Indicateur : Boisement et déboisement

Au Canada, le taux annuel de déboisement, déjà très bas, a encore diminué au cours des 25 dernières années, passant de 63 100 hectares (ha) en 1990 à environ
34 100 ha en 2015.

  • Entre 1990 et 2015, environ 0,3 % de la superficie forestière totale du Canada a été convertie à d’autres usages.
  • Certaines baisses dans le déboisement sont attribuables à la réduction de la conversion des forêts aux fins de l’agriculture, des routes et des aménagements hydroélectriques.
  • La déboisement a culminé en 1993 (35 000 ha) et en 2006 (28 000 ha), quand des forêts ont été noyées à des fins d’aménagement de réservoirs hydroélectriques – ces dates ne sont pas indiquées dans le tableau.
  • Bien que des plantations en milieux urbains et ruraux soient en cours dans de nombreuses régions du Canada, le boisement qui en résulte a été minime au cours des dernières années par rapport à la superficie totale des forêts du pays; le suivi de ces plantations a donc été abandonné.

Le Système national de surveillance du déboisement fournit des estimations relatives aux changements d’affectation des terres forestières au Canada. Les résultats sont fournis par moment, région et secteur d’activité, ce qui permet de mieux reconnaître et comprendre les tendances de la conversion des terres forestières.

Superficie estimée (ha) de déboisement annuel au Canada,
par secteur d’activité, de 1990 à 2015
Secteur Année
1990 1995 2000 2005 2010 2015
Agriculture 42 100 22 300 20 500 18 000 12 300 12 300
Foresterie* 3 700 3 300 3 600 3 400 1 400 1 400
Hydroélectricité 2 700 1 500 900 800 1 900 900
Extraction minière 2 800 2 700 2 900 3 000 3 600 3 200
Pétrole et gaz 4 400 5 400 7 900 11 100 9 900 9 800
Transports 2 000 1 700 3 000 2 800 2 600 1 900
Industrie 900 900 900 1,000 1 200 1 200
Secteur Municipal 3 900 3 700 4 300 4 600 3 200 3 200
Loisirs 600 700 700 600 300 300
Total 63 100 42 000 44 600 45 400 36 300 34 100
*Les chiffres concernant la foresterie sont le résultat de l’ouverture de Chemins forestiers permanents.
 

Pourquoi cet indicateur est-il important?

  • La réduction du couvert forestier peut diminuer la biodiversité, modifier la qualité des terres et de l’eau et avoir des effets sur les habitats fauniques.
  • Par ailleurs, les forêts sont un moyen important de stocker le carbone, ce qui a une incidence sur les changements climatiques.

Quelles sont les perspectives?

  • Le taux global de déboisement du Canada devrait encore diminuer au fil du temps.
  • Le déboisement résultant des activités du secteur pétrolier et gazier du Canada a augmenté depuis 1990, mais la conversion de terres forestières en terres agricoles demeurera probablement la principale cause de déboisement au pays. Ces conversions sont de faible étendue par rapport à la taille globale des forêts canadiennes.
Sources
  • Environnement et Changement climatique Canada. 2017. Rapport d’inventaire national 1990-2015 : sources et puits de gaz à effet de serre au Canada.
  • United Nations Framework Convention on Climate Change. 2002. Report on the conference of the parties on its seventh session, held at Marrakesh from October 29 to November 10, 2001, Addendum, Part Two: Action taken by the conference of the parties, FCCC/CP/2001/13/ Add.1 (January 21, 2002).
    • Les estimations nationales du déboisement sont établies périodiquement avec la méthode décrite dans le document intitulé Canada’s National Deforestation Monitoring System : System Description. Pour obtenir de plus amples renseignements, voir :
    • Le Système national de surveillance du déboisement (SNSD) du Canada et le Système national de surveillance, de comptabilisation et de production de rapports concernant le carbone des forêts (SNSCPRCF) de Ressources naturelles Canada définissent tous les deux une « forêt » comme une zone de 1 ha ou plus ayant un potentiel de développement d’une couverture forestière d’une fermeture d’un minimum de 25 % où la hauteur minimale des arbres à maturité est de de 5 m in situ. Cette définition est cohérente avec les définitions figurant dans les Accords de Marrakech de la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques, mais diffère de celle de la FAO utilisée ailleurs dans le présent rapport.
    • Le Rapport d’inventaire national 1990-2015 : Sources et puits de gaz à effet de serre au Canada d’Environnement et Changement climatique Canada présentent des données et des analyses provenant du Système national de surveillance, de comptabilisation et de production de rapports concernant le carbone des forêts du Service canadien des forêts de Ressources naturelles Canada.
    • Toutes les valeurs indiquées correspondent à l’année indiquée.
    • Ces valeurs ont été mises à jour avec une nouvelle cartographie, ce qui a influé sur les estimations à partir de 2004.
    • Le déboisement associé à la foresterie résulte surtout de l’ouverture de chemins forestiers permanents.
    • Les chiffres relatifs à l’hydroélectricité ne comprennent pas les réservoirs. Voir le texte relatif à l’indicateur de l’importance du déboisement attribuable à la mise en eau des réservoirs.
    • Les autres chiffres de l’industrie découlent des aménagements industriels, institutionnels ou commerciaux.
    • Les tourbières ont été exclues, car elles occupent moins de 100 ha.
    • Les chiffres municipaux comprennent les développements urbains.
    • Les chiffres sur les activités récréatives comprennent les pentes de ski et les terrains de golf.
    • Les chiffres totaux sont arrondis.