Language selection

Recherche

LE MARCHÉ NORD-AMÉRICAIN DU GAZ NATUREL : PERSPECTIVES SUR LA SAISON DE CHAUFFAGE 2015-2016

RÉSUMÉ

Pour la saison de chauffage hivernale qui s’étend du 1er novembre 2015 au 31 mars 2016, les consommateurs peuvent s’attendre à ce que les prix du gaz naturel soient bas par rapport aux moyennes historiques et aux prix d’autres combustibles utilisés pour le chauffage des locaux comme le propane et le mazout domestique.

Les niveaux de stockages élevés, les prévisions météorologiques favorables à des températures normales et au-dessus des moyennes historiques, la production soutenue de gaz naturel en Amérique du Nord et la croissance économique modeste laisse présager des prix bas pour le gaz naturel. Selon la moyenne des prévisions des conseillers de l'industrie, le prix de gros du gaz naturel de l’Alberta (AECO) devrait atteindre, en moyenne, 2,83 $ le gigajoule (GJ) ou 0,11 $ le mètre cube (m3;) lors de la prochaine saison de chauffage. Cette prévision représente  près de 0,37 $ le GJ de moins que le prix moyen du gaz naturel l’année dernière.

À titre comparatif, la moyenne historique des prix des dix dernières années (2004-2014) des combustibles est de 5,13 $/GJ pour le gaz naturel, 22,32 $/GJ pour le propane automobile (un bon indicateur du prix du propane domestique) et 23,98 $/GJ pour le mazout domestique.

Principaux facteurs ayant une incidence sur les prix du gaz naturel pour la saison de chauffage 2015-2016 

Illustration
Version textuelle

Version textuelle

Illustration d’une bascule qui se balance vers la gauche. Une flèche pointant vers le bas est à gauche du pivot et une flèche pointant vers le haut est à sa droite. La flèche pointant vers le bas indique les facteurs ayant une incidence négative (tirant vers le bas) sur les prix. Ces facteurs sont : « Niveau de stockage moyen de gaz naturel supérieur à la saison précédente », « Offre abondante et production soutenue de gaz naturel en Amérique du Nord », « Importations de gaz naturel aux États-Unis en baisse », « Croissance économique modeste », et « Prévisions météorologiques favorables à des températures normales et au-dessus des moyennes historiques ». La flèche pointant vers le haut indique les facteurs ayant une incidence positive (tirant vers le haut) sur les prix. Ces facteurs sont : «Demande supérieur pour le gaz durant la saison de chauffage» et « Faiblesse du Dollar canadien comparativement au Dollar américain ». Le pivot de la bascule comprend le prix de gros prévu pour la saison de chauffage 2015-2016, soit 2,83 $/GJ ou 0,11$/m3.

INTRODUCTION

Au Canada, le gaz naturel est utilisé par les consommateurs résidentiels et commerciaux comme source de carburant, pour le chauffage des locaux et de l’eau, le séchage et la cuisson. Dans les foyers canadiens, le gaz naturel sert à chauffer près de 50 % des espaces résidentiels et 65 % de l'eau. Quant à elles, les entreprises canadiennes utilisent le gaz naturel pour chauffer plus de 80 % des locaux et de l'eau.

Le prix de gros du gaz naturel est déterminé par les forces du marché, soit l'offre et la demande. Pour la plupart des consommateurs canadiens, l'évolution du prix du gaz naturel entraînera éventuellement un changement correspondant sur le plan du prix à la consommation. Cependant, les changements seront moindres en termes de pourcentage, puisque le coût du gaz n'est qu'un composant de la facture du consommateur, cette dernière comprenant également des frais pour l'acheminement et la livraison (voir Comprendre votre facture de gaz naturel).

Comprendre votre facture de gaz naturel

La facture de gaz naturel remise au consommateur comprend ce qui suit :

  1. le prix du produit;
  2. les frais d'acheminement par gazoduc longue distance;
  3. les frais de distribution locale et de stockage;
  4. les taxes.

