlements et politiques qui encadrent l’aménagement des forêts varient d’une province et d’un territoire à l’autre, ils sont tous fondés sur le principe de l’aménagement durable des forêts. Par exemple, l’aménagement durable constitue le cœur de la Loi du Québec sur l’aménagement durable du territoire forestier.

Semis d’épinette noire plantés parmi d’autres plantes, dont le thé du Labrador. Photo : Nelson Thiffault
À l’échelle canadienne, plus de 440 millions de plants ont été mis en terre en 2018.

Le niveau de récolte tient compte de la croissance des forêts

Le processus d’aménagement forestier implique la réalisation d’inventaires de la ressource. Les données qui en sont issues nous informent sur la composition en essence des forêts, leur âge, leur structure, et permettent de calculer le volume de bois pouvant être récolté de manière durable. Les outils technologiques, comme la télédétection par satellite ou par laser aéroporté (le LiDAR), contribuent maintenant à la caractérisation des forêts du Canada.

Les plans d’aménagement forestier présentent les objectifs et les stratégies d’aménagement

Les plans d’aménagement forestier décrivent la planification des activités forestières pour des périodes et des unités territoriales données. Selon les juridictions, ils sont élaborés par les gouvernements, les compagnies forestières ou d’autres acteurs du milieu forestier, en respect des lois, règlements et politiques en vigueur. La confection des plans d’aménagement implique la prise en compte des intérêts et des préoccupations des Premières Nations, des organismes et des personnes concernées par l’aménagement forestier sur le territoire public. Ils sont supportés par des processus de consultation publique.

La régénération après la récolte est un élément clé de l’aménagement durable des forêts

L’ensemble des régimes forestiers en vigueur au Canada imposent que les superficies forestières soient régénérées naturellement ou artificiellement par la plantation ou l’ensemencement après les activités de récolte. Des critères définissent le succès de régénération. Ils dictent la composition, la densité, et le coefficient de distribution de la régénération libre de compétition qui doit être présente sur les sites un certain nombre d’années après la récolte.

La régénération naturelle est souvent le moyen le plus économique pour rétablir les essences forestières après la récolte. Son succès dépend cependant de la disponibilité des graines et des propagules sur les sites et de l’historique des perturbations. Pour sa part, la régénération artificielle nécessite des investissements dans la récolte de semences, la production de plants et l’établissement des semis. Elle résulte toutefois en des gains de productivité en raison, notamment, des programmes d’amélioration génétique. Par ailleurs, la plantation permet de contrôler la composition de la régénération et offre ainsi l’opportunité d’adapter les forêts du Canada au contexte des changements globaux.

Sources et renseignements
 

Table des matières — Rapport sur l'état des forêts au Canada

Report a problem on this page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute demande, contactez-nous.

Date de modification :