L’emploi dans le secteur des minéraux

Bulletin d’information

(Publié en janvier 2019)

Le secteur canadien des minéraux offre des emplois partout au pays, y compris dans de nombreuses régions du Nord et isolées.

Découvrez pourquoi ces emplois bien rémunérés et de qualité sont importants pour le Canada :

Table des matières

Aperçu

Le secteur des minéraux au Canada est un pilier de l’économie nationale. En 2017, il assurait 634 000 emplois directs et indirects partout au pays dans des régions urbaines, rurales et éloignées (figure 1).

Selon les données du compte satellite des ressources naturelles fournies par Statistique CanadaNote de bas de page 1,le secteur des minéraux (y compris l’extraction en amont, la première transformation et la fabrication de produits métalliques en aval) employait directement 426 000 personnes. En 2017, environ 50 % de ces personnes étaient employées dans les industries de transformation en aval.

En plus de générer des emplois directs, le secteur des minéraux génère une activité économique indirecte importante par l’entremise de l’achat de biens et de services. L’équipement, la technologie et les fournisseurs de services font partie de l’écosystème du secteur des minéraux et ont contribué à bâtir la réputation mondiale du Canada en tant que chef de file de ce secteur. En 2017, les fournisseurs représentaient environ 208 000 emplois indirectsNote de bas de page 2.

Figure 1 : emplois par catégorie et sous-secteur, en 2017
 

Version texte
Figure 1 : emplois par catégorie et sous-secteur, en 2017
Emplois Total
Indirects 208,000*
Directs 426 000
   Exploitation minière (y compris les services) 107 000
   Première transformation 97 000
   Transformation en aval 222 000

Sources : Ressources naturelles Canada, Statistique Canada (tableau 38-10-0285-01 du compte satellite des ressources naturelles).
*Les estimations de Ressources naturelles Canada sont fondées sur les données de Statistique Canada.

Selon les données sur la main-d’œuvre du Système de comptabilité nationale fournies par Statistique CanadaNote de bas de page 3,Note de bas de page 4, les emplois directs dans le secteur canadien des minéraux ont augmenté de 4 % (+15 000 emplois) en 2017 par rapport à 2016. Les gains d’emplois ont été concentrés dans les industries de l’exploitation minière en amont et des services directs (y compris l’exploration minérale et le forage en sous-traitance), qui ont augmenté de 7 % en un an. Ces gains ont mis fin à la tendance à la baisse de l’effectif dans le secteur des minéraux, qui, causée par les pertes d’emplois concentrées dans les industries manufacturières en aval, a débuté en 2013 (figure 2).

Figure 2 : emplois par industrie, de 2008 à 2017

Version texte
Figure 2 : emplois par industrie, de 2008 à 2017
Année Extraction minière et exploitation en carrière Activités de soutien à l’extraction minière Fabrication de produits minéraux non métalliques Première transformation des métaux Fabrication de produits métalliques Total
2008 54 780 21 850 55 070 82 960 180 030 394 690
2009 48 830 18 810 52 215 66 015 164 250 350 120
2010 52 670 22 350 54 150 70 570 161 075 360 815
2011 56 330 29 985 53 490 78 980 165 465 384 250
2012 58 420 33 395 54 390 68 480 169 570 384 255
2013 66 375 27 495 53 985 66 510 167 025 381 390
2014 71 140 22 010 52 760 66 090 170 165 382 165
2015 71 140 21 200 53 310 62 740 169 855 378 245
2016 66 310 20 955 51 545 62 235 166 250 367 295
2017 71 010 23 425 52 040 65 035 170 710 382 220

Source : statistiques du travail conformes aux données de Statistique Canada (tableau 36-10-0489-01 du Système de comptabilité nationale).

Emplois par industrie

L’industrie de l’extraction minière et de l’exploitation en carrièreNote de bas de page 5 comptait 71 010 emplois en 2017, ce qui représente une augmentation de 4 700 ou 7,1 % par rapport à 2016. Cette augmentation de la main-d’œuvre qui a été générée par l’ouverture ou la réouverture de 10 mines (tableau 1) a permis de compenser les pertes d’emploi causées par la fermeture permanente ou temporaire de trois mines. La rémunération totale par emploi dans cette industrie était de 119 000 $, soit près du double de la moyenne canadienne pour toutes les industries confondues de 60 000 $.