Habituellement, le prix du produit correspond au prix de gros du gaz naturel dans une région de production. Il fluctue en fonction de l'évolution de l'offre et de la demande.

Les autres frais correspondent au coût de transport du gaz des bassins d'approvisionnement jusqu’aux centres de consommation, puis chez les consommateurs par le moyen d'entreprises de distribution locales.

Dans la plupart des provinces, les consommateurs peuvent se procurer du gaz naturel à des fins de consommation auprès d'une entreprise de distribution locale, qui achète constamment du gaz et qui facture aux consommateurs le prix payé aux fournisseurs; ou auprès d'un intermédiaire ou commerçant, qui offre plutôt des tarifs fixes aux consommateurs pendant une période établie.

Pour obtenir davantage d'information, allez à la page Foire aux questions au sujet des prix du gaz naturel de RNCan.

OFFRE DE GAZ NATUREL

Le Canada fait partie d’un marché nord-américain du gaz naturel intégré où le gaz s’écoule librement d’une frontière à l’autre depuis les sources d’approvisionnement jusqu’aux centres de commercialisation. Supportée par la hausse continue de la production aux États-Unis en 2015, l’offre de gaz naturel en Amérique du Nord demeure excédentaire. Selon le scénario de prix médians quant à la productibilité du gaz naturel de l’Office national de l’énergie (ONE), la production canadienne de gaz naturel augmentera de près de 1% de 2014 à 2015, alors qu’elle devrait diminuer d’un peu plus de 2% en 2016Note de bas de page 1. Aux États-Unis, l'Energy Information Administration (EIA) prévoit que la production de gaz naturel aux États-Unis augmentera de 5,6 % en 2015, et de 1,9 % en 2016Note de bas de page 2.

Graphique linéaire
Version textuelle

Version textuelle

Graphique linéaire de la production annuelle de gaz naturel au Canada et aux États-Unis, de 2007 à 2015 (estimation). Ce graphique montre que la production de gaz naturel aux États-Unis continue d’augmenter alors que la production au Canada semble stagner.

La persistance des prix bas pour le gaz naturel continue de mettre de la pression sur les producteurs et entraine la compression des dépenses en immobilisations et une diminution du nombre de puits forés au Canada, une tendance déjà observée depuis quelques années. Entre janvier et juillet 2015, le nombre de puits forés a diminué de 22% par rapport à la même période l’année dernière. 

Les producteurs de gaz naturel génèrent des revenus par la vente du gaz naturel et des liquides de gaz naturel associés comme l’éthane, le propane et le butane. Les liquides de gaz naturel tendent à être indexés aux prix du pétrole brut puisqu’ils peuvent servir comme combustibles alternatifs. Ces dernières années, les producteurs ont été en mesure de compenser les bas prix du gaz naturel en ciblant et en produisant du gaz naturel provenant de formations riches en liquides de gaz naturel. Cependant, la chute récente des prix du pétrole a eu une incidence sur les prix des liquides de gaz naturel et sur les revenus des producteurs.

Malgré la réduction du nombre de forages et la compression des dépenses, les améliorations continues en termes d’efficience et les initiatives de réduction des coûts permettent l’augmentation de la production de gaz naturel. On observe une production supérieure par puits attribuable à une longueur accrue des forages horizontaux et à l’amélioration des taux de recouvrement lors de l’utilisation de la fracturation hydraulique. En 2014, la longueur moyenne forée par puits a atteint un record de 3 623 mètres.

Graphique linéaire et en barres
Version textuelle

Version textuelle

Graphique linéaire et en barres du nombre de puits de gaz naturel forés et des mètres forés par puits au Canada entre 2004 et 2014. Ce graphique montre que le nombre de puits forés a fortement baissé depuis 2004, alors que le nombre de mètres forés par puits a plus que triplé durant cette même période.

