Les biomatériaux forestiers

Transcription

Narrateur : Le bois, une ressource abondante et renouvelable, est à la base de nombreux produits de consommation.

À son niveau cellulaire le plus fondamental, la fibre de bois est également à la base de deux nouveaux biomatériaux forestiers révolutionnaires.

Connus sous le nom de filaments de cellulose et de nanocristaux de cellulose, ces matériaux contribuent à rendre le secteur canadien des pâtes et papiers plus compétitif à l’échelle internationale.

Légers mais solides, les nanocristaux de cellulose et les filaments de cellulose possèdent des propriétés de liaison uniques. Ces caractéristiques particulières font que ces matériaux peuvent être ajoutés à différents produits d’usage courant, améliorant du coup les propriétés de ces produits.

La peinture, par exemple, résiste mieux à l’usure ou aux rayures lorsqu’on y ajoute des nanocristaux de cellulose. Elle est aussi plus facile à appliquer.

L’ajout de filaments de cellulose aux papiers-mouchoirs ou aux essuie-tout les rend plus résistants, renforçant leur capacité d’absorption, sans toutefois sacrifier leur douceur.

D’autres matériaux tels que le plastique ou les textiles peuvent également être renforcés tout en demeurant légers en y ajoutant l’un ou l’autre de ces biomatériaux révolutionnaires.

Par l’entremise de Ressources naturelles Canada, le gouvernement du Canada investit dans la recherche, l’essai, la production et la commercialisation de nanocristaux de cellulose et de filaments de cellulose. La recherche est menée par FPInnovations, l’institut national de recherche en foresterie du Canada, en partenariat avec les provinces, l’industrie forestière et le milieu universitaire.

Gilles Dorris : Nos biomatériaux ont des propriétés uniques. Ils peuvent être utilisés dans diverses industries tel l’industrie pétrolière, des cosmétiques, des pâtes et papiers, et de la construction.

Narrateur : Au Canada, deux usines de pâtes et papiers produisent actuellement ces biomatériaux en quantités suffisantes pour des essais supplémentaires. Ces derniers permettront à différentes industries de déterminer le meilleur usage possible de ces biomatériaux pour différents produits commerciaux.

Les nanocristaux de cellulose et les filaments de cellulose, deux produits innovateurs qui contribuent à placer le secteur canadien des forêts à l’avant-garde de la bio-économie mondiale.