Tableau 1 : ouvertures et fermetures de mines, en 2017
Mine État Mois Province / territoire Produit principal
Dome Fermée en permanence Décembre Ontario Or
Stobie Fermée temporairement / réparation et entretien Mai Ontario Nickel
Birchtree Fermée temporairement / réparation et entretien Septembre Manitoba Nickel
Dufferin Ouverte Juin Nouvelle-Écosse Or
Moose River Consolidated Ouverte Octobre Nouvelle-Écosse Or
Donkin Ouverte Février Nouvelle-Écosse Charbon (métallurgique  thermique)
Rainy River Ouverte Octobre Ontario Or, argent
Bethune Ouverte Juin Saskatchewan Potasse
Brucejack Ouverte Juillet Colombie-Britannique Or, argent
Gahcho Kué Ouverte Mars Territoires du Nord-Ouest Diamants
Hope Bay Ouverte Mai Nunavut Or
Colonsay Réouverte Janvier Saskatchewan Potasse, sel
Wolverine Réouverte Janvier Colombie-Britannique Charbon (métallurgique)

Source : Ressources naturelles Canada (carte 900A : principales régions minières, principales mines productrices et principaux champs de pétrole et de gaz au Canada).

L’effectif total a augmenté dans le sous-secteur de l’extraction minière de métaux en 2017, l’extraction minière de l’or et de l’argent (+21,0 %) et du minerai de fer (+7,3 %) ayant connu les plus fortes augmentations. Ces gains compensent les baisses de l’effectif dans l’extraction minière de métaux communs (-3,0 %) et l’extraction minière d’autres métaux (-4,7 %). L’extraction minière d’autres métaux comprend des activités telles que l’extraction et la production de l’uranium, du vanadium, du cobalt et de l’étain qui sont classées sous les codes 212291 et 212299 du Système de classification des industries de l’Amérique du Nord.

Le nombre d’emplois a augmenté dans le sous-secteur de l’extraction minière non métallique (+5,7 %) en 2017, sous l’impulsion des augmentations dans l’industrie de la potasse (+8,1 %), l’exploitation en carrière de sable et de gravier (+6,3 %) et l’exploitation en carrière de pierre (+5,6 %). Ces augmentations compensent les baisses de l’effectif dans l’extraction minière de diamants (-7,1 %). L’emploi dans l’extraction minière du charbon a augmenté pour la première fois depuis 2014 (+8,2 %) avec l’ouverture de deux nouvelles mines de charbon.

En 2017, l’effectif dans l’industrie des activités de soutien à l’extraction minièreNote de bas de page 6, laquelle comprend les activités d’exploration, a enregistré une première augmentation en quatre ans lorsque le nombre d’emplois a fait un bond de 11,8 % pour passer à 23 425 emplois. Cette industrie fluctue beaucoup en raison des prix des minéraux et des métaux et s’avère encore plus vulnérable que l’industrie minière qu’elle dessert. En 2017, la rémunération globale par emploi dans l’industrie qui s’élevait à environ 106 000 $, ce qui représente une légère baisse par rapport à l’année précédente, figure quand même parmi les plus élevées jamais enregistréesNote de bas de page 7.

L’industrie de la première transformation des métaux comprend des installations de fonderie et d’affinage de métaux ferreux et non ferreux. L’industrie a employé 65 035 travailleurs en 2017, ce qui représente une augmentation de 4,5 % par rapport à 2016. Toutefois, le nombre d’emplois dans l’industrie a baissé de façon soutenue à long terme, soit 21,6 % au cours de la dernière décennie. Les sous-secteurs de la sidérurgie et de la transformation des métaux non ferreux (sauf l’aluminium) représentent environ 75 % de la baisse totale. La rémunération totale par emploi est restée stable à 106 000 $ entre 2016 et 2017.

L’industrie de la fabrication de produits minéraux non métalliques comprend les établissements dont l’activité principale consiste à fabriquer de la chaux, du ciment, du béton, du verre et d’autres produits minéraux non métalliques. L’effectif dans cette industrie est resté stable avec une augmentation de seulement 1 % pour passer à 52 040 emplois en 2017, et ce, malgré une légère tendance à la baisse du nombre d’emplois à long terme. La rémunération totale par emploi a augmenté durant huit années consécutives pour atteindre 76 000 $ en 2017.