STOCKAGE DU GAZ NATUREL

Le stockage du gaz naturel obéit à un modèle saisonnier. L'été, lorsque la demande est plus faible, le gaz est injecté dans des installations de stockage souterraines afin qu'il puisse être disponible et extrait avec facilité durant les mois d'hiver où la demande atteint son maximum annuel. Les installations de stockage souterraines au Canada peuvent stocker environ 30% de gaz naturel servant à répondre à la demande annuelle au Canada, ou près de 45% de la demande durant la saison de chauffageNote de bas de page 3.

L'hiver 2013-2014 s'est avéré particulièrement froid et long en Amérique du Nord, ce qui a épuisé plus que d'habitude les stocks de gaz naturel entreposés et conduisant les prix vers des sommets. Malgré des injections accrues et supérieures à la moyenne pour reconstituer les stocks durant l’été 2014, l’hiver 2014-2015 s’est amorcé avec des prix plus élevés reflétant une inquiétude par rapport aux niveaux de stockage inférieurs à leurs minimums de cinq ans. Les prix ont par la suite chutés au courant de l’hiver lorsqu’il est devenu plus certain qu’il n’y aurait pas pénurie étant donnée une offre suffisante de gaz naturel.

À l’approche de la saison de chauffage 2015-2016, les niveaux de stockages en Amérique du Nord sont revenus près de leurs moyennes des cinq dernières années et pourraient même dépasser le record de 4700 milliards de pieds cube de gaz naturel d’octobre 2012. Il s’agit d’un indicateur que le marché nord-américain du gaz naturel est bien approvisionné et que la quantité de gaz naturel stockée devrait être suffisante pour répondre aux changements inattendus sur le plan de la demande l’hiver prochain, ce qui devrait procurer une certaine stabilité au marché et aider à modérer la volatilité des prix.

Graphiques linéaires
Version textuelle

Version textuelle

Graphique linéaire montrant le niveau des stocks de gaz naturel au Canada par mois en 2014 et en 2015 (cumul annuel), et la moyenne des cinq années (2010-14). Les stocks au Canada en 2015 sont supérieurs à la moyenne de cinq ans.

Graphique
Version textuelle

Version textuelle

Graphique linéaire montrant le niveau des stocks de gaz naturel aux États-Unis par mois en 2014 et en 2015 (cumul annuel), et la moyenne des cinq années (2010-14). Les stocks aux États-Unis en 2015 sont supérieurs à la moyenne de cinq ans.

DEMANDE POUR LE GAZ NATUREL

La demande nationale pour le gaz naturel est répartie dans une variété de secteurs. La consommation industrielle occupe le rang le plus élevé à 49 %, suivie de la consommation résidentielle à 20 %, de la consommation commerciale à 15 % et de la production d'électricité, à 13 %.

Au cours de la prochaine saison de chauffage, la demande industrielle subira principalement les effets des conditions économiques dominantes, tandis que la demande résidentielle, commerciale et pour la production d’électricité sera touchée par les besoins en chauffage des locaux et autres besoins en saison hivernale. Malgré l’augmentation de la production de pétrole des sables bitumineux au Canada, une industrie importante en termes de consommation de gaz naturel, les projections actuelles des conseillers de l’industrie prévoient des niveaux de consommations de gaz naturel pour le secteur industriel similaires à l’année derrière. Aux États-Unis, l’EIA prévoit par contre une augmentation de la consommation de gaz naturel pour la production d’électricité en raison des bas prix du gazNote de bas de page 4.

CONDITIONS MÉTÉOROLOGIQUES

Des conditions météorologiques inhabituelles peuvent exercer énormément de pression sur la demande de gaz naturel et donc sur les prix du marché. Tel que vécu en 2013-2014, un hiver anormalement froid a tendance à mettre une pression à la hausse sur les prix du gaz naturel, tandis qu’un hiver doux a plutôt tendance à alléger la demande, ce qui aide à modérer et même à réduire les prix et leur volatilité.

