Indicateur : Régénération

En 2016, 586 millions de semis ont été plantés sur 380 000 hectares (ha) de terres forestières provinciales au Canada. L’ensemencement a servi à régénérer la forêt sur 15 000 ha de terres supplémentaires.

  • En 2016, un plus grand nombre de semis ont été plantés qu’au cours des sept années précédentes, soit 3 % de moins de la moyenne décennale d’avant la récession (1999–2008).
  • La superficie plantée a augmenté de 2 %, mais elle est inférieure de 10 % à la moyenne décennale d’avant la récession.
  • La plantation est préférée à l’ensemencement, ce dernier comptant pour moins de 5 % de la superficie totale régénérée.

Une bonne régénération est nécessaire à la suite de l’exploitation forestière sur les terres publiques. Le type de forêt, la méthode de récolte et la composition souhaitée de la nouvelle forêt déterminent la méthode de régénération.

La régénération peut être faite par des moyens naturels ou artificiels (plantation ou ensemencement). La régénération artificielle est utilisée sur environ 55 % de la superficie totale récoltée.

Superficie régénérée artificiellement et nombre de semis plantés sur les terres publiques provinciales au Canada, de 2006 à 2016

{Text}

 
Données du graphique
Superficie régénérée artificiellement et nombre de semis plantés sur le terres publiques provinciales au Canada par année entre 2006 et 2016
Année Superficie plantée
(en hectare)
Superficie ensemencée
(en hectare)
Nombre de semis plantés
2006 437 940 20 450 617 270 000
2007 449 635 34 546 625 234,000
2008 414 178 20 597 600 709 000
2009 365 847 15 937 518 602 000
2010 338 921 12 061 476 967 000
2011 347 654 11 202 495 099 000
2012 331 189 10 540 466 310 000
2013 405 285 11 197 535 730 000
2014 387 712 11 906 519 502 000
2015 370 318 7 881 542 963 000
2016 379 795 14 774 585 772 810

Pourquoi cet indicateur est-il important?

  • Les activités de régénération permettent d’assurer la croissance de la nouvelle forêt dans la superficie exploitée, de sorte qu’elle devienne de nouveau apte à produire du bois et à maintenir les services rendus par l’écosystème, comme le stockage du carbone, la régulation de la qualité de l’eau et les habitats fauniques.
  • La façon dont les forêts sont régénérées peut influencer leur composition au fil du temps.

Quelles sont les perspectives?

  • La régénération est obligatoire sur toutes les terres publiques au Canada; ainsi, il faudra continuer à régénérer la quasi-totalité des terres exploitées.
  • La superficie régénérée est principalement liée à la capacité de récolte récente, laquelle varie en fonction des conditions du marché des produits forestiers tout en demeurant dans les limites permises par les principes d’aménagement forestier durable.
  • Les proportions de la régénération naturelle et artificielle ne devraient pas s’écarter des tendances récentes.

À quels cadres de production de rapports cet indicateur contribue-t-il?

 
Sources et renseignements
  • Base de données nationale sur les forêts. Régénération, Tableau 6.2, Superficie ensemencée directement par juridiction, tenure et méthode d’application (document consulté le 3 juillet 2018)
  • Base de données nationale sur les forêts. Régénération, Tableau 6.2.1, Nombre de semis plantés par juridiction, tenure et groupe d’espèces (document consulté le 3 juillet 2018)
  • Base de données nationale sur les forêts. Régénération, Tableau 6.2.2, Superficie plantée par juridiction, tenure et groupe d’espèces (document consulté le 3 juillet 2018)
    • Les données représentent les forêts sur des terres provinciales d’un bout à l’autre du Canada.
    • Les terres fédérales et privées sont exclues.
    • La régénération naturelle se révèle souvent la méthode la plus efficace de régénération des zones exploitées lorsqu’il y en a déjà beaucoup sous couvert (p. ex., l’épinette noire de plaine) et qu’il y a beaucoup de semences (p. ex., les feuillus tolérants), ou lorsqu’il y a présence des espèces désirées qui peuvent repousser à partir des réseaux de racine établis (p. ex., le tremble). La superficie forestière qui se régénère naturellement n’est pas documentée par province; on l’estime donc en calculant la différence entre la superficie totale récoltée et la superficie régénérée artificiellement.
    • Sur un site donné, quand la régénération naturelle ne satisfait ni à la quantité ni à la composition en espèces souhaitée conformément aux objectifs de gestion durable des forêts, on recourt à la régénération artificielle.