Glossaire - Vivre avec les changements climatiques au Canada



[ A ]

Adaptation
Accommodation des systèmes naturels ou des systèmes humains aux stimuli climatiques réels ou prévus ou à leurs effets, afin d'en atténuer les inconvénients ou d'en exploiter les avantages. On distingue plusieurs sortes d'adaptation, notamment l'adaptation anticipatoire, autonome et planifiée.Note de bas de page 1Note de bas de page *

Albédo
Fraction du rayonnement solaire réfléchie par une surface ou par un objet, souvent exprimée en pourcentage. Les surfaces enneigées ont un albédo élevé, et les surface couvertes de végétation et les océans un albédo faible.Note de bas de page 2Note de bas de page *

Anthropique
Résultant des activités humaines ou produit par les êtres humains.Note de bas de page 1Note de bas de page *

Approche écosystémique (gestion axée sur les écosystèmes)
Stratégie de gestion intégrée des ressources pédologiques, hydriques et biologiques visant à favoriser leur conservation et leur utilisation durable de façon équitable. L'approche systémique est basée sur l'application de méthodes scientifiques appropriées, axées sur la structure, les processus, les fonctions et les interactions essentiels propres aux organismes et à leur environnement. Elle considère que les êtres humains, dotés de leur diversité culturelle, font partie intégrante de nombreux écosystèmes.Note de bas de page 1

Atténuation
Dans le contexte du changement climatique, l'atténuation désigne une intervention humaine visant à réduire le forçage anthropique du système climatique; elle comprend des stratégies visant à réduire les sources et les émissions de gaz à effet de serre et à renforcer l'efficacité des puits de gaz à effet de serre.Note de bas de page 1

Avantages des mesures d'adaptation
Dépenses d'indemnisation évitées ou avantages résultant de l'adoption et de la mise en œuvre de mesures d'adaptation.Note de bas de page 1

Haut de la page

[ C ]

Capacité d'adaptation
La totalité des possibilités, des ressources et des institutions propres à un pays, une région, une collectivité ou un groupe, servant à mettre en œuvre des mesures efficaces d'adaptation.Note de bas de page 3Note de bas de page *

Capital social
L'ensemble des ressources réelles ou potentielles qui peuvent être mobilisées par des rapports sociaux et par l'adhésion à des réseaux sociaux.Note de bas de page 4

Changement climatique
Le changement climatique désigne un changement de l'état du climat qui peut être identifié (p. ex., à l'aide d'essais statistiques) par des changements de la moyenne ou de la variabilité de ses propriétés, et qui persiste pendant une période prolongée, typiquement des décennies, voire plus longtemps. Le changement climatique peut être dû à des processus internes normaux ou à des forces externes, ou à des changements anthropiques persistants dans la composition de l'atmosphère ou de l'utilisation des terres. Il est à noter que la Convention-cadre des Nation Unies sur les changements climatiques (CCNUCC) définit le changement climatique comme étant un « changement attribué directement ou indirectement à une activité humaine susceptible d'altérer la composition de l'atmosphère mondiale et qui vient s'ajouter à la variabilité naturelle du climat constatée au cours de périodes comparables». La CCNUCC établit ainsi une distinction entre le changement climatique attribuable aux activités humaines susceptibles d'altérer la composition de l'atmosphère et la variabilité du climat attribuable à des causes naturelles.Note de bas de page 1

Climat
Au sens étroit du terme, le climat désigne de façon générale le «temps moyen» ou, plus précisément, se réfère à une description statistique fondée sur la moyenne et la variabilité de données pertinentes sur des périodes allant de quelques mois à des milliers, voire des millions, d'années. Ces données sont le plus souvent des variables de surface telles que la température, les précipitations et le vent. Au sens élargi du terme, le climat désigne l'état du système climatique, et peut même en être une description statistique.Note de bas de page 1Note de bas de page *

Collectivités dépendantes des ressources
La dépendance aux ressources est une mesure de l'importance relative pour une collectivité donnée d'un secteur (ou des secteurs) des ressources, plus spécifiquement par rapport aux revenus d'emploi que procure directement la mise en valeur, le traitement et (dans certains cas) la répartition de ces ressources. Les catégories de collectivités tributaires des ressources s'échelonnent des collectivités « modérément dépendantes » (30 à 49,9 p. 100 des revenus d'emploi proviennent d'activités liées aux ressources) aux collectivités « entièrement dépendantes » (80 p. 100 et plus).Note de bas de page 5Note de bas de page *

Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC)
Convention adoptée le 9 mai 1992 à New York et signée en 1992 lors d'un sommet à Rio de Janeiro par plus de 150 pays et par la Communauté européenne. Son objectif ultime est de stabiliser les concentrations de gaz à effet de serre dans l'atmosphère à un niveau susceptible d'empêcher les perturbations de nature anthropique du système climatique de devenir dangereuses. Elle contient des engagements pour toutes les Parties. La Convention est entrée en vigueur en mars 1994. Voir également Protocole de Kyoto.Note de bas de page 1Note de bas de page *

Coûts des mesures d'adaptation
Coûts de la planification, de l'élaboration, de la préconisation et de l'application des mesures d'adaptation, y compris les coûts de transitions.Note de bas de page 1

Cryosphère
Composante du système climatique constituée de la totalité de la neige, de la glace et du sol gelé (y compris le pergélisol) à la surface et sous la surface des terres émergées et des océans.Note de bas de page 1

Haut de la page

[ D ]

Documentation dite « grise »
Dans le contexte de l'information scientifique et technique, la documentation dite « grise » désigne des publications électroniques et d'impression non éditées commercialement ou non cataloguées par les fournisseurs principaux de base de données. Ce type de documentation peut être de nature éphémère et d'importance ou de qualité incertaine mais, de temps en temps, s'avère l'unique source d'information portant sur des questions spécifiques. Elle n'est habituellement pas sujette à l'examen par les pairs et doit, en conséquence, être contrôlée.Note de bas de page 6Note de bas de page *

Données indirectes du climat
Relevé établi à un endroit donné qui est interprété selon des principes physiques et biophysiques afin de révéler les combinaisons de variations d'ordre climatique survenues dans le passé qu'il représente. Les données relatives au climat obtenues de cette manière sont appelées données indirectes. Les relevés dendrochronologiques (relatifs aux anneaux de croissances des arbres), les caract éristiques des coraux et diverses données obtenues à partir des carottes de glace sont des exemples de données indirectes.Note de bas de page 2

Haut de la page

[ E ]

Écoservices
Processus ou fonctions écologiques qui représentent un intérêt, pécuniaire ou non, pour des individus ou pour une société dans son ensemble. On distingue: 1) les services de soutien tels que le maintien de la productivité ou de la biodiversité; 2) les services d'approvisionnement, par exemple en aliments, en fibres ou en poisson; 3) les services de régulation tels que la régulation climatique ou le piégeage du carbone, et 4) les services culturels tels que le tourisme ou les activités de caractère spirituel et esthétique.Note de bas de page 1

Ecosystème
Système interactif composé de tous les organismes vivants et de leur milieu abiotique (physique et chimique) dans une zone donnée. Les écosystèmes correspondent à des échelles spatiales très variables.Note de bas de page 1Note de bas de page *

Écotone
Zone de transition entre des communautés écologiques adjacentes (p. ex., entre une forêt et une prairie).Note de bas de page 1

Effet de serre
Processus par lequel l'absorption du rayonnement infrarouge par l'atmosphère réchauffe la Terre. En langage ordinaire, le terme « effet de serre » peut s'appliquer soit à l'effet de serre naturellement produit par les gaz a effet de serre, soit à l'effet de serre accru (anthropique) dû aux gaz résultant des activités humaines.Note de bas de page 1

Élévation du niveau de la mer
Augmentation du niveau moyen de l'océan. L'élévation eustatique du niveau de la mer est l'élévation du niveau moyen de la mer à l'échelle mondiale dû à une augmentation du volume des océans. L'élévation relative du niveau de la mer correspond à une augmentation locale du niveau de l'océan par rapport à la terre, qui peut être provoquée par la montée des eaux océaniques ou par une subsidence des terres émergées. Dans les zones sujettes à de rapides soulèvements des terres, le niveau relatif de la mer peut s'abaisser.Note de bas de page 1