Les perspectives météorologiques d’Environnement Canada pour novembre, décembre 2015 et janvier 2016, prévoient des températures normales et supérieures à la normale pour l’ensemble du paysNote de bas de page 5. En conséquence, les conditions météorologiques ne devraient pas avoir d’effet majeur quant aux prévisions de la demande en gaz naturel au Canada.

Graphique linéaire
Version textuelle

Version textuelle

Graphique illustrant les perspectives d’Environnement Canada concernant les températures de novembre, décembre et de janvier. Les perspectives montrent des prévisions pour des températures normales et au-dessus des normales pour la plupart des régions du pays.

Les prévisions météorologiques de la National Oceanic and Atmospheric Administration (NOAA) aux États-Unis pour les mois d’octobre à décembre 2015 indiquent qu’il est probable que les États-Unis connaissent des températures au-dessus des normales, et de manière plus prononcées pour les régions de la côte du pacifique, le nord-est et l’Alaska. Cependant, il est probable que les températures dans les régions du Nouveau-Mexique et du Texas soient inférieures aux normales de saisonNote de bas de page 6. L'EIA prévoit une baisse de la consommation résidentielle et commerciale de gaz naturel cet hiver par rapport à l’hiver dernier en raison des prévisions météorologiques plus clémentes que l’hiver dernierNote de bas de page 7.

CONDITIONS ÉCONOMIQUES

Étant donné que les utilisateurs industriels consomment 49 % du gaz naturel au Canada et que l’activité industrielle est considérablement influencée par les conditions économiques, la situation économique peut avoir une incidence marquée sur les prix du gaz naturel.

Dans son Rapport sur la politique monétaire de juillet 2015, la Banque du Canada faisait remarquer que la croissance économique mondiale avait fléchie lors du premier trimestre, mais qu’elle avait repris de la vigueur lors du second et devrait s’établir à environ 3% pour l’année.  En 2015, la Banque du Canada prévoit que l'économie canadienne affiche une croissance d’environ 1 %, tandis que celle des États-Unis affiche une croissance d’environ 2,3 %Note de bas de page 8. En raison d'une croissance économique modeste prévue durant la saison de chauffage, on ne s'attend pas à ce qu'une croissance de la demande industrielle influe grandement sur le prix du gaz naturel.

EXPORTATIONS ET IMPORTATIONS

Les exportations canadiennes de gaz naturel ont diminué continuellement depuis 2007. La totalité d’entre elles sont destinées aux États-Unis qui, grâce à leur propre offre grandissante, comptent désormais moins sur le gaz naturel canadien pour répondre à leur demande domestique. En juillet 2015, les exportations canadiennes aux États-Unis depuis le début de l’année étaient toutefois d’un peu plus de 1 % supérieures à celles de l’année dernière à la même époque. Bien que ces données soient préliminaires et qu’elles n’offrent pas le portrait de l’année civile complète, il pourrait être possible d’assister à un changement de tendance qui pourrait être soutenu par la reprise de l’activité économique aux États-Unis. Cette hausse pourrait également être liée à un été particulièrement chaud dans certaines régions aux États-Unis.

Graphique linéaire
Version textuelle

Version textuelle

Graphique linéaire des exportations et des importations annuelles de gaz naturel au Canada entre 2006 et 2015 (cumul annuel). La ligne bleue, représentant les exportations canadiennes de gaz naturel aux États-Unis, montre une baisse de 24 % entre 2006 et 2014, ainsi qu’une hausse de 1 % en 2015 par rapport aux chiffres cumulatifs de juillet pour l’année précédente. La ligne rouge, représentant les importations canadiennes de gaz naturel des États-Unis, montre une hausse de 120 % entre 2006 et 2014, et une baisse de 16 % en 2015, par rapport aux chiffres cumulatifs de juillet pour l’année précédente.

