Techniques d'inventaire forestier améliorées

Pour qu’une entreprise soit prospère, elle doit gérer sainement son inventaire, et le secteur forestier ne fait pas exception à cette règle. Pour réussir sur le marché mondial, les producteurs canadiens doivent contrôler leur inventaire directement à partir de la forêt.

Pour tirer le maximum de valeur de chacun des arbres récoltés, il faut non seulement connaître les précieux attributs de la fibre, mais aussi être capable de repérer ces attributs dans la forêt et de séparer les arbres en fonction des utilisations finales précises qu’on veut en faire. Les inventaires forestiers permettent aux entreprises de planifier leurs opérations et de déployer du personnel et de l’équipement dans le but d’accéder à la bonne matière brute, à la récolter et à la livrer à l’usine et aux marchés appropriés au moment voulu.

Lien à la vidéo

FPInnovations - Inventaire forestier

Inventaire forestier : Une vidéo exclusive de FPInnovations à propos de l'avènement de technologies permettant de recueillir des données d'une manière totalement différente et beaucoup plus précise qu'auparavant. Durée : 2:56

Au pays, bon nombre d’inventaires forestiers ont été faits il y a plus de 20 ans et n’ont pas été conçus pour qu’on tire le maximum de profit de chacun des maillons de la chaîne de valeur forestière. Les méthodes et les outils existants ne permettent tout simplement pas d’appuyer les exigences actuelles en matière d’exactitude, de précision spatiale et de mise à jour.

Le Centre canadien sur la fibre de bois (CCFB) collabore avec d’autres organisations fédérales, FPInnovations, ainsi que des partenaires provinciaux, de l’industrie et universitaires pour élaborer des systèmes améliorés d’inventaire forestier capable de produire de l’information de degré de précision requis pour optimiser la chaîne de valeur. Ces systèmes permettront de réduire les coûts, d’accroître la rentabilité et de positionner le secteur forestier de manière à assurer sa viabilité économique à long terme — au profit des collectivités tributaires de la forêt et, par conséquent, de l’ensemble du Canada.

On se sert de technologies de télédétection terrestres, aériennes et par satellite pour mesurer les caractéristiques des arbres, des peuplements forestiers, des forêts et des paysages. À l’aide de données spatiales précises, il est possible de repérer des matières brutes dotés de caractéristiques particulières qui permettront de satisfaire des marchés existants ou émergents, ainsi que de déceler des composantes clés en matière de durabilité, comme des zones fragiles, des habitats fauniques et des zones humides.

En outre, on est en train de mettre au point des logiciels qui permettront aux aménagistes forestiers d’avoir accès facilement et rapidement à des données d’inventaire améliorées, ce qui leur permettra de prendre des décisions mieux éclairées sur les opérations forestières, l’acheminement des produits, la mise en marché et la durabilité.

LiDAR

Une des technologies prometteuses utilisées pour améliorer la qualité, l’exactitude et la précision des données d’inventaire forestier est la technologie LiDAR (détection et télémétrie par ondes lumineuses). Les systèmes LiDAR mesurent le temps qui s’écoule entre l’émission d’impulsions laser par l’instrument et le renvoi de celles-ci vers le capteur. Les données de temps servent ensuite à calculer l’emplacement de chacun des points de réflexion dans la zone d’intérêt et la distance qui les sépare. Ainsi, on peut utiliser les systèmes LiDAR pour produire des modèles très précis de la couverture forestière, de la végétation de sous-étage et de la surface du sol.

Une comparaison d'un modèle numérique dérivé de LiDAR et détaillé à 2 m (en-dessous) avec un modèle numérique d'une carte de terrain de base de l'Ontario détaillé à 10 m (au-dessus).

Une comparaison d'un modèle numérique dérivé de LiDAR et détaillé à 2 m (en-dessous) avec un modèle numérique d'une carte de terrain de base de l'Ontario détaillé à 10 m (au-dessus).

Un des principaux objectifs du CCFB est d’élaborer des méthodes LiDAR rentables permettant d’analyser des zones étendues. Pour ce faire, il faut notamment modéliser la relation entre les données recueillies par les systèmes LiDAR et une série d’attributs d’inventaire forestier qui permettent de déterminer la quantité et la qualité des ressources en fibres.

Les systèmes LiDAR aériens ou aéroportés peuvent couvrir de vastes étendues de terres boisées et permettre la caractérisation partielle des structures verticales et horizontales.

Les systèmes LiDAR terrestres ou au sol servent de compléments aux systèmes aériens; ils permettent de saisir la géométrie fine de la ramification et les attributs biophysiques de divers éléments d’une forêt. Il est possible d’utiliser les données recueillies par ces deux types de système pour produire des estimations statistiques de variables d’inventaire clés, comme la hauteur, le volume et la surface terrière des arbres, et même des attributs des fibres en fonction de la qualité du bois.