L’industrie de la fabrication de produits métalliques représente presque 50 % de tous les emplois dans le secteur canadien des minéraux et comprend des établissements dont les activités principales sont liées à des procédés de forgeage, d’estampage, de façonnage, de tournage et d’assemblage dans la fabrication de produits en métaux ferreux et non ferreux. En 2017, le nombre d’emplois a augmenté de 2,7 % pour passer à 170 710, et la rémunération totale par emploi est restée stable à 69 000 $ par travailleur.

Emplois par province et territoire

Les deux tiers des emplois dans le secteur canadien des minéraux sont concentrés en Ontario et au Québec. Cela s’explique principalement en raison de l’importante industrie manufacturière en aval qui se trouve dans ces deux provinces (tableau 2). D’une année à l’autre, le nombre d’emplois a augmenté dans toutes les régions sauf au Nouveau-Brunswick (-2,7 %), à Terre-Neuve-et-Labrador (-2,8 %) et aux Territoires du Nord-Ouest (-3,6 %).

Tableau 2 : emplois par province et territoire, en 2017
Province /
territoire
Emplois totaux
Extraction minière et exploitation en carrière Activités de soutien à l’extraction minière Fabrication de produits minéraux non métalliques Première transformation des métaux Fabrication de produits métalliques Total
Terre-Neuve-et-Labrador 2 095 985 210 245 595 4 130
Île-du-Prince-Édouard 35 0 100 20 385 540
Nouvelle-Écosse 610 140 515 30 2 460 3 755
Nouveau-Brunswick 1 730 1 000 905 170 2 375 6 180
Québec 15 440 2 875 14 220 23 460 47 935 103 930
Ontario 19 215 6 830 21 455 30 390 73 845 151 735
Manitoba 2 140 680 940 1 920 5 300 10 980
Saskatchewan 10 280 1 960 750 1 405 3 840 18 235
Alberta 6 220 1 825 6 655 2 405 20 365 37 470
Colombie-Britannique 9 510 4 125 6 235 4 990 13 580 38 440
Yukon 530 1 075 25 0 20 1 650
Territoires du Nord-Ouest 2 355 985 30 0 10 3 380
Nunavut 850 945 0 0 0 1 795

Source : statistiques du travail conformes aux données de Statistique Canada (tableau 36-10-0489-01 du Système de comptabilité nationale).

Besoins futurs en matière d’embauche

Le Conseil des ressources humaines de l’industrie minière (RHiM) prévoit que les besoins d’embauche cumulatifs dans l’industrie minière varieront d’environ 49 000 à 135 000 travailleurs au cours des 10 prochaines annéesNote de bas de page 8,Note de bas de page 9. Ces besoins découleront principalement du départ à la retraite des travailleurs. En outre, le RHiM a comparé ces besoins à une prévision des talents disponibles dans un certain nombre de professions et trois lacunes importantes ont été identifiées dans les catégories suivantes : superviseurs, travailleurs de soutien et gens de métier. La dépendance croissante de l’industrie à l’égard des machines et des technologies de pointe augmentera aussi les besoins en formation de la main-d’œuvre dans ces professions.

Diversité de la main-d’œuvre

Le secteur des minéraux est un important employeur d’Autochtones, fournissant des emplois à plus de 16 500 personnesNote de bas de page 10.  La plus grande part des travailleurs autochtones se trouvait dans le sous-secteur minier en amont, où ils représentaient 12 % de la main-d’œuvre de l’industrie, soit près de trois fois la moyenne pour toutes les industries de 4 % et une hausse par rapport à 8 % en 2011Note de bas de page 10.

À l’échelle nationale, les femmes représentent 48 % de la main-d’œuvre canadienne, mais seulement 14 % dans l’industrie minière, soit une hausse par rapport à 10 % en 2001Note de bas de page 10. La faible représentation des femmes n’est pas exclusive à cette industrie et se retrouve dans de nombreuses industries liées aux ressources (p. ex., la foresterie et l’exploitation forestière à 13 %) et d’autres industries telles que la construction (12 %). Le RHiM a constaté que la faible représentation des femmes dans l’industrie minière est un problème lié à la fois à la profession et à l’industrie et qu’en général, les professions particulières à l’industrie minière présentent la plus faible représentation de femmes. En s’efforçant de réduire cet écart, l’industrie minière pourrait simultanément atténuer les pénuries de main-d’œuvre qualifiée prévues et ajouter diverses gammes de compétences et de perspectives à la population active.


©Sa Majesté la Reine du chef du Canada, représentée par le ministre des Ressources naturelles, 2018