Language selection

Recherche

Cartographie des glissements de terrain ayant causé des décès au Canada

La première semaine de mai est la Semaine de la sécurité civile au Canada. Dirigée par Sécurité publique Canada, le thème de la semaine cette année est Sécurité civile : Soyez prêts à toute éventualité, en vue d’encourager les Canadiens à prendre des mesures pour mieux se préparer face aux urgences qui pourraient se produire.

Mai 2021

Si vous habitez dans une zone à risque élevé dans les Rocheuses canadiennes ou le long d’une voie navigable vulnérable, vous êtes peut-être déjà prêt à un éventuel glissement de terrain. Non seulement s’agit-il d’une bonne pratique, mais elle pourrait sauver des vies. Les glissements de terrain sont communs au Canada — il y en a des milliers à l’échelle du pays chaque année. La plupart d’entre eux ne sont pas mortels, mais au moins 786 Canadiens ont perdu la vie dans des glissements de terrain au Canada depuis 1771.

Le tout est documenté sur une carte récemment publiée qui s’intitule Glissements de terrain historiques ayant causé des décès au Canada.

Vue aérienne du mont Turtle montrant les conséquences d'un glissement de terrain dans la ville minière de Frank, en Alberta.

L’éboulement de Frank a enterré une partie de la ville minière de Frank, en Alberta, le 29 avril 1903. Plus de 82 millions de tonnes de roche calcaire sont tombées des collines Turtle. Il s’agit du glissement de terrain le plus meurtrier de l’histoire du Canada, coûtant la vie à 73 personnes. Source : R. Couture, Commission géologique du Canada.

Andrée Blais-Stevens, chercheuse à Ressources naturelles Canada, a passé au peigne fin de grandes quantités de données et de registres historiques dans le but d’identifier le type et l’emplacement des glissements de terrain mortels au Canada de 1771 à 2019.

Causes courantes

« Les glissements de terrain se produisent le plus souvent dans des zones rocheuses et montagneuses, mais des conditions géologiques sous-jacentes invisibles, telles qu’une argile sensible susceptible de s’effondrer, peuvent causer des glissements de terrain », explique Andrée. « Ce sol instable est la cause la plus courante des glissements de terrain dans la vallée du Saint-Laurent, d’Ottawa à la ville de Québec, jusqu’à la région du Saguenay. »

Les décès en raison de glissements de terrain en Colombie-Britannique s’élèvent à 356, suivis du Québec avec 239. Terre-Neuve est en troisième place avec 103 décès. Le 4 mai 2021 marque le 50e anniversaire du glissement de terrain mortel de Saint-Jean-Vianney, où 31 personnes ont péri.

Le défi

Les phénomènes climatiques, comme de fortes pluies, peuvent déclencher des glissements de terrain, devenant alors une menace pour la sécurité publique, lorsque des routes, des voies ferrées ou des pipelines y sont construits sur ou à proximité d’un sol meuble ou de pentes abruptes. Dans les milieux humides, les cycles de gel/dégel peuvent causer d’importants dommages structuraux aux pipelines avec le temps. Les débris qui s’écoulent — déplaçant rapidement des quantités massives de boue, de sable, de sol, de pierre, d’eau et d’air tirées avec force par la gravité le long de pentes — sont également dangereux. Le substrat rocheux fragile d’une montagne peut céder, entraînant des glissements rocheux ou des éboulements.

Version Texte

Andrée Blais-Stevens, chercheuse à Ressources naturelles Canada, a passé au peigne fin de grandes quantités de données et de registres historiques dans le but d’identifier le type et l’emplacement des glissements de terrain mortels au Canada de 1771 à 2019.

Version texte
Glissements de terrain historiques ayant causé des décès au Canada (1771 – 2019)
Glissements de terrain historiques ayant causé des
décès au Canada (1771 – 2019)
 
Alberta 73
C.-B. 356
Terre-Neuve-et-Labrador 103
Ontario 13
Québec 239
T.N.-O. 1
N.-B. 1
Total 786

Les ingénieurs peuvent se servir de la carte et de la base de données des glissements de terrain historiques pour réaliser une analyse des risques lors de la construction de maisons ou d’autres types d’infrastructure, tels que des routes ou des ponts, pour aider à s’assurer que ces infrastructures ne sont pas bâties sur des sites où des glissements de terrain sont survenus par le passé. D’une décennie à l’autre, il y a de moins en moins de décès. « En mettant en évidence les zones plus sujettes aux glissements de terrain, j’espère que nos recherches aideront les décideurs et les intervenants à trancher sur les moyens à prendre pour prévenir les risques lorsqu’ils choisissent des lieux pour construire des routes, des pipelines ou des voies ferrées », déclare madame Blais-Stevens.

Pour de plus amples renseignements :

À lire :

Pour en savoir plus au sujet du travail d’Andrée Blais-Stevens sur ResearchGate (en anglais seulement)

À découvrir :

Lien vers la carte « Glissements de terrain historiques ayant causé des décès au Canada » (Fichier de 48 Mo) :

Semaine de la sécurité civile

Report a problem on this page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute demande, contactez-nous.

Date de modification :