Les consommateurs canadiens importent moins de gaz des États-Unis qu’en 2014. Les importations depuis le début de l’année étaient de 16 % inférieures à celles de l’année dernière à la même époque. Cette situation poursuit le renversement de la tendance de la croissance importante des importations de gaz naturel constatée depuis 2012.

Dans l'ensemble, de 2010 à 2014, les exportations canadiennes aux États-Unis ont diminué de 7 %, et les importations des États-Unis ont augmenté de 21 %, ce qui correspond à une baisse de 15 % des exportations nettes.

PERSPECTIVES À COURT TERME SUR LES PRIX

Selon une consolidation des prévisions d’experts consultants sélectionnés, le prix de gros de référence du gaz naturel de l’Alberta (AECO) devrait rester relativement stable pendant la saison de chauffage hivernale.

La moyenne des prévisions consolidées pour le prix AECO atteint 2,83 $/GJ ou 0,11 $/m3 durant la saison de chauffage 2015-2016 et la fourchette des prévisions individuelles s’établie de 2,51 $/GJ à 3,12 $/GJ. Si cette fourchette de prix se concrétise, les prix du gaz naturel seront inférieurs en moyenne à ceux de la saison de chauffage de l’année dernière, période à laquelle le prix moyen était de 3,20 $/GJ.

Version textuelle

Version textuelle

Graphique linéaire prévoyant le prix AECO pour la saison de chauffage 2015-2016. Il comprend les prix mensuels moyens entre septembre et avril (ce qui comprend les prix de la saison de chauffage entre novembre et mars). Une ligne tiretée montre les prix de la saison de chauffage précédente, dont la moyenne atteignait 3,20 $C/GJ. Une autre ligne tiretée montre les prix du gaz naturel pour le marché à terme. Une ligne rouge montre les prix prévus pour la saison de chauffage 2015-2016. On s’attend à ce qu’ils s’établissent en moyenne à 2,83 $C/GJ ou 0,11 $C/m³. Contrairement aux prix AECO de l’an dernier, selon les prévisions de cette année, les prix devraient être plutôt stables tout au long de la saison de chauffage.

Selon les conseillers à l’industrie, il est prévu que les prix du gaz naturel pour l’ensemble de l'année civile 2016 soient toutefois légèrement supérieurs que pour l’année 2015. Ils prévoient un prix moyen de 2,94 $/GJ. Cela représente une hausse de 9 % par rapport au prix moyen prévu de 2,71 $/GJ pour l’ensemble de l'année civile 2015.

Dans l'ensemble, pour la saison de chauffage 2015-2016, les consommateurs canadiens peuvent s'attendre à des prix légèrement inférieurs à ceux de l'an dernier, avec un degré de volatilité moindre étant donné les niveaux de stockage actuel, la productibilité importante en Amérique du Nord et les prévisions météorologiques favorables. Les consommateurs canadiens de gaz naturel devraient s’attendre à ce que le marché du gaz naturel à l’hiver 2015-2016 soit stable et sans grande surprise en ce qui a trait aux prix et à la disponibilité du gaz naturel.

HYPERLIENS VERS D’AUTRES RESSOURCES UTILES ET PERSPECTIVES SUR LES SAISONS DE CHAUFFAGE

Perspectives de situations énergétiques de l’Office national de l’énergie
(http://www.neb-one.gc.ca/nrg/ntgrtd/index-fra.html)

Perspectives énergétiques à court terme de l’EIA aux États-Unis
(www.eia.gov/forecasts/steo/)

Prévisions saisonnières d’Environnement Canada
(www.meteo.gc.ca/saisons/)

Prévisions nationales du National Weather Service des États-Unis
(www.cpc.ncep.noaa.gov/)

Publications de l’Association canadienne du gaz
(www.cga.ca/resources/publications/?lang=fr)


Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute demande, contactez-nous.

Date de modification :