El Niño-oscillation australe (El Niño-Southern Oscillation ou ENSO)
El Niño, au sens original du terme, est le nom donné à un courant marin chaud qui se manifeste périodiquement le long de la côte de l'Équateur et du Pérou. Ce phénomène océanique a depuis été lié à un réchauffement général de la partie tropicale du bassin Pacifique située à l'est de la ligne de changement de date; il est en outre associé à la fluctuation d'un régime de pression en surface de nature tropicale et subtropicale à l'échelle planétaire connu sous le nom d'« oscillation australe ». Le couplage de ces phénomènes atmosphérique et océanique, dont la plage temporelle s'étend de deux à environ sept ans, porte le nom d'El Niño-oscillation australe (El Niño-Southern Oscillation ou ENSO). Lors d'un épisode ENSO, les alizés dominants faiblissent et causent une modification des courants océaniques entraînant un réchauffement des températures de la mer en surface, ce qui a pour effet d'affaiblir davantage les alizés. Ce phénomène a des incidences importantes sur le vent, la température de la mer en surface et les régimes de précipitation dans la région tropicale du Pacifique. Les effets climatiques se répercutent dans toute la région du Pacifique et dans nombre de régions du monde grâce aux téléconnections planétaires. On appelle La Niña la phase froide inverse de l'ENSO.Note de bas de page 3Note de bas de page *

Éradication
La disparition d'une espèce d'une partie de son aire de répartition; extinction locale.Note de bas de page 1Note de bas de page *

Étude pan-canadienne
Publié en 1998, l'Étude pan-canadienne sur les impacts et l'adaptation à la variabilité et au changement climatique était la première évaluation canadienne des impacts possibles du changement et de la variabilité du climat, et tenait aussi compte des réponses adaptatives en place et potentielles. Cette évaluation était axée sur l'examen de la documentation scientifique et technique disponible réalisé par le biais d'une série d'études commissionnées et d'ateliers régionaux.Note de bas de page 7

Évapotranspiration
Processus combiné d'évaporation à la surface de la terre et de transpiration de la végétation.Note de bas de page 1

Exposition
La nature et le degré auxquels un système est exposé à des variations climatiques significatives.Note de bas de page 8

Haut de la page

[ G ]

Gaz à effet de serre (GES)
Constituants gazeux de l'atmosphère, tant naturels qu'anthropiques, qui absorbent et émettent un rayonnement à des longueurs d'onde données du spectre du rayonnement infrarouge émis par la surface de la Terre, l'atmosphère et les nuages. La vapeur d'eau (H2O), le dioxyde de carbone (CO2), l'oxyde nitreux (N2O), le méthane (CH4) et l'ozone (O3) sont les principaux gaz à effet de serre présents dans l'atmosphère terrestre. L'atmosphère contient, en outre, nombre de gaz de serre produits entièrement par l'activité humaine, tels que les halocarbones et toute autre substance contenant du chlore et du brome.Note de bas de page 3Note de bas de page *

Gestion des urgences
Ensemble des activités et des mesures visant la gestion des risques de catastrophes de toute nature (naturelle ou dues à l'activité humaine) et couvrant tous les aspects de la prévention et de l'atténuation, de la préparation, de l'intervention et du rétablissement. Le terme « atténuation » dans ce contexte désigne les mesures à caractère permanent adoptées en vue d'éliminer ou de réduire les risques et les effets potentiels des aléas bien avant que le désastre ou l'urgence comme tel n'ait lieu. Les mesures d'atténuation peuvent être considérées comme étant généralement synonyme d'« adaptation » dans un contexte de changement climatique.Note de bas de page 9Note de bas de page *

Gestion du risque
Une approche systématique visant à identifier la meilleure ligne de conduite à adopter en régime d'incertitude, déterminée par l'application de politiques, de procédures et de pratiques de gestion à l'analyse, l'évaluation, le contrôle, et la communication des questions relatives au risque.Note de bas de page 10

Glace de mer
Toute forme de glace présente en mer et provenant de la congélation de l'eau de mer. Il peut s'agir de morceaux distincts (floes) qui se déplacent à la surface de l'océan sous l'effet du vent et des courants (banquise dérivante) ou d'une plateforme immobile rattachée à la côte (banquise côtière). La glace de mer de moins d'un an est appelée glace de l'année. On appelle glace pluriannuelle la glace ayant survécu à au moins une période de fonte estivale.Note de bas de page 2

Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC)
Commission établie en 1988 par l'Organisation météorologique mondiale (OMM) et le Programme des Nations Unies pour l'environnement (PNUE) avec fonction d'évaluer les informations d'ordre scientifique, technique et socio-économique nécessaires à la meilleure compréhension du changement climatique, des conséquences possibles de ce changement et des stratégies éventuelles d'adaptation et d'atténuation.Note de bas de page 11

Haut de la page

[ I ]

Impacts (du changement climatique)
Effets défavorables et bénéfiques du changement climatique sur les systèmes naturels et les systèmes humains. Selon que l'on tient compte ou non de l'adaptation, on peut établir une distinction entre impacts potentiels et impacts résiduels.Note de bas de page 1Note de bas de page *

Incertitude
Expression du degré auquel une valeur demeure inconnue. L'incertitude peut provenir d'un manque d'information ou d'un désaccord sur ce qui est connu, voire connaissable. Elle peut avoir des origines diverses et résulter ainsi d'erreurs chiffrables dans les données, d'une définition trop imprécise des concepts ou de la terminologie employés ou encore de projections incertaines du comportement humain. L'incertitude peut donc être représentée par des mesures quantitatives (p. ex., un ensemble de valeurs calculées à l'aide de divers modèles) ou par des énoncés qualitatifs (p. ex., expression de l'opinion d'une équipe d'experts).Note de bas de page 1Note de bas de page *

Infiltration d'eau salée
Phénomène par lequel de l'eau salée, plus dense, repousse des eaux douces de surface ou souterraines, généralement dans des zones côtières ou estuariennes, soit en raison d'une diminution de l'influence continentale (p. ex., du fait d'une réduction du ruissellement et de l'alimentation connexe de la nappe phréatique ou encore d'un prélèvement excessif d'eau dans les aquifères), soit en raison d'une influence maritime croissante (p. ex., du fait de l'élévation relative du niveau de la mer).Note de bas de page 1

Infrastructure essentielle
Les installations, réseaux, moyens et biens physiques, et ceux liés au domaine de la technologie de l'information, dont la défaillance ou la destruction entraînerait de graves répercussions sur la santé, la sécurité ou le bien-être économique de la population, ou encore sur le bon fonctionnement des gouvernements du pays.Note de bas de page 12Note de bas de page *

Institutions
Les règles et les normes qui régissent comment les gens au sein de sociétés vivent, fonctionnent, et agissent les uns par rapport aux autres. Les institutions formelles sont des r ègles codifiées telles que la constitution, les marchés organisés, ou les droits de propriété. Les institutions informelles sont des règles régies par les normes sociales ou comportementales respectées au sein d'une famille, d'une collectivité ou d'une société.Note de bas de page 13

Intégration
Dans le contexte de l'adaptation, l'intégration (« mainstreaming ») se rapporte à la prise en considération de l'adaptation (ou des risques d'ordre climatique) de façon à ce que ce concept fasse partie des politiques, des programmes, et des opérations élaborés à tous les niveaux du processus de prise de décisions. Le but est de faire du processus d'adaptation une composante des cadres de prise de décisions et de planification en place.Note de bas de page 14

Intervenant
Personne ou organisation ayant un intérêt légitime dans un projet ou une entité ou qui pourrait subir les effets de certaines mesures ou politiques.Note de bas de page 1

Haut de la page

[ M ]

Maladie à transmission vectorielle
Maladie, notamment le paludisme, la dengue et la maladie de Lyme, transmise entre hôtes par un vecteur (p. ex., moustique ou tique).Note de bas de page 1Note de bas de page *

Mauvaise adaptation
Tout ajustement délibéré survenant dans les systèmes naturels ou humains qui augmente par inadvertance la vulnérabilité au stimulus climatiques; une adaptation qui ne réussit pas à réduire la vulnérabilité mais, au contraire, l'augmente.Note de bas de page 8Note de bas de page *

