Tordeuse des bourgeons de l’épinette

La tordeuse des bourgeons de l’épinette (Choristoneura fumiferana) est un papillon de nuit indigène de l’Amérique du Nord. On la trouve dans chaque province et territoire, et elle vit d’un bout à l’autre de la forêt boréale canadienne.

Papillon adulte et chenillle de la tordeuse des bourgeons de l’épinette

La tordeuse des bourgeons de l’épinette (en haut : papillon adulte; en bas : chenille).

Image agrandie

La tordeuse des bourgeons de l’épinette se nourrit principalement des aiguilles du sapin baumier et de l’épinette blanche et, dans une moindre mesure, de celles de l’épinette rouge et de l’épinette noire.

Les arbres meurent généralement après quatre ou cinq années consécutives de perte grave de la totalité ou de la plupart des feuilles.

Faits saillants

  • Des infestations de la tordeuse des bourgeons de l’épinette ont lieu tous les 30 à 40 ans.
  • Au cours d’une infestation, des dizaines de millions d’hectares (ha) d’arbres peuvent être sévèrement défoliés. Une infestation peut durer plusieurs années.
  • La plus récente infestation a commencé en 2006 sur la côte nord du fleuve Saint-Laurent, au Québec, alors qu’environ 3 000 ha furent défoliés.
  • À l’horizon de 2017, lus de 7 millions d’hectares forestiers du Québec avaient subi une défoliation allant de modérée à sévère.
  • Dans l’ouest du Canada, des infestations de la tordeuse des bourgeons de l’épinette ont lieu par intermittence en bordure de son aire de répartition dans les forêts boréales nordiques, soit du Manitoba au Yukon.

Répercussions

La tordeuse des bourgeons de l’épinette a un impact important sur les forêts du Canada.

Vue aérienne d'une forêt ravagée par la tordeuse des bourgeons de l’épinette. Photo : Johanne Delisle

Vue aérienne de la défoliation causée par la tordeuse des bourgeons de l’épinette.

  • Le signe le plus apparente d’une infestation est les nouvelles pousses de couleur rouille au bout des branches, causées par l’alimentation des chenilles. D’autres signes sont les tunnels d’alimentation, les excréments et les fils de soie.
  • La défoliation commence au sommet de l’arbre, et progresse rapidement vers le bas dès que la tordeuse des bourgeons de l’épinette a partiellement ou entièrement consommé les aiguilles.
  • La couleur d’un peuplement sévèrement ravagé prend un ton de rouille en raison des aiguilles sèches qui sont tenues ensemble par les fils de soie que tissent les larves.
  • La défoliation sévère affaibli l’arbre, ce qui le rend plus vulnérable aux maladies et aux agressions par d’autres ravageurs.
  • Le peuplement ravagé est très apparent à partir d’un aéronef à voilure fixe, qui est la principale méthode utilisée pour cartographier les zones infestées.
  • La défoliation cumulative peut entraîner une perte de croissance et une destruction significative dans des forêts de pins et d’épinettes matures, ce qui se traduit par une perte importante de ressources ligneuses et non ligneuses.

Recherches scientifiques au SCF

Les recherches menées par des scientifiques du Service canadien des forêts (SCF), ont permis de jeter une nouvelle lumière sur l’écologie de la population de la tordeuse des bourgeons de l’épinette et sur la lutte contre ce ravageur.

  • À la phase adulte, le papillon nocturne s’accouple et dépose ses œufs par groupement de 10 à 150 sur les aiguilles de l’arbre hôte, soit en juillet en août.
  • La larve nouvellement éclose tisse un cocon de soie dans un endroit sécuritaire de l’arbre hôte, et elle s’y abrite pour l’hiver.
  • Au printemps, la larve émerge de son abri et se nourrit des nouvelles pousses. Elle utilise les aiguilles pour créer un tunnel d’alimentation en soie qui la protège des prédateurs.
  • La défoliation devient apparente vers la fin du mois de juin, lorsque la larve a presque fini de s’alimenter.
  • Un papillon de nuit émerge de sa chrysalide au début ou à la mi-juillet, et il pond ses œufs sur le feuillage pour compléter son cycle de vie.

Trouver des solutions concertées

Par l’entremise du Service canadien des forêts, Ressources naturelles Canada collabore avec les gouvernements provinciaux et d’autres organismes, comme la Société de protection des forêts contre les insectes et maladies, du Québec, et la « Forest Protection Limited », du Nouveau-Brunswick, pour mettre au point des outils et des pratiques de gestion qui permettent de prévoir et d’atténuer les ravages causés par les infestations de la tordeuse des bourgeons de l’épinette.

Vous souhaitez en apprendre davantage sur la tordeuse des bourgeons de l’épinette?

Communiquez avec Rob Johns ou Marc Rhainds du Centre de foresterie de l’Atlantique, et Deepa Pureswaran, Yan Boulanger, Michel Cusson, Véronique Martel, ou Jacques Régnière, du Centre de foresterie des Laurentides.

Ressources du SCF sur la tordeuse des bourgeons de l’épinette
Autres ressources sur la tordeuse des bourgeons de l’épinette