Caribou des bois

Le caribou des bois (Rangifer tarandus caribou) vit dans les forêts boréales du Canada et la taïga autour de la baie d’Hudson.

Caribou avec collier émetteur. Photo : Mickey Gauthier

Caribou avec collier émetteur. Photo : Mickey Gauthier

Contrairement à ceux qui habitent la toundra, les caribous des bois ne font pas de grandes migrations saisonnières et restent tout le temps dans la forêt, vivant seuls ou en petits groupes. Ils ont besoin de vastes superficies d’habitat ayant peu subi de perturbations.

À l’hiver, les caribous des bois se nourrissent de lichens qui poussent sur les arbres et au sol, mais l’été ils se nourrissent aussi de lichens, de carex, de graminées, de prêles, de plantes herbacées non graminoïdes et de feuilles d’arbustes. Ils ont tendance à éviter les zones dégagées où les arbustes, que préfèrent l’orignal et le cerf, sont abondants.

Menaces pesant sur le caribou des bois

La perte, la dégradation et la fragmentation de l’habitat sont les principales menaces qui pèsent sur le caribou des bois. La fragmentation de l'habitat peut également contribuer à la hausse des taux de prédation.

Le caribou des bois est adapté à un écosystème où les feux de forêt constituent le type principal de perturbations. Cependant, les perturbations anthropiques comme l’exploitation forestière et les réseaux de chemins forestiers fragmentent l’habitat du caribou des bois et créent des zones dégagées et de grandes étendues de jeunes forêts qui attirent des espèces comme l’orignal et le cerf, qui à leur tour attirent davantage de prédateurs.

D’autres facteurs comme la chasse, le braconnage, les perturbations sonores et lumineuses causées par l’exploitation industrielle des ressources naturelles, ainsi que les parasites, les maladies et les conditions météorologiques et climatiques, peuvent également avoir des répercussions sur les populations de caribous des bois.

Compte tenu de l’ensemble de ces facteurs, le caribou des bois est désigné comme une espèce menacée en vertu de la Loi sur les espèces en péril du gouvernement fédéral de même qu’en vertu des lois provinciales de l’Ontario, de la Colombie-Britannique (en anglais seulement), de l’Alberta, du Manitoba (en anglais seulement), du Labrador (en anglais seulement), des Territoires du Nord-Ouest (en anglais seulement) et du Québec.

Étude de terrain dans le nord de l’Ontario

Des chercheurs du Service canadien des forêts situés au Centre de foresterie des Grands Lacs collaborent avec une équipe de chercheurs du ministère des Richesses naturelles de l’Ontario et de l’université de Guelph en unissant leurs efforts dans le cadre d’une vaste étude de terrain du caribou des bois dans le nord de l’Ontario. Lancée en 2009, l’étude consiste à analyser les effets de diverses perturbations de l’habitat sur les populations de caribous des bois.

Plus de 150 caribous des bois et environ 40 loups sont suivis sur une période de trois ans dans trois territoires de 10 000 km2 à la limite nordique actuelle des activités forestières commerciales en Ontario. Les chercheurs se servent de la radiotélémétrie pour suivre les animaux en vue de recueillir des données afin de déterminer leurs déplacements, leur utilisation du domaine vital, le risque de prédation, leur survie et le nombre de petits. Certains colliers émetteurs munis de caméras vidéos fournissent de l’information sans précédent sur les comportements du caribou, ses mouvements et la sélection de sa nourriture.

Les données recueillies serviront à déterminer les effets qu’ont sur les populations de caribous des bois la composition, l’âge et l’origine des forêts, ainsi que la densité des chemins forestiers, la disponibilité de nourriture et les densités des prédateurs et des proies. Les chercheurs travailleront à mettre au point et à l’essai un modèle informatique pour déterminer la capacité du modèle à estimer la réponse du caribou dans le temps à divers types de perturbations forestières, notamment différentes pratiques d’aménagement forestier. Le modèle servira aussi à évaluer les effets cumulatifs de diverses perturbations anthropiques et naturelles.

Les données et modèles de cette étude contribueront aux décisions de gestion visant la protection du caribou des bois en Ontario et partout au Canada.

Pour en savoir davantage
Recherches connexes au Service canadien des forêts