Mesures politiques
Les moyens de traiter d'un problème et d'atteindre les buts stratégiques voulus auxquels les gouvernements peuvent avoir recours pour changer des structures socio- économiques et des comportements aussi bien individuels que collectifs. De telles mesures comprennent la fourniture de l'information, des directives volontaires ainsi que des codes et normes, des r èglements et des mécanismes de marché (p. ex., dispositions visant les échanges d'émissions et celles prises en vue de fixer le prix et attribuer les ressources hydriques).Note de bas de page 14

Modèle climatique
Représentation numérique du système climatique basée sur les propriétés physiques, chimiques et biologiques de ses composantes et leurs processus, aussi bien d 'interaction que de rétroaction, et qui tient compte de la totalité ou d'une partie de ses propriétés connues. Le système climatique peut être représenté par des modèles de complexité variable. Les modèles de circulation générale à couplage atmosphère-océan (MCGAO) fournissent une représentation d'ensemble du système climatique. Les modèles plus complexes incorporent des éléments chimiques et biologiques actifs.Note de bas de page 1Note de bas de page *

Modèle de circulation générale à couplage atmosphère-océan
voir Modèle climatique.

Haut de la page

[ N ]

Normale climatique
Des calculs arithmétiques basés sur les valeurs observées pour un lieu donné au cours d'une une période spécifiée et servent à décrire les caractéristiques climatiques du lieu. L'Organisation météorologique mondiale (OMM) estime qu'une période de 30 ans suffit à éliminer les variations qui surviennent d'année en année. Aussi, la période climatologique standard de l'OMM utilisée pour le calcul des normales correspond à des périodes consécutives de 30 ans (p. ex., du 1er janvier 1901 au 31 décembre 1930) et devrait être mise à jour chaque décennie.Note de bas de page 15Note de bas de page *

Haut de la page

[ O ]

Obstacle (à l'adaptation)
Toute entrave empêchant d'atteindre un potentiel d'adaptation et susceptible d'être surmontée ou atténuée par une politique, un programme ou une mesure.Note de bas de page 3Note de bas de page *

Onde de tempête
Terme qui désigne habituellement une élévation temporaire du niveau de la mer, à un endroit donné, en raison de conditions météorologiques extrêmes (basse pression atmosphérique ou vents forts). L`onde de tempête est définie comme étant la différence entre la marée effective et la marée habituellement prévue à l`endroit et moment considérés. Des ondes de tempête à effet nègatif peuvent aussi se produire et peuvent causer des problémes sérieux à la navigation.Note de bas de page 2Note de bas de page *

Oscillation nord-atlantique (North Atlantic Oscillation ou NAO)
L'oscillation nord-atlantique (North Atlantic Oscillation ou NAO) consiste en des variations contraires de la pression barométrique se manifestant près de l'Islande et des Açores. C'est le mode dominant de variabilité hivernale du climat dans la région de l'Atlantique Nord.Note de bas de page 1

Outils (propres à l'adaptation)
Les méthodologies, les directives, et les processus qui permettent aux intervenants d'évaluer les implications des impacts du changement climatique et des options appropriées d'adaptation dans le contexte de leur environnement de fonctionnement. Les outils peuvent prendre différentes formes et fonctionner de différentes façons : des méthodes horizontales ou multidisciplinaires (p. ex., modèles climatiques, méthodes servant à élaborer des scénarios, analyse des intervenants, outils d'aide à la prise de décisions ou d'analyse du même processus) aux applications sectorielles très précises (p. ex., modèles de récoltes ou de végétation, méthodes d'évaluation de la vulnérabilité des zones côtières).

Haut de la page

[ P ]

Pergélisol
Sol (sol proprement dit ou roche, y compris la glace et les substances organiques) dont la température reste égale ou inferieure à 0°C pendent au moins deux années consécutives.Note de bas de page 2

Période de récurrence
Le temps moyen qui doit s'écouler jusqu'à la prochaine occurrence d'un événement défini. Lorsque celui-ci fait preuve d'une distribution géométrique, la période de récurrence est égale à l'inverse de la probabilité que l'événement se produira au cours de la prochaine période de temps (c.-à-d., T = 1/P, où T est la période de retour, en nombre des intervalles de temps, et P est la probabilité de la prochaine occurrence de l'évènement dans un intervalle de temps donné).Note de bas de page 16

Phénologie
L'étude des phénomènes naturels qui se produisent périodiquement (p. ex., des étapes de développement, migration) et de leur relation au climat et aux changements saisonniers.Note de bas de page 1

