Faits sur les diamants

Le diamant est surtout connu en tant que pierre précieuse, même si seulement 20 % en poids de la production mondiale sont consacrés à la joaillerie. Les autres 80 %, connus sous le nom de bort, sont utilisés dans des applications industrielles et dans le domaine de la recherche, pour lesquelles les propriétés uniques du diamant sont recherchées.

Faits saillants

  • En 2016, le Canada était le troisième producteur en valeur (11,3 %) et le cinquième producteur en volume (9,7 %).
  • En 2016, les exportations totales de diamants du Canada se sont chiffrées à 2 milliards de dollars.

Apprenez-en plus sur les diamants

Utilisations

En raison de sa dureté inégalée, le diamant est utilisé comme abrasif depuis des siècles pour le découpage, le forage, le meulage et le polissage, qui sont les applications industrielles les plus répandues actuellement.

Les diamants constituent aussi la matière dont la conductivité thermique est la plus élevée à la température ambiante, et sont utilisés comme dissipateurs de chaleur dans les appareils électroniques, comme les ordinateurs et les lampes à diode.

Production

En 2016, les mines canadiennes ont produit 13 millions de carats de diamants évalués à 1,9 milliard de dollars, ce qui représente une augmentation de 11,6 % du volume et un recul de 13,9 % de la valeur comparativement à 2015.

Mines de diamants et projets avancés au Canada, en 2016

Version texte

Cette carte du Canada démontre l’emplacement de cinq mines de diamants et de trois projets rendus à une étape avancée, répartis selon la province ou le territoire. Les mines Ekati, Diavik et Gahcho Kué sont situées dans les Territoires du Nord-Ouest, à environ 300 kilomètres au nord-est de Yellowknife, alors que la mine Victor est située dans le nord de l’Ontario et la mine Renard, dans le nord du Québec. D’est en ouest, les projets rendus à une étape avancée sont situés de la manière suivante : on retrouve le projet Snap Lake près des mines de diamants dans les Territoires du Nord-Ouest, le projet Jericho au Nunavut, à environ 170 kilomètres au nord de la mine Diavik et le projet Star-Orion, au centre de la Saskatchewan.

Éléments importants ayant contribué à la hausse du volume :

  • une augmentation de la production à la mine Ekati, qui a extrait davantage de minerai provenant de la fosse Misery Main, où le minerai est à haute teneur en diamants
  • l’ouverture en 2016 de la mine Gahcho Kué, propriété de De Beers Canada
  • l’ouverture de la mine Renard, propriété de Stornoway Diamond Corporation, qui a permis de pallier la fermeture de la mine Snap Lake, qui appartient à De Beers Canada

Éléments importants ayant entraîné la baisse de la valeur :

  • la mise en mode de surveillance et d’entretien de la mine Snap Lake et la production inférieure de la mine Victor, toutes deux renfermant des diamants dont la valeur par carat est élevée
  • l’extraction de diamants de plus faible valeur à la mine Ekati
  • la baisse de 5 % du prix du marché de diamants bruts
  • la dépréciation de 3,6 % du dollar canadien par rapport au dollar américain

Production canadienne de diamants bruts, de 2007 à 2016 (dpr)

Version texte

Ce diagramme à barres illustre le volume annuel de la production canadienne de diamants de 2007 à 2016. La production a atteint un sommet de 17,1 millions de carats en 2007, elle s’est ensuite affaiblie de manière graduelle pour se chiffrer à 10,9 millions de carats en 2009, un niveau autour duquel elle s’est maintenue jusqu’en 2013. La production canadienne a ensuite connu une nouvelle hausse pour atteindre 12,0 millions de carats en 2014, avant de se contracter pour terminer l’année 2015 à 11,7 millions. En 2016, elle a augmenté à 13,0 millions de carats.

La ligne en superposition sur le diagramme à barres représente la valeur de la production canadienne de diamants au cours de la même période. En 2007, la valeur de la production canadienne de diamants s’est chiffrée à 1,8 milliard de dollars. La valeur a atteint un sommet de 2,37 milliards de dollars en 2008 avant de faiblir à 1,7 milliard de dollars en 2009. Elle a par la suite graduellement augmenté pour atteindre en 2011 sa valeur la plus élevée, soit 2,5 milliards de dollars. La valeur a par la suite graduellement diminué pour atteindre 2,0 milliards de dollars en 2013, après quoi elle a augmenté pour atteindre 2,2 milliards de dollars en 2014. En 2015, la production canadienne de diamants a totalisé 2,1 milliards de dollars. Elle a connu une nouvelle chute en 2016 et a atteint 1,9 milliard de dollars.

Contexte international

Apprenez-en plus sur la production de diamants à l’échelle internationale :

Production mondiale par pays — fondée sur les carats
Répartition de la production mondiale de diamants bruts, par pays, fondée sur les carats, en 2016 (dpr)
Classement Pays Pourcentage
1 Russie 30,1 %
2 Congo, République démocratique du 17,3 %
3 Botswana 15,3 %
4 Australie 10,4 %
5 Canada 9,7 %
6 Angola 6,7 %
7 Afrique du Sud 6,2 %
8 Zimbabwe 1,6 %
9 Namibie 1,3 %
10 Sierra Leone 0,4 %
- Autres pays 1,0 %
Production mondiale par pays — fondée sur la valeur

Dans le monde, six pays représentaient 90 % de la production mondiale en valeur.

