Language selection

Recherche

Évaluation des risques et des avantages écologiques de la revégétalisation des sites miniers de la région de Thetford Mines – phase 1 – Rapport final

Rapport final

RÉSUMÉ

Le Programme de fermeture des mines et de gestion des risques pour les écosystèmes a reçu pour mandat de contribuer à l’amélioration de la performance environnementale du secteur de l’exploitation des mines d’amiante dans la région de Thetford Mines. La proposition de projet a été approuvée en mai 2010. Le premier rapport provisoire (LMSM 11-040), une revue de la littérature, a été terminé en juillet 2010. Le présent rapport est le deuxième rapport, et il s’agit du rapport final présentant les principales constatations faites lors des deux visites des lieux, ainsi que les résultats des essais de laboratoire en pots.

La revégétalisation peut aider à ralentir, dans les résidus d’amiante laissés à l’abandon, les processus d’érosion qui peuvent, à long terme, détériorer la qualité de l’air, de l’eau et du sol environnants. Le présent projet constitue la phase 1 d’une évaluation en plusieurs phases. La phase 1 comprend la revue de la littérature susmentionnée visant à repérer les lacunes dans les connaissances, et une étude de laboratoire sur la végétalisation de résidus miniers échantillonnés dans des haldes choisies de la région de Thetford Mines.

Dans l’étude de laboratoire, une exposition artificielle à l’eau et à la lumière a été utilisée pour simuler l’érosion pluviale naturelle des résidus miniers nus. Les risques liés à l’érosion découlent principalement de deux phénomènes : la lixiviation (lessivage des résidus du fait de la percolation de l’eau), et la migration du magnésium des haldes de résidus dans le milieu environnant et au-delà. Par ailleurs, on a constaté que le nickel que renferment les résidus reste lié au réseau minéral et ne pollue pas l’eau tant que les résidus demeurent alcalins.

Les essais de laboratoire en pots ont produit des données utiles aux fins d’évaluation des avantages de l’implantation d’un couvert végétal sur les résidus miniers en termes de piégeage du carbone et de fixation de l’azote. Ces essais indiquent que les plantations aident à fixer l’azote et à piéger le dioxyde de carbone. Les traitements les plus efficaces pour la production de biomasse, la fixation de l’azote et le piégeage du carbone ont été déterminés.

Les problèmes chimiques de la revégétalisation ont été clarifiés plus avant et pour la plus grande part bien réglés, les principales difficultés en ce qui concerne l’implantation de couverts végétaux demeurant les caractéristiques physiques des haldes de résidus, principalement les pentes abruptes et la croûte dure formée à la surface. En outre, le risque de relargage des fibres d’amiante que font courir les travaux de revégétalisation demeure à évaluer.

Pour plus d'information ou pour obtenir une copie complète du document, contactez-nous.

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute demande, contactez-nous.

Date de modification :