Phénomène météorologique extrême
Un événement rare selon les statistiques relatives à sa fréquence en un lieu donné. Si les définitions du mot « rare » varient considérablement, un phénomène météorologique extrême devrait normalement être aussi rare, sinon plus, que les dixième ou quatre-vingt-dixième percentiles. Par définition, les caractéristiques de ce qu'on appelle « condition météorologique extrême » varient d'un endroit à l'autre.Note de bas de page 1Note de bas de page *

Plage de tolérance
La variation des stimuli climatiques qu'un système peut subir sans qu'il y ait d'impacts significatifs. On utilise également l'expression « capacité de faire face ».Note de bas de page 8

Politique/mesure de type « sans regrets »
Politique ou mesure procurant des avantages nets sur le plan social et économique, que se produise ou non le changement climatique.Note de bas de page 1Note de bas de page *

Projection climatique
Réponse calculée du système climatique à des scénarios d'émissions ou de concentrations de gaz à effet de serre et d'aérosols ou à des scénarios de forçage radiatif, souvent fondée sur des simulations établies à l'aide de modèles climatiques. Les projections climatiques reposent sur des hypothèses concernant, par exemple, l'évolution socio-économique et technologique future qui peut ou peut ne pas se produire et, par cons équent, elles sont accompagnées d'un haut degré d'incertitude.Note de bas de page 1+Note de bas de page 3Note de bas de page *

Protocole de Kyoto
Le Protocole de Kyoto a été adopté en 1997 à Kyoto (Japon), lors de la troisième séance de la Conférence des Parties à la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC). Il comporte des engagements contraignants en plus de ceux qui figurent dans la CCNUCC. Le Protocole de Kyoto est entré en vigueur le 16 février 2005.Note de bas de page 1Note de bas de page *

Haut de la page

[ R ]

Réduction d'échelle
Méthode permettant d'obtenir des informations à l'échelle locale ou régionale (10 à 100 km) à partir de modèles ou d'analyses de données à plus grande échelle.Note de bas de page 1

Renforcement des capacités
En matière d'adaptation au changement climatique, le renforcement des capacités consiste à améliorer les compétences techniques et les moyens institutionnels des intervenants, afin de leur permettre de participer à toutes les initiatives destinées, notamment, à favoriser l'adaptation au changement climatique et la recherche sur ce sujet.Note de bas de page 1Note de bas de page *

Résilience
Capacité d'un système social ou écologique d'absorber des perturbations tout en conservant sa structure de base et ses modes de fonctionnement ainsi que sa capacité de s'organiser et de s'adapter au stress et au changement.Note de bas de page 1

Rétroaction
Un mécanisme d'interaction entre les processus d'un système est appelé rétroaction lorsque le résultat d'un processus initial provoque, dans un second processus, des changements qui agissent à leur tour sur le processus initial. Une rétroaction positive renforce le processus initial, et une rétroaction négative l'atténue.Note de bas de page 1

Risque
Une combinaison de la probabilité (probabilité d'occurrence) et des conséquences d'un événement défavorable (p. ex., danger relié au climat).Note de bas de page 14

Route d'hiver
Une chaussée saisonnière construite chaque année sur le sol et les plans d'eau gelés qui fournit l'accès à des collectivités et des emplacements d'extraction des ressources non desservis par des routes permanentes. Connue également sous le nom de route saisonnière et, aux endroits où elle traverse exclusivement des corps d'eau gelés, chemin de glace.

Haut de la page

[ S ]

Savoir traditionnel
Un corps cumulatif de connaissances, de pratiques et de croyances sur la relation des êtres vivants (y compris les êtres humains) les uns avec les autres ainsi qu'avec leur milieu. Il est le produit de l'évolution de processus d'adaptation et se trouve transmis de génération en génération grâce aux pratiques culturelles.Note de bas de page 17

Scénario
Description vraisemblable et souvent simplifiée de ce qui peut se produire à l'avenir, fondée sur un ensemble cohérent et intrinsèquement homogène d'hypothèses concernant les principales relations et forces motrices en jeu. Les scénarios peuvent être établis à partir de projections, mais sont souvent fondés sur des informations complémentaires provenant d'autres sources, parfois accompagnées d'un « canevas circonstancié » du sujet en question.Note de bas de page 1