Répartition de la production mondiale de diamants bruts, par pays, fondée sur la valeur, en 2016 (dpr)
Classement Pays Pourcentage
1 Russie 28,9 %
2 Botswana 23,0 %
3 Canada 11,3 %
4 Afrique du Sud 10,1 %
5 Angola 8,7 %
6 Namibie 7,4 %
7 Lesotho 2,9 %
8 Australie 1,7 %
9 Zimbabwe 0,8 %
- Autres pays 5,0 %

Production mondiale de diamants bruts, de 2007 à 2016 (dpr)

Version texte

Ce diagramme à barres illustre la production mondiale annuelle de diamants bruts en dollars américains de 2007 à 2016. La production se chiffrait à 11,9 milliards de dollars en 2007. Elle a ensuite augmenté à 12,6 milliards de dollars en 2008 avant de chuter à 8,3 milliards de dollars en 2009. La production a ensuite graduellement augmenté pour totaliser 14,1 milliards de dollars en 2011, a baissé à 12,6 milliards de dollars en 2012 pour ensuite progresser et atteindre graduellement un niveau record de 14,5 milliards de dollars en 2014. Elle a ensuite augmenté à 14,2 milliards de dollars en 2015 avant de connaître un recul en 2016, totalisant environ 12,4 milliards de dollars.

La ligne en superposition sur le diagramme à barres représente le volume de la production mondiale de diamants au cours de la même période. Le volume est passé d’un sommet de 167,9 millions de carats en 2007, à un creux de 120 millions de carats en 2009. Il s’est ensuite élevé à 128,3 millions de carats en 2010, a connu un recul en 2011, totalisant un peu moins de 123 millions de carats, et s’est amplifié en 2013 pour clôturer l’année à 129,8 millions de carats. La production a ensuite chuté à 124,8 millions de carats en 2014 avant de graduellement augmenter à 134,0 millions de carats en 2016.

Commerce

Exportations

  • En 2016, la valeur estimée des exportations totales de produits primaires de diamants par le Canada était de 2 milliards de dollars.
  • Les exportations canadiennes de diamants ont accusé un recul de 15,8 % en 2016 en raison de la baisse enregistrée au niveau du volume et de la valeur.
  • En ordre d’importance, sur la base de la valeur, les produits de diamants exportés par le Canada étaient les diamants bruts non triés, les diamants bruts triés de qualité gemme et les diamants taillés de qualité gemme.
  • Les exportations ont principalement été expédiées vers la Belgique, l’Inde, le Botswana, les États-Unis et Israël.

Importations

  • La valeur estimée des importations totales de produits primaires de diamants au Canada était de 525 millions de dollars en 2016.
  • La valeur des diamants importés a connu un repli de 3 % en raison d’une baisse (23 %) des importations de diamants non taillés de qualité gemme.
  • Les principales importations du Canada consistaient en diamants taillés, la plupart de plus de 0,5 carat, destinés à l’industrie de la joaillerie, suivis par les diamants non taillés de qualité gemme.

Prix

Le prix des diamants non taillés de qualité gemme n’est pas fixé à l’échelle internationale, contrairement à celui de nombreux métaux et d’autres marchandises. Les sociétés minières organisent des vues (ou foires aux diamants) à intervalles réguliers pour mettre en marché leurs produits. Les prix atteints lors de ces vues sont dictés par l’offre et la demande pour chacune des nombreuses catégories de diamants.

Diamants bruts, valeur moyenne par carat, de 2007 à 2016

Version texte

Ce graphique linéaire illustre la valeur moyenne par carat de la production mondiale de diamants de 2007 à 2016. La valeur de départ en 2007 était de 71,08 $ US par carat. Cette valeur moyenne a progressé à 83,34 $ US en 2008 avant de se contracter pour se chiffrer à 68,72 $ US en 2009. La valeur a connu une nouvelle hausse graduelle pour totaliser 114,51 $ US en 2011 avant de retomber à 98,82 $ US en 2012. À partir de ce moment, la valeur moyenne s’est amplifiée de manière progressive pour se chiffrer à 116,17 $ US en 2014, puis s’est affaiblie pour équivaloir à 110,99 $ US en 2015. En 2016, la valeur moyenne par carat de la production mondiale de diamants a atteint 92,31 $ US.

Notes et sources

(dpr) données provisoires.

Les totaux peuvent varier en raison de l’arrondissement des chiffres.

Production 

  • Mines de diamants et projets avancés au Canada, en 2016
    • Ressources naturelles Canada
  • Production canadienne de diamants bruts, de 2007 à 2016 (dpr)
    • Ressources naturelles Canada

Contexte international

  • Répartition de la production mondiale de diamants bruts, par pays, fondée sur les carats, en 2016 (dpr)
    • Régime de certification prévu par le Processus de Kimberley
  • Répartition de la production mondiale de diamants bruts, par pays, fondée sur la valeur, en 2016 (dpr)
    • Régime de certification prévu par le Processus de Kimberley
  • Production mondiale de diamants bruts, de 2007 à 2016 (dpr)
    • Régime de certification prévu par le Processus de Kimberley

 Prix

  • Diamants bruts, valeur moyenne par carat, de 2007 à 2016
    • Régime de certification prévu par le Processus de Kimberley