Déclaration du ministre au sujet du Rapport triennal 2014-2016 de la Société de gestion des déchets nucléaires

L’industrie nucléaire apporte une contribution importante à l’économie canadienne et représente un élément essentiel de notre stratégie d’intervention contre les changements climatiques et de promotion des technologies propres.

Cette industrie, qui produit approximativement 15 pour cent de l’électricité canadienne et emploie 30 000 travailleurs, s’est engagée à assurer la gestion à long terme sûre et sécuritaire des déchets radioactifs. Cet engagement est non seulement indispensable au succès de l’industrie nucléaire canadienne, mais constitue également une condition déterminante à l’acception par le public de l’énergie nucléaire comme élément clé d’un bouquet énergétique à faibles émissions de carbone. 

La Société de gestion des déchets nucléaires (SGDN) est chargée de mettre en œuvre le plan canadien de gestion des déchets de combustible nucléaire, appelé la Gestion adaptative progressive, d’une façon qui soit socialement acceptable, techniquement sûre, respectueuse de l’environnement et économiquement viable.

Le Rapport triennal de la SGDN, intitulé Le progrès par la collaboration, décrit le travail mené au cours des trois dernières années (2014 à 2016) par la SGDN, en collaboration avec des collectivités, des gouvernements et des chercheurs canadiens ainsi que des partenaires étrangers, pour faire avancer le plan canadien de gestion à long terme des déchets de combustible nucléaire.

La SGDN et des collectivités intéressées avancent ensemble, sous la surveillance constante des gouvernements et des organismes de réglementation, vers la sélection d’un site sûr au sein d’une collectivité qui sera disposée à accueillir un dépôt géologique en profondeur. Une fois choisi, ce site constituera un élément clé de l’infrastructure à long terme sous-tendant la gestion de l’énergie nucléaire au Canada.

La SGDN continue de bâtir des relations solides avec les citoyens et les organisations, y compris avec les Autochtones, à chaque étape de la mise en œuvre de son plan. Je suis fier de pouvoir affirmer qu’il s’agit d’une des premières organisations en Amérique du Nord à avoir adopté une Politique sur le savoir autochtone et à utiliser ce savoir pour éclairer et orienter ses travaux. La conjugaison de la science occidentale et du savoir autochtone joue un rôle de premier plan dans l’élaboration et la mise en œuvre d’un plan sûr, sécuritaire et socialement acceptable pour les Canadiens.

La SGDN a également continué de mener un programme scientifique nourri. Au cours des trois dernières années, elle a travaillé avec plus de 20 universités et collèges canadiens et a collaboré avec six organisations étrangères de gestion de déchets et cinq centres de recherche afin de garantir que le plan canadien s’appuie sur les meilleures connaissances scientifiques disponibles.

La confiance du public dans le stockage et le transport sûrs et sécuritaires des déchets de combustible nucléaire est essentielle. Le gouvernement du Canada surveille les activités de la SGDN pour vérifier qu’elle s’acquitte de ses responsabilités au regard de la Loi sur les déchets de combustible nucléaire.

Je suis persuadé que la SGDN continuera de mettre en œuvre son plan dans le respect indéfectible de son engagement envers la participation des collectivités et la volonté de travailler en partenariat avec elles, la transparence et la prise de décisions fondée sur des données scientifiques.

Jim Carr
Ministre des Ressources naturelles du Canada