Language selection

Recherche

En primeur : Ce que nous savons au sujet de la forêt boréale du Canada

Photographie aérienne de la forêt boréale du Canada

Image agrandie [96 Ko JPG]

Dans la zone boréale du Canada, la mise en valeur des ressources, c’est-à-dire l’exploitation des forêts, des mines, du pétrole et du gaz, prend de l’expansion dans différents secteurs. Cette activité met à l’épreuve la résilience des forêts, des lacs, des rivières et des terres humides qui forment cette région écologique et qui soutiennent les grandes industries.

Les ressources de la forêt boréale du Canada sont importantes sur le plan national et mondial. Elles constituent un élément majeur de notre richesse culturelle et économique et elles peuvent contribuer de manière importante à une économie à faibles émissions de carbone. Il n’est donc pas étonnant que les discussions sur l’intendance de l’environnement de la forêt boréale du Canada portent principalement sur les effets du développement et de la gestion des ressources sur la santé et la durabilité des écosystèmes boréaux.

Une synthèse des connaissances boréales puisées dans 4 000 publications scientifiques

Comprendre les processus naturels et les facteurs qui dictent les changements nécessite des connaissances scientifiques détaillées. Avec ce principe en tête, plus de 60 scientifiques du Service canadien des forêts de Ressources naturelles Canada se sont livrés au tout premier exercice d’examen et de synthèse de plus de 4 000 publications scientifiques qui touchent à la zone boréale et aux écosystèmes boréaux.

L’objectif consistait à résumer l’état actuel des connaissances scientifiques sur l’environnement boréal et à les mettre à la disposition des intervenants qui sont responsables de la gestion des écosystèmes boréaux et de la mise en valeur des ressources naturelles.

Les conclusions de cet examen d’envergure sont décrites dans  11 articles qui, ensemble, forment un résumé exhaustif des preuves scientifiques des incidences de l’aménagement humain, de l’utilisation des ressources et des changements climatiques sur les écosystèmes terrestres et aquatiques situés dans la zone boréale du Canada.

Le Service canadien des forêts a organisé l'examen des connaissances scientifiques actuelles sur la zone boréale à partir de quatre questions :

  1. Quels sont les effets de la gestion des ressources sur les écosystèmes boréaux?
  2. Comment peut-on déterminer si la zone boréale et ses écosystèmes sont en santé?
  3. Dans quelle mesure doit-on protéger la zone boréale afin d’en préserver la santé?
  4. Comment pourrait-on adapter les pratiques de gestion dans la zone boréale aux changements climatiques et comment peuvent-elles contribuer à les atténuer?
Travailleur forestier muni d’un casque de sécurité qui se tient debout à côté d’un tas d’arbres abattus jonchant le sol devant un camion qui transporte du bois d’œuvre.

Image agrandie [150 Ko JPG]

Les décisions et les politiques judicieuses reposent sur des renseignements scientifiques fiables

Les effets cumulatifs de l’aménagement humain et des phénomènes naturels sur la zone boréale préoccupent le  Canada. Les industries qui extraient des ressources, comme des minéraux, du gaz et des fibres ligneuses, peuvent créer des impacts sur la santé de la forêt boréale et mettre en péril les ressources mêmes dont ils sont tributaires.

Les connaissances scientifiques – comme celles qui ont été réunies dans la synthèse des 4 000 publications – forment les fondements objectifs et factuels nécessaires pour corroborer les décisions qui continueront de maintenir des écosystèmes boréaux sains et durables. Plus le portrait de la zone boréale du Canada sera détaillé, plus les responsables de l’élaboration des politiques seront en mesure de viser, pour cette région, un juste équilibre entre les objectifs sociaux, économiques et environnementaux.

Les scientifiques forestiers du Canada contribuent aux efforts de recherche sur l’environnement boréal à l’échelle de la planète

Carte de la répartition de la forêt boréale dans le monde.

Répartition de la zone circumboréale (Eurasie selon Lavrenko et Sochava 1954, Ahti et coll. 1968, Denisov 1970, et Kurnaev 1990; l’Amérique du Nord selon Brandt 2009).

Image agrandie [370 Ko JPG]

La zone boréale du Canada représente 28 % de la zone boréale dans le monde. Les autres pays qui possèdent des forêts et des terres dans cette zone sont notamment les États-Unis, la Norvège, la Suède, la Finlande, la Russie et la Chine.

Depuis 2012, le Service canadien des forêts collabore avec les organisations et les institutions forestières de ces autres pays boréaux par l’entremise du Groupe de travail circumboréal (GTC). Le GTC a pour but d’améliorer la collaboration, en particulier dans le domaine des sciences boréales.

Le Canada entretient également des liens avec l’International Boreal Forest Research Association (IBFRA) (en anglais seulement), qui fait la promotion et la coordination de la recherche fondamentale sur la forêt boréale effectuée par des scientifiques et des particuliers du monde entier. Cette association cherche à mieux comprendre le rôle des écosystèmes de la forêt boréale au sein de l’environnement mondial ainsi que les effets des changements environnementaux sur ce rôle. Le travail de l’IBFRA soutient une recherche orientée vers l'élaboration de politiques, portante sur des problèmes trop vastes ou trop complexes pour être réglés par un seul pays ou une seule discipline universitaire.

Conçue avec le GTC, la première mission scientifique de l’IBFRA a pour sujet les forêts circumboréales dans le cycle du carbone à l’échelle mondiale : les répercussions des changements climatiques et les options d’atténuation.

L’atténuation des effets des changements climatiques sur la forêt boréale

Afin d’entreprendre la mission de l’IBFRA, 16 chercheurs des quatre coins de la région circumboréale réunissent leurs connaissances boréales pour en dégager les similitudes et les différences. La contribution du Canada à cet effort englobe la synthèse des sciences boréales. Bon nombre de ces articles servent de fondements précieux afin de déterminer si les résultats observés au Canada sont similaires à ceux qui ont été constatés dans d’autres régions de la zone boréale mondiale.

L’aboutissement de cette mission multinationale prendra la forme d’un résumé scientifique des options dont le secteur forestier dispose pour atténuer les effets des changements climatiques dans les régions boréales. Le scientifique du Service canadien des forêts qui est le responsable du Système national de surveillance, de comptabilisation et de production de rapports concernant le carbone des forêts (SNSCPRCF), Werner Kurz, coordonne la conception de cette synthèse circumboréale.

Les chercheurs qui participent à cette initiative ont déjà déterminé les trois thèmes des prochaines missions scientifiques liées à la coopération circumboréale : les possibilités qu’offrent les nouvelles technologies, les répercussions des changements climatiques et la définition des forêts primaires.

La recherche sur la forêt boréale apporte d’autres avantages importants sur la scène nationale et mondiale

L'amélioration des perspectives découlant de l'élargissement des connaissances boréales autant  à l’échelle nationale qu'internationale aide les décideurs et les responsables de l’élaboration des politiques du Canada à s’assurer que les forêts boréales de notre pays demeurent résilientes et productives.

Ces connaissances contribueront également à approfondir notre compréhension de la contribution que le secteur des forêts boréales peut apporter pour atteindre les cibles mondiales de réduction des émissions de gaz à effet de serre et pour ralentir la progression des changements climatiques dans le monde entier.

Pour en savoir davantage
Lire sur les recherches les plus récentes
Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute demande, contactez-nous.

Date de modification :