Indicateur : Maladies des arbres forestiers

Les maladies des arbres peuvent affecter la croissance et la productivité des peuplements forestiers, la qualité du bois et tuer les arbres. Ceci est nuisible dans un contexte commercial. Cependant, dans un contexte non commercial, la maladie peut mener à l’augmentation de la biodiversité et du cycle des éléments nutritifs.

  • L’environnement joue un rôle important dans le processus des maladies, en régissant les interactions entre l’arbre hôte et les agents pathogènes.
  • Les pathogènes forestiers indigènes comme l’Armillaria ostoyae, agent responsable d’une maladie racinaire, peuvent se répandre et avoir de graves impacts, allant d’une baisse de volume des arbres jusqu’à leur mort.
  • Par le passé, certains pathogènes exotiques introduits ont aussi eu des effets importants sur les arbres indigènes. Par exemple :
    • La rouille vésiculeuse du pin blanc, causée par le pathogène Cronartium ribicola, a occasionné des pertes importantes dans les populations de pins à cinq aiguilles.
    • La maladie racinaire du rond, causée par le pathogène Heterobasidion irregulare, peut avoir de graves incidences sur les plantations de pin rouge.
    • La maladie hollandaise de l’orme, causée par le pathogène Ophiostoma novo-ulmi, a occasionné des pertes importantes aux populations d’ormes dans plusieurs villes.
Armillaria spp. au pied d’un bouleau infecté
Fructifications jaune doré d’Armillaria spp., champignon responsable du pourridié-agaric, au pied d’un bouleau infecté.

Les maladies des arbres résultent des interactions prolongées entre un arbre et un facteur de stress qui affecte son fonctionnement normal.

Les facteurs de stress sont souvent biologiques et incluent les agents pathogènes, principalement les champignons. Les agents pathogènes peuvent attaquer les racines, les tiges ou les feuilles des arbres.

Les arbres peuvent être blessés par des facteurs de stress environnementaux comme la sécheresse, qui affectent leur croissance et, lorsque cela se prolonge, ils en meurent.

Pourquoi cet indicateur est-il important?

  • Les maladies des arbres forestiers peuvent entraîner une perte importante de volume au cours d’une longue période, et cette perte n’est pas immédiatement visible quand les infections ne sont pas létales.
  • Si un arbre hôte souffre de stress lié à des changements dans les conditions ambiantes (p. ex., la sécheresse), l’influence des pathogènes peut augmenter, causant de plus grandes pertes.
  • L’aspect économique des maladies des arbres peut être difficile à gérer à l’échelle du paysage.

Quelles sont les perspectives?

  • Dans le passé récent, les sécheresses ont entravé la productivité des peuplements de trembles et d’épinettes dans les provinces des Prairies, et les changements climatiques pourraient mener à des effets encore plus dramatiques en réduisant la superficie occupée par ces espèces.
  • La flétrissure du chêne, Bretziella fagacearum (anciennement Ceratocystis fagacearum), n’a pas été détectée au Canada, mais est bien répandue aux États-Unis et a récemment été détectée dans la région de Detroit près de la frontière canadienne. L’agence canadienne d’inspection des aliments contrôle les importations de matériel à base de chêne.
  • La maladie racinaire du rond est en pleine croissance dans l’est du Canada, et si aucune mesure de contrôle n’est prise, elle pourrait bientôt attaquer toutes les plantations de pin rouge, entraînant ainsi la perte d’arbres à valeur élevée.
  • Les maladies des arbres forestiers font partie des processus écosystémiques normaux, et les effets des maladies continueront de se produire.
 

À quels cadres de production de rapports cet indicateur contribue-t-il?

Sources et renseignements
  • Bérubé, J.A., Dubé, J., et al. 2017. Incidence of Heterobasidion irregulare aerial basidiospores at different locations in southern Quebec. Canadian Journal of Plant Pathology 40, 34–38.
  • Agence canadienne d’inspection des aliments. Ceratocystis fagacearum (flétrissement du chêne) : Fiche de renseignements.
  • Cheng, L., Huang, J.G., et al. 2017. Drought causes reduced growth of trembling aspen in western Canada. Global Change Biology 23, 2887–2902.
  • Ennos, R.A. 2015. Resilience of forests to pathogens: An evolutionary ecology perspective. Forestry 88, 41–52.
  • Hogg, E.H., Michaelian, M., et al. 2017. Recent climatic drying leads to age-independent growth reductions of white spruce stands in western Canada. Global Change Biology 23, 5297–5308.
  • Price, D.T., Alfaro, R.I., et al. 2013. Anticipating the consequences of climate change for Canada’s boreal forest ecosystems. Environmental Reviews 21, 322–365.
  • Ramsfield, T.D., Bentz, B.J., et al. 2016. Forest health in a changing world: Effects of globalization and climate change on forest insect and pathogen impacts. Forestry 89, 245–252.
  • Worrall, J.J., Rehfeldt, G.E., et al. 2013. Recent declines of Populus tremuloides in North America linked to climate. Forest Ecology and Management 299, 35–51.
Référence photographique