Tordeuse des bourgeons de l’épinette (fiche d'information)

Chenille de tordeuse des bourgeons<br>
de l’épinette

Chenille de tordeuse des bourgeons de l’épinette

Nom commun anglais : Spruce budworm
Nom scientifique : Choristoneura fumiferana Clemens
Ordre : Lépidoptères
Famille :Tortricidés

Répartition

La tordeuse des bourgeons de l’épinette, une espèce indigène, est considérée comme le plus important ravageur des sapinières et des pessières dans l’est de l’Amérique du Nord. Son aire de répartition coïncide avec celles du sapin et de l’épinette blanche, et de plus en plus avec celle de l’épinette noire.

La tordeuse des bourgeons de l’épinette cause ses dommages les plus importants dans les sapinières surannées. L’épinette blanche, l’épinette noire et l’épinette rouge sont également défoliées. D’autres essences comme le mélèze laricin peuvent également être attaquées durant les infestations.

 
Hôtes au Canada

Hôtes au Canada

Principaux hôtes au Canada
Sapin baumier, épinette blanche, épinette rouge, épinette noire

Autres hôtes
Pruche du Canada, pin gris, épinette de Norvège, mélèze laricin

Cycle vital

Masse d’œufs de tordeuse des<br>
bourgeons de l’épinette

Masse d’œufs de tordeuse des bourgeons de l’épinette

En juillet et en août, les adultes s’accouplent et les femelles déposent leurs œufs en masses de 10 à 150 œufs sur les aiguilles des arbres hôtes, de préférence sur celles qui sont exposées au soleil. Dès leur éclosion, les chenilles se dirigent vers l’intérieur de la cime à la recherche d’un site propice pour hiberner. Une fois installées parmi les anfractuosités de l’écorce, elles se construisent un abri fait de fils de soie appelé hibernacle, subissent une première mue et entrent en hibernation. Au printemps suivant, les chenilles du deuxième stade émergent de leur cachette hivernale et se dispersent à la recherche du nouveau feuillage pour se nourrir. Elles subissent une deuxième mue puis, une fois établies sur le feuillage de l’année, se construisent un nid et entreprennent de se nourrir. Les chenilles des quatrième, cinquième et sixième stades se nourrissent activement sur le nouveau feuillage et peuvent défolier complètement leur hôte lorsque les densités sont élevées. La nymphose survient à la fin de juin et en juillet. Les adultes émergent pour répéter le cycle.

 

Écologie

Les cycles des populations de la tordeuse des bourgeons de l’épinette sont caractérisés par une phase épidémique et une phase endémique, et des infestations se déclarent tous les 30 à 40 ans. Les causes des infestations ne sont pas totalement élucidées et ne font pas l’unanimité. Des facteurs climatiques favorables, tels des printemps consécutifs chauds et secs, ainsi que des facteurs biotiques comme des peuplements homogènes d’arbres hôtes et des fluctuations de l’abondance des ennemis naturels pourraient contribuer au déclenchement des infestations. L’effondrement des populations est provoqué par l’épuisement des sources de nourriture, les maladies et l’augmentation de l’impact des ennemis naturels.

Attaques et dommages

Chrysalide de tordeuse des bourgeons de l’épinette

Chrysalide de tordeuse des bourgeons de l’épinette

Les dommages causés par la tordeuse des bourgeons de l’épinette deviennent apparents en mai, lorsque les chenilles du troisième stade commencent à se nourrir. Les signes et symptômes d’infestation incluent la défoliation des pousses de l’année et la présence de nids larvaires et de déjections. Lorsqu’une branche infestée est secouée, de nombreuses chenilles se laissent pendre au bout d’un fil de soie.

La défoliation débute au sommet des arbres et progresse rapidement vers le bas. Les aiguilles sont partiellement ou entièrement dévorées. Les chenilles attaquent également les fleurs et cônes mâles (staminés). En périodes d’infestation, elles peuvent détruire tous les cônes.

Tordeuse des bourgeons de l’épinette adulte

Tordeuse des bourgeons de l’épinette adulte

La présence d’aiguilles séchées réunies par des fils de soie tissés par les chenilles confère aux peuplements gravement défoliés une teinte rougeâtre caractéristique. En automne, la plupart des aiguilles mortes tombent, et les peuplements défoliés prennent une teinte grisâtre.

Une année de défoliation affaiblit les arbres et accroît leur vulnérabilité aux autres insectes. Des défoliations répétées sur quelques années consécutives entraînent des pertes de croissance. En cas de défoliation grave répétée sur plusieurs années consécutives, de nombreux arbres meurent, et ceux qui survivent continuent de dépérir durant plusieurs années, même après la fin de l’infestation. Les sapins ne résistent pas à une défoliation grave répétée sur quatre à cinq années consécutives.

Situation au Canada

Trois infestations se sont produites dans l’est de l’Amérique du Nord depuis le début du 20e siècle. La dernière infestation a sévi dans l’est du Canada entre 1966 et 1992 et a touché 50 millions d’hectares. Une nouvelle infestation couvrant une superficie d’environ 3 000 hectares a été détectée en 2006 au Québec, sur la rive nord du fleuve Saint-Laurent. Depuis, la superficie du territoire défolié a doublé chaque année. En 2013, quelque 3,2 millions d’hectares de forêt au Québec ont été modérément à gravement défoliés par le ravageur.

Liens

 
Références

Références

Nealis, V.G., et J. Régnière. 2004. Insect-host relationships influencing disturbance by the spruce budworm in a boreal mixedwood forest. Canadian Journal of Forest Research 34: 1870–1882.

Régnière, J., et V.G. Nealis. 2007. Ecological mechanisms of population change during outbreaks of the spruce budworm. Ecological Entomology 32: 461–477.

Royama, T. 1984. Population dynamics of the spruce budworm Choristoneura fumiferana. Ecological Monographs 54: 429–462.