Scénario climatique
Représentation vraisemblable et souvent simplifiée du climat futur, fondée sur un ensemble cohérent et intrinsèquement homogène de relations climatiques et d'hypothèses concernant le forçage radiatif. Les scénarios climatiques sont généralement destinés à servir explicitement d'entrées pour des modèles d'impacts du changement climatique. Un « scénario de changement climatique » correspond à la différence entre un scénario climatique et le climat actuel.Note de bas de page 1

Scénario d'émissions
Représentation plausible de l'évolution future des émissions de substances potentiellement actives du point de vue radiatif (p. ex., gaz à effet de serre, aérosols), basée sur un ensemble cohérent et intrinsèquement homogène d'hypothèses concernant les éléments moteurs (p. ex., l'évolution démographique et socio-économique, le progrès technologique) et leurs interactions principales. Les scénarios de concentration ont été établis à partir de scénarios d'émissions et servent de données d'entrée à un modèle climatique utilisé pour calculer des projections climatiques.Note de bas de page 1Note de bas de page *

Scénarios du RRSE (SRES)
Canevas et scénarios connexes concernant la population, le PIB et les émissions figurant dans le Special Report on Emissions Scenarios (SRES, soit Rapport spécial sur les scénarios d'émissions), ainsi que les scénarios dérivés portant sur le changement climatique et l'élévation du niveau de la mer. Quatre familles de scénarios socio-économiques (A1, A2, B1 et B2) font intervenir deux dimensions distinctes pour présenter les conditions qui pourraient se manifester à l'avenir à l'échelle planétaire; il s'agit des préoccupations économiques par opposition aux préoccupations environnementales et de la mondialisation par opposition aux modes de développement régionaux.Note de bas de page 1Note de bas de page *

Sécheresse
Phénomène qui se produit lorsque les précipitations sont sensiblement inferieures aux niveaux normaux enregistrés et qui provoque des déséquilibres hydrologiques importants souvent défavorables aux systèmes de production et aux ressources terrestres. Il y a plusieurs façons de définir la sécheresse (p. ex., sécheresse agricole, sécheresse météorologique et sécheresse hydrologique). On considère une sécheresse sérieuse une sécheresse prolongée et très répandue qui dure beaucoup plus longtemps que la normale, habituellement une décennie ou plus.Note de bas de page 1+Note de bas de page 3Note de bas de page *

Sécurité alimentaire
Situation dans laquelle les personnes ont accès assuré à une nourriture saine et nutritive en quantités suffisantes pour leur garantir une croissance normale et une vie saine et active. L'insécurité alimentaire peut résulter d'un manque de nourriture, d'un pouvoir d'achat insuffisant, de problèmes de distribution ou d'une mauvaise utilisation des aliments dans les ménages.Note de bas de page 1

Sensibilité
Degré auquel un système est touché, de façon favorable ou défavorable, par la variabilité du climat ou le changement climatique. Les effets peuvent être directs (p. ex., la modification des rendements agricoles due à un changement de la valeur moyenne, de l'amplitude ou de la variabilité de la température) ou indirects (p. ex., les dommages causés par une augmentation de la fréquence des inondations côtières en raison d'une élévation du niveau de la mer).Note de bas de page 1

Seuil
Degré d'ampleur d'un processus systémique auquel survient un changement soudain ou rapide. Point ou niveau auquel un syst ème écologique, économique ou autre acquiert des propriétés nouvelles, lesquelles infirment les prévisions fondées sur des relations mathématiques qui sont valides à des niveaux inferieurs.Note de bas de page 1

Situation de départ (ou de référence)
Situation par rapport à laquelle un éventuel changement est mesuré. Il peut s'agir d'une «situation de départ actuelle», c'est-à-dire de conditions actuelles constatables, ou d'une « situation de départ future » correspondant à un ensemble projeté de conditions futures, à l'exception du principal facteur d'intérêt. D'autres interprétations des conditions de référence peuvent donner lieu à de multiples situations de départ.Note de bas de page 1

Stress hydrique
Une région est soumise à un stress hydrique lorsque le taux d'alimentation en eau douce par rapport à celui des prélèvements auxquels elle est sujette font en sorte que son développement risque de s'en trouver sérieusement ralenti. Des prélèvements d'eau représentant plus de 20 p. 100 de l'alimentation en eau renouvelable sont considérés comme un indice de stress hydrique. Les cultures sont soumises à un stress hydrique si l'humidité du sol, donc l'évapotranspiration effective, est inférieure à ses besoins potentiels.

Système
Une entité constituée de composantes diverses, mais reliées, qui fonctionnent comme un ensemble complexe. Il s'agit, par exemple, du système climatique, des écosystèmes et des économies de marché.Note de bas de page 18

Système climatique
Système défini par la dynamique et les interactions de cinq éléments principaux : l'atmosphère, l'hydrosphère, la cryosphère, la surface terrestre et la biosphère. Le système climatique évolue sous l'effet de sa propre dynamique interne et de forçages externes telles que les éruptions volcaniques, les variations de l'activité solaire ou les modifications d'origine anthropique de l'équilibre planétaire des effets radiatifs (p. ex., provoquées soit par les émissions de gaz à effet de serre dues à l'activité humaine, soit par des changements au niveau de l'utilisation des terres, ou les deux).Note de bas de page 1

Haut de la page

[ T ]

Technologie (utiles à l'adaptation)
Technologies qui, une fois mises en œuvre ou appliquées, cherchent à rendre possible l'adaptation. Il s'agit de méthodes «matérielles» (p. ex., de nouveaux systèmes d'irrigation ou des semences résistant à la sécheresse) et de technologies « souples » (p. ex., des régimes d''assurance ou des processus de planification); elles peuvent aussi être une combinaison des deux (p. ex., les systèmes de détection précoce qui combinent des appareils de mesure avec la connaissance et les compétences de façon à contribuer à une meilleure se nsibilisation tout en motivant l'adoption de mesures appropriées).Note de bas de page 19Note de bas de page *

Temps
Le temps est l'état de l'atmosphère à un moment et à un endroit donné pour ce qui est de la température, de la pression atmosphérique, de l'humidité, du vent, de la nébulosité et des précipitations. Le terme « temps » sert surtout à désigner des conditions à court terme.Note de bas de page 20

Haut de la page

[ U ]

Urbanisation
Conversion de terres à l'état naturel, exploitées (à des fins agricoles, par exemple) ou non, en zones urbaines ; le processus va de pair avec un exode rural aux termes duquel une proportion croissante de la population de toute nation ou région se déplace pour venir s'installer dans des établissements que l'on désigne, par la suite, du nom de « centres urbains ».Note de bas de page 1

Haut de la page

[ V ]

Variabilité décennale dans le Pacifique (Pacific Decadal Oscillation ou PDO)
Mesure statistique de la variabilité décennale à interdécennale couplée de la circulation atmosphérique et de l'océan dans le bassin du Pacifique. Cette variabilité est particulièrement marquée dans le Pacifique Nord, où des fluctuations de la force du système dépressionnaire hivernal des Aléoutiennes sont en corrélation avec les variations de la température à la surface de la mer dans le Pacifique nord et sont liées à des variations décennales de la circulation atmosphérique, de la température de la mer en surface et de la circulation océanique dans le bassin du Pacifique. Ces fluctuations modulent le cycle du phénomène El Niño–oscillation australe.Note de bas de page 2Note de bas de page *

Variabilité du climat
Variation de l'état moyen et d'autres statistiques (p. ex., écarts-types, phénomènes extrêmes, etc.) du climat à toutes les échelles temporelles et spatiales au-delà de la variabilité propre à des phénomènes météorologiques isolés. La variabilité peut être due à des processus internes naturels au sein du système climatique ou à des variations des forçages externes naturels ou anthropiques.Note de bas de page 1Note de bas de page *

Vulnérabilité
Mesure dans laquelle un système est sensible – et incapable de faire face – aux effets défavorables du changement climatique, y compris la variabilité du climat et les phénomènes extrêmes. La vulnérabilité au changement climatique est fonction de la nature, de l'ampleur et du rythme de la variation du climat à laquelle le système considéré est exposé, de la sensibilité de ce système et de sa capacité d'adaptation.Note de bas de page 1

Haut de la page

Glossaire   Index de chapitre